Gaspillage alimentaire : Dans le Gard, on mitonne de savoureuses solutions

"On n’existerait pas sans la Banque alimentaire", confie France Gau, présidente de l’association humanitaire Le Pain partagé. Basée à Nîmes, elle est spécialisée dans l’accueil des familles. Elle reçoit 40 % de réfugiés et 60 % de personnes à faibles revenus, retraités et femmes seules. Photos : Mélanie Domergue.

Dans le Gard et l’Hérault, solutions anti-gaspi pour diminuer le grand gaspillage alimentaire afin qu’il profite aux plus pauvres.

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S’enregistrer