Viticulture / Aude : Pour ses 70 ans, l’AOC Fitou boit rouge

L'Aude va trinquer aux 70 ans de l'AOC Fitou... Photo D.-R.

Créée en 1948 dans l’Aude, la plus ancienne appellation rouge du Languedoc célèbre ses soixante-dix ans. Retour sur l’histoire d’un vignoble du massif des Corbières qui tire sa force d’une particularité : deux terroirs, le Fitou maritime et le Fitou montagne, duo gagnant autour d’un cépage identitaire, le Carignan.

Leurs 70 ans, les vignerons du Fitou dans l’Aude s’apprêtent à les célébrer avec la commercialisation, au printemps 2019, du millésime 2018. Cuvée anniversaire, elle correspond en effet à la naissance de cette AOC, la plus ancienne en vin rouge du Languedoc, obtenue par décret le 24 avril 1948.

Un seul nom, deux terroirs

Fitou, terroir emblématique du département de l’Aude. Photo D.-R.

A l’époque, cette reconnaissance de l’Inao allait redessiner le paysage des Corbières en découpant deux territoires bien distincts entre mer et montagne, pour les dédier aux vins rouges produits sous le nom de Fitou, au piémont des Corbières.

Une originalité unique dans l’histoire viticole, désignant sous un seul nom deux enclaves géographiques réparties sur neuf communes : l’une, le Fitou maritime, située en bordure littorale et marquée par des sols argilo-calcaires soumis aux influences maritimes (Fitou, Leucate, La Palme, Caves, Treilles). Et l’autre, le Fitou montagne, à 30 kilomètres au cœur des terres des Corbières montagneuses, où dominent les schistes et un climat moins sensible aux effets de la Méditerranée (Tuchan, Paziols, Cascastel, Villeneuve des Corbières).

De ce surprenant découpage et de ses contrastes, l’appellation qui fêtera en 2019 ses 70 ans, a su jouer pour accéder à une juste reconnaissance de la qualité de ses vins. Réputés solaires, marquant parfois l’oxydation et un manque d’acidité d’où résultaient des cuvées influencées par l’héritage des vins doux naturels, les Fitou se caractérisent aujourd’hui par une bouche généreuse et charpentée, appelant souvent un élevage pour affiner les tanins et favoriser la micro-oxygénation de ces vins au fort potentiel de garde.

Pour en savoir plus, découvrez le dossier du site In Vino Veritas

Vague d’installations et conversions bio

« En 1948, le cahier des charges imposait à minima neuf mois d’élevage en foudres de chêne. Si le bois est encore utilisé, d’autres types d’élevage sont à présent pratiqués : cuves béton, inox, barriques ou foudres car l’appellation a su évoluer avec le goût des consommateurs », explique Alban Izard, responsable communication du Syndicat du Cru et vigneron au Domaine Lerys.

Cette modification progressive du cahier des charges a accompagné la montée en gamme qualitative de l’AOC Fitou, les progrès viticoles et œnologiques réalisés sur les dernières décennies ayant permis d’obtenir des tanins moins durs, et des vins prêts à boire plus tôt dans la saison.

Symbole de ce dynamisme ? Avec 37 caves particulières et 3 caves coopératives, Fitou connaît depuis quelques années une vague d’installations en caves particulières (Domaine Sarrat d’en Sol à Tuchan, Domaine Balansa à Villeneuve-les-Corbières…), un nombre croissant de domaines en conversion bio (Domaine Lerys, Château de Nouvelles, Château Les Fenals) ou certifiés AB (Domaine Mamaruta, Domaine La Grange, Mas des Caprices) avec quelques vignerons qui s’essayent aux vins sans ajouts de SO2.

Le Carignan, cépage « identitaire »

L’autre particularité de l’appellation : les vins de Fitou sont élaborés à base du cépage Carignan qui, avec le Grenache, doit compter pour 60% à minima dans les assemblages. « Dans le Languedoc qui a beaucoup renouvelé son encépagement mais perdu en superficie de vignoble, les vignerons du Fitou ont toujours misé sur cet authentique et traditionnel cépage méridional, fortement replanté dans les zones qualitatives après les ravages du phylloxera. Le Carignan est un très bon cépage, peu exigeant, très adapté à la sécheresse. Indéniablement, il signe l’identité de nos vins en assemblage avec le Grenache, le Mourvèdre et, ou, la Syrah », rappelle Jean Daurat-Fort, président de l’appellation et propriétaire du Château de Nouvelles, l’un des domaines historiques du cru.

Ce cépage, décrié dans les années 80, est depuis devenu tendance… accompagnant, avec le temps, la reconnaissance d’une appellation qui a su conforter son identité. Il est même désormais reconnu comme le symbole du dynamisme de l’appellation Fitou. Preuve que lorsque, voici plus de 2000 ans, les Grecs, puis les Romains, ont choisi les Corbières pour l’implantation d’un premier vignoble, ils ne s’étaient pas trompés…

Philippe MOURET

A l’occasion du salon Wine Paris, du 11 au 13 février  à Paris, deux façons de commémorer l’anniversaire :

  • Prêts-à-déguster : Le décret d’appellation Fitou fixant la commercialisation des vins au 1er mai de l’année suivante, on dégustera sur le stand syndical de l’appellation le millésime 2018 en bruts de cuve seulement. Une bonne occasion de déceler les marqueurs aromatiques de chaque variété, l’AOC Fitou autorisant dans ses assemblages le Carignan, le Grenache, la Syrah et le Mourvèdre, deux cépages qui ont été rajoutés au cahier des charges dans les années 80.
  • Cuvée anniversaire Fitou 1948-2018 : Pour célébrer les 70 ans de l’AOC, les vignerons de la commune de Villeneuve-les-Corbières (coopérative de Mont Tauch, Domaine Balansa, Domaine Lerys et Château l’Espigne) signent une cuvée commune, valorisant les terroirs 100% schistes desFitou côté montagne. Chaque vinificateur a fait un vin qui lui ressemble, puis les vins finis ont été assemblés, donnant lieu à une production très confidentielle.