Violences conjugales : Le « faisceau d’indices » face aux réalités du terrain

Les violencs conjugales ne sont pas toujours physiques, témoigne une policière de Montpellier ; "Même si on les croit, on ne sait pas comment les aider, ces femmes" Photo D.-R.

Le phénomène d’ «emprise» ainsi que la notion de «suicide forcé» pourraient faire leur entrée dans le code pénal français, cette année. Parce que les violences physiques ne sont que les marques les plus visibles des violences conjugales…

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S’enregistrer