Au lendemain de la journée internationale contre les violences faites aux femmes qui sont sans cesse en expansion, Dis-Leur donne la parole à une chanteuse pop, Najoua Belizel, qui vient de sortir un duo rare, une voix pour la victime, une voix pour celui qui ne sera jamais bourreau. Ce fléau est au coeur du travail de l’artiste qui travaille avec le Sétois Christophe Casanave. Et fait le point sur les initiatives régionales.

Le phénomène d’ «emprise» ainsi que la notion de «suicide forcé» pourraient faire leur entrée dans le code pénal français, cette année. Parce que les violences physiques ne sont que les marques les plus visibles des violences conjugales...

Ce contenu est accessible seulement aux membres Premium et Premium mensuel.
Se connecter S'enregistrer

Prise en charge des enfants et des femmes victimes et même des auteurs de violences : le département de Haute-Garonne lance un plan anti-féminicides. En 2019, 150 femmes – et plusieurs dizaines d’enfants ! – sont morts sous les coups de leurs conjoints en 2019. Déjà, 10 autres sont décédées en janvier. Pour Muriel Salmona, psychiatre, « il reste beaucoup à faire »