En mémoire : Une stèle à Toulouse pour les violences faites aux femmes

à Toulouse, le Pont-Neuf mis en Orange en mémoire des violences faites aux femmes... Photo D.-R.

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce samedi 25 novembre, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Président de Toulouse Métropole, dévoilera une stèle en mémoire des femmes victimes de violences machistes, en présence de Julie Escudier, Conseillère Municipale en charge de l’égalité femmes-hommes, et du Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femmes (CMPDF).

« Il s’agit d’une première en France. Nous étions conscients de l’importance d’avoir un lieu pour se souvenir qu’une femme meure, dans notre pays, tous les 2,7 jours. C’est pour cela que nous avons accédé à la demande du Collectif lorsqu’il nous a demandé de créer une stèle » explique Julie Escudier.
« Au-delà de notre engagement au quotidien pour dénoncer ces violences et aider l’accompagnement des victimes, la Mairie de Toulouse souhaite, que l’on soit victime ou témoin, que l’on ne se taise plus. La stèle mentionne symboliquement le prénom de Sarah, une victime toulousaine, un prénom multiculturel qui personnifie le combat et interpelle le public sur l’intime pour mieux le sensibiliser. »

À la tombée de la nuit, cette stèle ainsi que le Pont-neuf seront illuminés en orange, en référence à la couleur officielle de cette journée du Secrétariat général de l’Organisation des Nations Unies, baptisée « Orange Day ». En s’associant à cette opération, la mairie de Toulouse, en partenariat avec le Zonta Club de Toulouse, soutient la campagne « Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles ».

De nombreux rendez-vous seront proposés jusqu’à la mi-décembre, dans le cadre de cette Journée Internationale, comme la quatrième édition, au square Charles-de-Gaulle du carrefour-rencontre entre les acteurs et actrices de la lutte contre les violences faites aux femmes et les Toulousains en présence des associations et institutions.

  • Des chiffres effrayants : En 2016, 123 femmes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire intime « officiel » (conjoint, concubin, pacsé ou « ex ») ou non officiel (petits-amis, amants, relations épisodiques…). 34 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire intime, dont trois au sein de couples homosexuels. 25 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple.
  • En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d’une année sont victimes de viols et de tentatives de viol est estimé à 84 000 femmes. De la même manière que pour les chiffres des violences au sein du couple présentés ci-dessus, il s’agit d’une estimation minimale. Suite aux viols ou tentatives de viol qu’elles ont subis, seules 9 % des victimes ont porté plainte (qu’elles l’aient ensuite maintenue ou retirée).

Source : « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2016 », ministère de l’Intérieur, délégation aux victimes.

Plus : lire ICI