Pays catalan : L’Office public de la langue catalane fait ses premiers pas

Le projet a été lancé en 2016 et sa naissance avait été officiellement actée au mois de juin dernier. Les membres de l’Office public de la langue catalane (OPLC) ont récemment adopté les principes fondamentaux du Groupement d’intérêt public, nommé les membres de ses instances et voté son budget. L’OPLC peut donc réellement débuter son activité…

Première AG pour l’Office Public de la Langue Catalane / Oficina Publica de la Llengua Catalana

« Nous venons de franchir l’étape décisive de l’installation, qui va permettre à l’Office public de la Langue Catalane de démarrer ses missions. Nous sommes fiers de cette avancée qui est le reflet de l’engagement de chacun des partenaires pour garantir la structuration et le fonctionnement de l’OPLC. Les langues régionales font partie de nos racines, de notre patrimoine, de notre culture. Diffuser la langue et la culture catalanes à un large public, c’est permettre à chacun de comprendre la société dans laquelle il vit. C’est essentiel, il y aura un avant et un après installation de l’OPLC », ont affirmé d’une seule et même voix les membres fondateurs de l’OPLC (*) auprès des membres du conseil scientifique et du collège associatif de l’OPLC.

Grâce à l’engagement de tous,

l’OPLC peut débuter son activité »

Dix millions de personnes parlent catalan dans le monde (ce qui en fait la 14e langue d’Europe) et un quart des Catalans du Nord la pratiquent, mais environ 75% la comprennent. Comme le souligne l’Intercat (« Vivez votre expérience universitaire en Catalan« ) : « En dehors de la Franja de Ponent, de la Catalogne Nord et d’Alguer, le catalan est une langue officielle sur l’ensemble de son aire linguistique et sa présence est importante dans tous les domaines de la société. Le catalan, par exemple, s’enseigne dans toutes les écoles et de nombreux enfants, surtout en Catalogne, suivent pratiquement tout l’enseignement dans cette langue. Le catalan est également présent dans les universités. En Catalogne, près de 70 % des élèves passent leur examen d’entrée à l’université en catalan et l’usage du catalan comme langue d’enseignement varie entre 60 et 100 % au sein des différentes universités. »

L’Université de Perpignan Vià Domitia, au coeur du dispositif

En Catalogne Nord, de ce côté ci des Pyrénées, c’est l’université de Perpignan Vià Domitia (UPVD) qui est le centre nevralgique de l’apprentissage du catalan. Il était donc naturel que l’établissement se trouve au coeur du nouvel Office. « L’objectif de cet office public est de développer la langue catalane, à commencer par son apprentissage et le nombre de personnes qui la parle », soulignait un tweet de l’UPVD (2) en juin.

L’OPLC a, en effet, pour principales missions « la conception et la mise en œuvre d’une politique linguistique publique et concertée, le développement d’actions de diffusion de la langue et de la culture catalanes ainsi que la mobilisation de moyens financiers pour développer la structure et son activité. »

L’assemblée générale du 4 septembre dernier a validé le plan d’actions 2019, comprenant notamment la structuration de l’OPLC (recrutements, aménagement des locaux, structuration administrative…) et la conception du programme d’animations, de rencontres et d’activités pour l’année à venir. Pour mener à bien ses missions, le groupement disposera d’un budget, à son démarrage et sur
douze mois d’activité, de 367 000 € (1).

« Les Régions ont aujourd’hui la maturité pour porter de tels projets »

« Aujourd’hui, nous avons ouvert un nouveau chapitre, nous pouvons désormais œuvrer collectivement à la réussite de l’OPLC. C’est à nous de le construire, au Conseil scientifique et au collège associatif de le nourrir, et donner ainsi de l’ambition à notre projet pour la diffusion de la langue, mais également pour soutenir les valeurs que porte la catalanité », a souligné Carole Delga. Pour la présidente de la Région, « ces valeurs sont celles de l’accueil et de la main tendue, les valeurs d’union, de partage et de fraternité… »

Et de souligner que « les Régions ont aujourd’hui la maturité pour porter de telles politiques publiques, s’appuyant sur une plus grande décentralisation. Elles sont le symbole de la République des territoires que je défends. Un Etat fort et unitaire se grandit lorsqu’il sait reconnaître ses particularités régionales, et donc la
diversité de ses langues. » Carole Delga préside le groupement OPLC, associée à Hermeline Malherbe (présidente du département des P.-O.) présidente déléguée. Le préfet des Pyrénées-Orientales en est le 1er vice-président et Annabelle Brunet,
représentante de la Ville de Perpignan, sa deuxième vice-présidente.

Un conseil scientifique composé de huit membres sera chargé d’accompagner l’OPLC, de proposer des axes de programme d’intervention en matière de politique linguistique, de répondre aux besoins d’expertises et d’évaluer les actions de l’Office. Et le dispositif sera complété par un collège associatif composé pour l’heure de 34 membres, qui sera appelé à évoluer par un appel à candidatures.

Il existe déjà en France, un Office comparable, celui de la langue basque : L‘OPLB créé en 2004 est basé à Bayonne.

Philippe MOURET

(*) Les représentants de l’État, de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, de l’académie de Montpellier, du Département des Pyrénées-Orientales, de la Ville de Perpignan, du Syndicat Intercommunal pour la Promotion des Langues Catalane et Occitane (SIOCCAT) et de l’Université Perpignan Via Domitia.
(1) Financés à parité par l’Etat, la Région et le Département à hauteur de 100 000 €, ainsi que 37 000 € de l’Université de Perpignan, 25 000 € de la Ville de Perpignan, et 5 000 € du SIOCCATtt
(2) La Licence LLCER parcours Catalan de l’UPVD est la seule en France qui propose une formation complète à la langue et à la culture catalanes prenant en compte l’ensemble de l’aire linguistique catalanophone des Pays Catalans. Les enseignements sont basés sur l’étude et la pratique directe de la langue catalane (tous les enseignements spécifiques sont dispensés en catalan) ainsi que sur la traduction et l’interprétation essentiellement en français et en catalan, mais aussi en espagnol. Outre l’approfondissement de la langue standard et littéraire, l’étudiant est initié aux langues de spécialités (domaines administratif, économique, juridique, commercial, médiatique).