Occitanie : Bio et œnotourisme, pépites de la filière viticole

A la découverte du plus grand vignoble du monde... L'oenotourisme regarde vers l'avenir. Photo D.-R.

Selon La revue des Vins de France, ce sont quelque dix millions d’œnotouristes (dont 4,2 millions d’étrangers) qui viennent chaque année découvrir les vignobles de l’Hexagone. Soit un marché de plus de 5 milliards d’euros par an, sur lequel l’Occitanie (premier vignoble au monde par sa superficie) souhaite s’affirmer.

Au Château LaGrezette (Cahors), paysages, vin et convivialité (avant les contraintes sanitaires) en harmonie. Photo Dominique VIET

Des vins du Sud-Ouest aux vins du Languedoc, du Roussillon ou de la vallée du Rhône, pas moins de 87 appellations, dont 51 AOP cohabitent en Occitanie. Avec 19 vignobles labellisés Vignobles & Découvertes, l’Occitanie, plus vaste vignoble au monde (260.000 hectares) et premier vignoble bio français (1), s’affirme comme une destination majeure pour l’amateur de vins, de terroirs et de culture viticole.

Premier vignoble bio de France

Pourtant, ce si vaste territoire peut encore progresser dans l’accueil oenotouristique, afin de se hisser au même niveau que les plus fréquentés que sont les vignobles de Bordeaux, de Champagne, d’Alsace ou de Bourgogne. Parmi les nombreux atouts du vignoble d’Occitanie, sa position de premier vignoble bio. Un statut mis en valeur chaque année par le salon mondial Millésime Bio, à Montpellier.

Salon professionnel et mondial de la filière viticole, brassicole et spiritueux bio, Millésime Bio (2) sera en 2021, le premier du secteur à passer le cap de la digitalisation et à voir le jour dans ce format inédit. Il permettra aux vignerons de retrouver une dynamique d’affaires et d’assurer leurs rendez-vous business de début d’année aux dates initialement prévues, du 25 au 27 janvier 2021.

« Dans un contexte sanitaire qui reste incertain, maintenir le salon Millésime Bio 2020 dans un format physique sur le premier trimestre 2021 n’était pas envisageable », explique Jeanne Fabre, vigneronne dans les Corbières et nouvelle présidente du salon Millésime Bio : « En tout état de cause, la situation est telle qu’aucun report n’aurait pu être garanti et le repousser n’aurait pas permis de correspondre au calendrier des acheteurs. »

« Le vin (…) doit avoir le goût de quelque part… »

Découvrir les terroirs, ici les vignes du Roussillon… Photo G. DESCHAMPS / CRTL (archives prise avant les contraintes sanitaires).

Autre atout régional ; la diversité ! « Le vin ne doit pas avoir le goût de quelque chose. Il doit avoir le goût de quelque part ». dixit Gérard Bertrand, ambassadeur des vins du Languedoc en Biodynamie à travers le groupe qui porte son nom. L’ancien rugbyman (de Narbonne et du Stade Français) a repris le domaine viticole familial et s’y consacre entièrement depuis 1995. Il a depuis bâti un véritable « empire viticole » et fait rayonner les vins du Languedoc dans le monde puisque ses vins sont distribués
dans 150 pays

L’homme sait de quoi il parle, ses vins ayant reçu le prix de meilleur vin rouge du monde (IWC Champion Red Wine 2019) avec sa cuvée Château l’Hospitalet Grand Vin Rouge AOP La Clape 2017, avant de récidiver avec le Clos du Temple 2019, élu par le magazine Drinks Business meilleur rosé du monde !

Diversité, donc : « Bénéficiant de la proximité des Pyrénées et des influences océaniques au Sud-Ouest, baignant dans le climat méditerranéen en Languedoc et Roussillon, les vignobles d’Occitanie réunissent aujourd’hui sur un même territoire la plus grande gamme de vins d’appellation.. » 

Penser la « stratégie oenotouristique » régionale

C’est à partir de ces atouts que le Comité régional tourisme et loisirs (CRTL) d’Occitanie a lancé un travail de réflexion sur la stratégie œnotouristique régionale par grand bassin viticole. « Il s’agit de préciser l’identité et le positionnement qui définissent « les vignobles d’Occitanie » souligne un dossier destiné à une large diffusion.

Le CRTL Occitanie qui s’engage pleinement dans une démarche d’accompagnement des prestataires de la filière œnotouristique régionale, propose : « De visites de chais insolites en hébergement de charme sur les domaines viticoles, de vendanges à l’ancienne en activités inédites à travers les vignes, venez découvrir quelques-unes des plus remarquables prestations œnotouristiques offertes par la destination Occitanie Sud de France avant de vérifier par vous-même, lors d’une dégustation, l’exceptionnelle palette aromatique des vins d’Occitanie. »

La place toujours plus marquée des femmes

Dégustation de vin de Cahors… Photo Patrice THEBAULT.

Autre élément à verser au dossier, la féminisation du monde viticole. « Jamais à cours d’initiatives, les vigneronnes d’Occitanie rivalisent de créativité afin de vous présenter de façon souvent ludique ou décalée le terroir qu’elles affectionnent et expriment avec toute leur sensibilité… » Quelques exemples, avec le Jeu du Jars qui donne l’occasion d’aller à la rencontre de neuf vigneronnes de l’appellation Fronton (Haute-Garonne) pour découvrir leurs domaines et goûter leur cuvée coup de cœur.

Mais aussi les Z’Elles gaillacoises. Affiliées à l’association SO Femme & Vin (1er réseau professionnel des femmes vigneronnes du sud-ouest), elles sont une trentaine, toutes impliquées dans la préservation de leur cadre de vie et
notamment celui des pigeonniers qui décorent les paysages de vignes de l’AOP Gaillac (Tarn). Découvrir aussi les Vinifilles, engagées dans la viticulture en Occitanie. Et lire notre entretien (ci-dessous) avec Noëlle Bardou, de Saint-jean-de-Fos (Hérault).

Philippe MOURET

(1) Avec plus de 1 600 producteurs et 25 000 hectares de vignobles convertis au bio (soit 36 % des surfaces cultivées en France et déjà 9 % des surfaces de vignes dans la région), l’Occitanie s’affirme en tant que 1ère région viticole bio française. En allant encore plus loin dans une démarche globale pour une agriculture toujours plus respectueuse de l’environnement, l’Occitanie s’affirme également comme terre d’excellence pour la biodynamie.
(2) Première place de marché du vin biologique dans le monde, le salon Millésime Bio se présente aussi comme un acteur de la relance économique. Le salon sera indispensable pour permettre aux échanges commerciaux dont dépendent acheteurs et vignerons d’exister. Conformément aux engagements de SudVinBio, l’intérêt des professionnels reste au cœur des préoccupations. Le salon dans sa version digitale reste réservé aux professionnels du secteur, accessible via la connexion à une plateforme dédiée. Derrière des stands digitaux, les vignerons pourront mettre en avant leur domaine par le biais d’outils numériques. Les visiteurs auront à leur disposition des moteurs de recherche pour les aider à déambuler avec efficacité dans les allées numériques du salon. Pendant ces trois jours, les rendez-vous entre exposants et visiteurs seront rendus possibles par un système de messagerie instantanée ou de visioconférence.

Entretien avec Noëlle Bardou (Les Pépites de Noëlle) :

« Le vin est un support de convivialité »

Comment vivez-vous cette période et les restrictions de contact ?

Noëlle Bardou, spécialiste du tourisme vigneron avec Les Pépites de Noëlle. photo D.-R.

Noëlle BARDOU : Je la vis avec philosophie car je suis soumise aux contraintes de confinement. C’est clair que mes clients me manquent. Pour autant, je ne baisse pas les bras. J’ouvre des portes, des fenêtres, bref des solutions dans le cadre autorisé.
Ainsi, j’anime en présentiel, des séances d’initiation à la dégustation dans des maisons de retraite. Elles portent sur le vin, mais aussi sur d’autres produits, qui possèdent des comparaisons gustatives au vin. Je m’appuie sur des animatrices totalement impliquées, ce qui est fabuleux… J’ai un très bon retour de la part des participants qui sont heureux de changer de leur quotidien et qui vivent une réelle expérience, totalement positive.

Vous organisez également des séances de sophro-dégustation ?

En effet. Je fais aussi, en binôme, avec une sophrologue confirmée, des ateliers de sophro-dégustation. Ceux-ci se font en visio. Cette démarche trouve un écho super favorable auprès des participants, qui sont heureux de casser l’isolement et de partager une expérience personnelle et collective tout à la fois. Je choisis un vin local, un cépage d’ici, pour qu’ils aillent à la rencontre du vigneron, de la vigneronne quand le confinement prendra fin. Je leur présente les différents aspects de la dégustation. La vue, le nez et la bouche. Je rentre dans les détails de chacun de ces aspects. Ça permet de donner un bon vocabulaire et d’étoffer cet atelier de plein de connaissances. Je leur donne aussi des astuces, des conseils pour la dégustation. On en est toujours friands…

Comment envisagez vous « l’après » ? »

J’envisage de développer plus encore ces séances, ces ateliers, que ce soient en visio ou en présentiel. Il y a un réel intérêt. J’ai aussi pour projet de créer un catalogue, pour vendre via une boutique e-commerce, mon bon cadeau spécial Noël, mes balades commentées, mes rencontres vigneronnes, mes initiations à la dégustation et mes ateliers art et vins au musée.

De quelle façon aimeriez vous faire évoluer votre pratique et vers quelle clientèle développer l’oenotourisme ?

Tout d’abord, je vais conforter celle que j’ai déjà. Essentiellement féminine. Elle aime mon approche sensible du vin, et la bienveillance avec laquelle j’accueille les retours d’expérience de chacun des participants. La dégustation est unique. Chacune de nous la vit différemment. C’est donc important de laisser chacun, chacune s’exprimer sur ce qu’il ressent. J’aimerais également toucher une clientèle bien plus jeune– jeunes adultes- qui découvrira tôt ou tard- je préférerais tôt…-que le vin est un support de convivialité. Que c’est une rencontre subtile, délicate avec soi-même, sans tomber dans les excès des alcools forts. Le faire, pour ma part, dans une démarche pédagogique, à cet âge où l’on se construit, où l’on apprend empiriquement.

Noëlle Bardou (à g) et Hélène Labrousse (à d.). Photo D.-R.

Une question à la sophrologue qui vous accompagne. En quoi la sophrologie peut-elle apporter une nouvelle dimension à la dégustation du vin ?

Hélène LABROUSSE : Dans ces séances, la sophrologie va mettre en vedette l’oenologie et simplement amener à un moment où plus en conscience de qui nous sommes et de ce que nous faisons nous allons redécouvrir le vin. Mais avant de découvrir le vin, nous nous attachons à aller à la redécouverte de nos sens, le goût, l’odorat, la vue bien sûr mais de façon plus inattendue l’ouïe et le toucher. Il ne s’agit pas d’explorer tous les sens à chaque séance mais et, c’est de cette façon que Noëlle et moi l’avons voulu de sélectionner un ou deux sens et d’y accorder toute notre attention. Dans un agréable lâcher prise favorisé par l’accompagnement sophrologique et plus en conscience de nos sens nous sommes alors prêts pour de belles découvertes oenologiques.

Recueilli par Ph.-M.

Quelques bons plans

Découvrir les vignes et le métier de vigneron à travers des activités est la base de l’œnotourisme… en Occitanie on vous propose de le vivre autrement !

Ainsi, Les Œnorandos® de l’Hérault, sont des randonnées labellisées par la Fédération Française de Randonnée Pédestre qui invitent à la découverte des territoires viticoles à pied. Le départ et l’arrivée s’effectuent d’une cave coopérative
ou d’une maison des vins : l’occasion de déguster avec modération les nectars du cru. Les fiches de randonnées sont téléchargeables ou disponibles dans les offices de tourisme et les caveaux partenaires. www.herault-tourisme.com

Découvrir les vignes au rythme d’une 2 CV

Les mille et une façons de découvrir les vignobles du Languedoc et du Sud-Ouest Photo C. DESCHAMPS

Dans l’Aude c’est Anne, vigneronne et propriétaire d’une maison d’hôtes dans le Minervois qui embarque ses visiteurs à bord d’une Citroën Méhari pour une demi-journée pleine de surprises. Au programme : la lecture des paysages, l’histoire viticole du Minervois et son quotidien de viticultrice. Et dans le même département, on eut embarquer à bord d’une mythique Citroën 2 CV pour une virée à travers les vignes des Corbières et de Fitou ou dans le secteur de la Clape et le long des étangs de Bages-Sigean. Tandis que dans le Tarn le vénérable véhicule sillonne les routes du vignoble de Gaillac et ses villages perchés.

Dans les Pyrénées-Orientales, au printemps ou à l’automne, c’est plutôt à bord d’une antique micheline, et en première classe que le Train rouge embarque les visiteurs conviés à un voyage hors du temps, à la découverte de la magnifique vallée de l’Agly. Et tandis que l’ouïe est bercée par la visite contée, les forteresses cathares se dressent fièrement au-dessus des vignes du Roussillon.

À pied, à vélo… depuis une montgolfière !

Ainsi, à pied, à vélo, à trottinnette ou en canoë, la mode est à l’itinérance douce. Douces également, les visites en calèche tractée par un âne du côté de Luzech, dans l’un des plus beaux secteurs viticoles de la vallée du Lot, ou das le Gard, avec Patrick Viala et ses chevaux de trait, qu’il utilise pour ses activités agritouristiques (voitures hippomobiles) et pour le labour de ses parcelles cultivées (vins AOP Duché D’Uzés et IGP Cévennes).

Dans le Tarn, on propose même de découvrir les vignobles depuis… Une montgolfière ! Et quel que soit l’angle choisi, des vendanges aux dégustations en passant par les ateliers d’assemblage… rien ne vaut une immersion dans le monde des vignerons et des œnologues pour apprécier toutes les subtilités de la viticulture.

Vendanges romaines et de la Saint-Sylvestre

Le Comité régional du Tourisme et des Loisirs d’Occitanie a ainsi répertorié les expériences les plus étonnantes, d’une reconstitution de vendanges romaines au Mas des Tourelles (Gard) celles de la Saint-Sylvestre à Viella (Gers) quand, chaque 31 décembre, les vignerons de Plaimont et de la cave de Crouseilles célèbrent la Saint-Sylvestre lors d’un rendez-vous festif qui donne naissance à une cuvée unique de Pacherenc du Vic-Bilh en série limitée… Et ce ne sont là que quelques exemples. Avec chaque bouteille, c’est tout un monde qui s’offre à vous, à déguster avec modération mais aussi enthousiasme !

Ph.-M.

En savoir plus : www.fascinant-weekend.fr , www.destinationvignobles.org ,
www.tourisme-occitanie.com/visiter-bouger/gastronomie-et-oenotourisme

D’autres articles sur le vin, Dis-Leur !