Talent de la création : Une Biterroise invente la station de lavage mobile

Anne Sophie Lunel a inventé le Nécobac. Une station de lavage mobile et écolo pour les métiers du bâtiment. elle est arrivée en finale du concours Talent. Photo : Alain Tendero/Divergence

Accompagnée par la pépinière d’entreprises Innovosud et la BGE, Anne-Sophie Lunel est arrivée en finale du concours national Talent de la création, le 27 octobre au ministère des Finances. Grâce à Nécobac (Nettoyeur écologique dans un bac) destiné à laver les outils des métiers du gros oeuvre.

Anne-Sophie Lunel n’a pas gagné le concours annuel Talent de la création d’entreprise BGE. Mais elle a déjà gagné en notoriété, le nerf de la guerre économique dans les TPE. Le fait d’arriver en finale de c e concours prisé a boosté son innovation et fait rencontrer récemment, à l’occasion de la remise des prix, au ministère des Finances, à Bercy, des « personnes importantes », dit-elle pouvant directement ou indirectement faire la promotion de son produit. Cette Biterroise, incubée à InnovoSud, la couveuse d’entreprises de l’agglomération de Béziers, était donc présente  le 27 octobre à Bercy avec son invention, le Nécobac : comprendre Nettoyeur écologique dans un bac. Aussi simple que l’idée est ingénieuse même si elle a mis huit ans à pouvoir la réaliser.

Les outils peuvent ainsi être lavés sur place, assurant gain de temps et améliorant la durée de vie de ces matériels.

« C’est un bac où l’on peut laver directement les outils des différents corps de métiers du bâtiment, notamment dans le gros oeuvre. On utilise qu’une seule eau. Les boues sont filtrées à chaque lavage. Et, à la fin, celles-ci sont récupérées et accompagnent in fine les autres gravats mis en tas et en déchetterie. Simple. Efficace. Écolo. « J’ai des concurrents mais leurs machines sont de très grosse taille et absolument pas mobiles contrairement au mien. » Régulièrement abîmés, notamment par le béton qui sèche rapidement, les outils peuvent ainsi être lavés sur place, assurant gain de temps et améliorant la durée de vie de ces matériels.

« En plus, le Nécobac est 100 % fabriqué dans l’Hérault, jubile Anne-Sophie Lunel qui, auparavant, travaillait dans le bâtiment. C’est ainsi qu’elle a pu percevoir les besoin des métiers du bâtiment. Aujourd’hui, la petite entreprise démarre bien. Elle a décroché des ventes pour son Nécobac (2 970 euros l’unité) chez des clients prestigieux comme Vinci, Eiffage ou Bouygues. « J’e,n ai vendu une vingtaine au total dans tout l’Hexagone », précise-t-elle.

Le 27 octobre à Bercy, ils étaient donc 35 finalistes pour l’ultime étape du concours Talents BGE venus convaincre de la pertinence de leur entreprise un jury composé de professionnels de l’entrepreneuriat, partenaires, journalistes et entrepreneurs. Sept lauréats ont été récompensés dans diverses catégories : Développement, Economie Sociale et Solidaire, Service, Artisanat, Innovation, Jeune Pousse, Commerce, Encouragement.

500 000 créations d’entreprises chaque année

« Le concours Talents BGE permet de remettre les petites entreprises au coeur des échanges, de montrer leur réalité et leur potentiel. Il y a aujourd’hui une formidable énergie entrepreneuriale en France, avec plus de 500 000 créations d’entreprises chaque année », a indiqué Jean-Luc Vergne, Président de BGE « Cette énergie est une force car les entrepreneurs sont l’avenir de l’économie. Ce sont eux qui innovent, qui créent des activités et des emplois. Pour cette raison, il est essentiel de les aider à se lancer et à se développer. »

C’est dans la catégorie Innovation que la jeune start-up Biterroise, Necobac SAS, fondée par Anne Sophie Lunel au printemps 2016 a concouru. Cette entreprise, accompagnée sur le Biterrois par la pépinière Innovosud et BGE Grand Biterrois, est le fruit d’une idée simple et ingénieuse basée sur l’observation des pratiques dans le BTP : une aire de lavage mobile pour les métiers du gros oeuvre du bâtiment, économe en eau et qui supprime le déversement des eaux polluantes dans les sols canalisation et cours d’eau.
Après des années de développements techniques en lien avec les professionnels du bâtiment et de nombreuses démarches pour développer la notoriété de ce produit innovant, les partenariats commerciaux se tissent avec notamment des grands groupes du BTP et les ventes décollent.
Un parcours remarquable et de belles perspectives de développement pour cette jeune entreprise qui viennent témoigner de l’énergie entrepreneuriale de notre territoire et de ses potentialités.

Olivier SCHLAMA