La DRH aux profs : « Si ça ne vous convient pas, pensez à l’euthanasie… »

Dans un contexte de dénigrement des enseignants, les propos de la directrice des ressources humaines lors d’une réunion sur le reclassement d’enseignants ne passent pas. Surtout qu’ils ont été tenus dans un lycée dont six personnes se sont suicidées ces dernières années. Le délégué syndical qui a porté l’affaire sur la place publique, Gérard Lenfant, a rencontré la rectrice ce matin à qui il a demandé des excuses de la DRH et son départ.

L’affaire a mis quatre mois à éclater. Longtemps, la sidération s’est imposée. Chez certains, laminés par la réforme de la filière pro, c’était une grosse lassitude qui les as empêché de parler. S’ajoutant à la triste habitude du dénigrement des enseignants, parfois traités d’inutiles par la critique facile. Et puis, il y a quelques jours, le 21 juin, un délégué syndical (CFE/CGS), Gérard Lenfant, tend l’oreille et ce qu’il entend l’interpelle : « Deux profs discutaient et j’entends l’un d’eux dire à l’autre : on a échappé à l’euthanasie… » Il finit par apprendre la totalité de l’histoire.

Flash back. En février dernier, se tient une réunion d’information au lycée Jean-Moulin, à Béziers (Hérault), organisée par la directrice des ressources humaines (DRH) du rectorat. Il s’agit d’expliquer aux quelque 60 des 120 enseignants en secrétariat et comptabilité (gestion de l’administration) de l’académie que peu à peu ils devront enseigner d’autres matières.

Ces matières sont vouées à disparaître rapidement. Et de leur faire part de propositions de reclassement. Une prof du lycée de Narbonne lève la main : « Et si vos propositions ne nous intéressent pas, est-ce que vous nous en suggérez d’autres ? » La réponse de la DRH fuse. « Pensez à l’euthanasie si les reconversions proposées ne vous plaisent pas… » Même précédée de la précaution oratoire (« je vais faire de l’humour »), sa réplique jette un froid. Et fait monter une colère sourde.

Si une RDH de rectorat se laisse à dire ce genre de réflexion morbide, que nous reste-t-il de notre reconnaissance ? »

Gérard Lenfant, syndicaliste.

Cette réflexion est ressentie comme une insulte grave. Surtout dans un contexte difficile où « les profs sont systématiquement dénigrés. On dit d’eux qu’ils ne travaillent pas. C’est grave de la part de l’institution qui a su ce qui avait été dit puisque la DRH était accompagnée d’inspecteurs et de chefs de service. Les collègues ont exprimé un vrai malaise par rapport à ça. Surtout qu’en quelques années, six suicides ont eu lieu au lycée Jean-Moulin, un CPE et un directeur d’établissement faisant fonction, notamment. Faire en plus cette réflexion à cet endroit-là…! Si une RDH de rectorat se laisse à dire ce genre de réflexion morbide, que nous reste-t-il de notre reconnaissance ? »

Réunion avec la rectrice ce matin

Gérard Lenfant a pensé, un temps déposer plainte. Il ne le fera pas, pas tout de suite, en tout cas. D’abord parce qu’à chaque fois qu’il dénonce des dysfonctionnement, même directement au ministère, que ce soient des stuations de harcèlement présumées ou de travaux dissimulés, « ça part en rangement vertical ». Ce jeudi matin, le responsable syndical a rencontré la rectrice d’académie, Béatrice Gille.

« La rectrice s’est cachée derrière son devoir de discrétion », confie Gérard Lenfant. « Nous, nous attendons vraiment des excuses. Et nous demandons que cette DRH parte. Nous lui demandons également qu’elle ait une décision bienveillante sur au moins trois demandes de révision d’affectation d’enseignants. Ce qui ne coûte rien pécuniairement parlant. » Et peut atténuer un peu le malaise.

Contacté, le rectorat a réagi par un simple communiqué : « Ces propos regrettables ont été tenus en février 2019 devant une assemblée prévenue de leur teneur humoristique, en décalage avec la réunion en cours. Ils ont été tenus sans volonté de nuire, ni de heurter. Il s’agit d’une vraie maladresse pour laquelle la Directrice des ressources humaines s’excuse auprès des personnes choquées. Une délégation a bien été reçue ce matin au rectorat. »

Olivier SCHLAMA

Sur le même thème :