Innovation : Wall-E existe, il est né à Toulouse

Olivier Pagès, CEO Fondateur de ffly4u, 25 ans d''xpérience en milieu industriel... Photo D.-R.

Fondée en 2015 à Toulouse, ffly4u fait « parler » les objets mobiles industriels autour de trois grands axes : la géolocalisation (avec 4 technologies distinctes), le suivi de la température et la détection des chocs et des mouvements.

En ce mois de juin 2015 à Toulouse, Olivier Pagès et Philippe Lefaure, les deux fondateurs de ffly4u, sont en effet convaincus que le devenir de la Supply Chain (gestion de la chaîne logistique, NDLR) à l’ère de la transformation digitale des entreprises « passera par la création de valeur au travers de l’information embarquée sur actifs mobiles » ; ils créent alors ffly4u.

Un boitier plein de bonnes idées

Faire « parler » les machines… Photo D.-R.

En 2018, ffly4u développe « une approche pour répondre à des besoins métier complexes », en rendant intelligents des objets utilisés dans différents secteurs industriels et de services (tourets de câble, bennes, remorques, supports de manutention, aéronautique). Certes ce n’est pas encore le petit robot sensible du film Disney/Pixar (Wall-E, 2008). Mais grâce à des technologies d’Intelligence Artificielle (IA) / et de Machine Learning (ML, *) embarquées dans le boîtier, les services ffly4u permettent non seulement d’identifier très finement les différentes phases de vie des objets industriels, mais aussi de créer de nouvelles sources de revenus pour les clients de ffly4u. Cette solution made in France, unique en Europe, appelée Edge AI Low Power ®, offre des fonctionnalités très spécifiques et innovantes, répondant aux besoins des grands acteurs industriels.

« Un traitement judicieux des données »

Olivier Pagès. Fondateur. Photo D.-R.

Pour essayer de saisir toute la subtilité de la chose : ffly4u est le fabricant d’une technologie qui rend les produits industriels intelligents et… bavards ! Mais comment ? « Grâce à sa propre technologie d’Intelligence Artificielle embarquée qui permet un traitement judicieux des données » précise la société : « Géolocalisation, suivi de la température, témoignage des chocs, calculs de longueurs de câbles… toute information qui qualifie le traitement des équipements industriels peuvent être transmises. C’est l’IoT (Internet of Things / internet de l’objet) Cette solution assure la qualité du matériel transporté, de son entretien, évite les pertes, les oublis, réduit la consommation d’énergie, crée de nouveaux indicateurs de performance… augmente la satisfaction client et crée de la valeur. C’est un gain de performance pour les secteurs concernés », explique-t-on, non sans fierté, chez ffly4u. Avec actuellement 7 500 boîtiers actifs auprès d’une trentaine de clients, la société de Toulouse (qui fabrique à Castres dans le Tarn) est présente dans plusieurs pays d’Europe : Suisse, Allemagne (un bureau à Munich), Angleterre, mais aussi en Inde (un bureau à New Delhi). pour un chiffre d’affaire (CA) de 400 000 € dont 70% à l’export.

Ph.-M.

(ML, *) L’apprentissage automatique1 (en anglais: machine learning, litt. apprentissage machine), apprentissage artificiel1 ou apprentissage statistique est un champ d’étude de l’intelligence artificielle qui se fonde sur des approches mathématiques et statistiques pour donner aux ordinateurs la capacité « d’apprendre » à partir de données, c’est-à-dire d’améliorer leurs performances à résoudre des tâches sans être explicitement programmés pour chacune. Plus largement, il concerne la conception, l’analyse, l’optimisation, le développement et l’implémentation de telles méthodes.

Dis-Leur ! que l’innovation est une valeur de l’Occitanie