Agriculture : L’innovation (aussi) est dans le pré !

Innov’Action 2019, chez Alain Delcayre - Earl Les Graviers à Meyronne dans le Lot. Photo D.-R.

Pour la sixième édition des Journées Innov’Action plus de 900 visiteurs se sont rendus dans des exploitations de la région. Ces rendez-vous ont permis aux agriculteurs de prendre la parole pour présenter leurs pratiques innovantes à d’autres agriculteurs, aux professionnels du secteur ainsi qu’aux décideurs locaux, afin de favoriser le partage de bonnes pratiques et de connaissances.

Ces innovations contribuent à améliorer la triple performance économique, sociale et environnementale des entreprises agricoles. À titre d’exemple, de nouveaux débouchés via le développement de filières innovantes telles que les PPAM (*) et la lavande, la réduction des traitements phytosanitaires, la valorisation du bois notamment en litière, le lien entre biodiversité et agriculture, l’optimisation de l’irrigation, le numérique au service des cultures…

Transférer les solutions innovantes chez des agriculteurs

Ces échanges entre agriculteurs sont aujourd’hui essentiels dans un contexte de crises importantes auxquelles fait face l’agriculture, qui constitue, avec l’agroalimentaire, le premier pilier de l’économie de la région Occitanie, devant l’aéronautique et le tourisme.

Grâce aux innovations mises en place, les agriculteurs s’adaptent quotidiennement pour préserver l’environnement, améliorer leurs conditions de travail et leur compétitivité. Ils tentent ainsi de répondre aux grands défis auxquels ils sont confrontés : le changement climatique, la préservation de l’environnement, la croissance de la demande alimentaire, et la concurrence des marchés européens et internationaux.

Lot : valoriser le soja pour atteindre l’autonomie protéique

C’est par exemple le cas d’Alain Delcayre, installé depuis 1983 à Meyronne (Lot), qui ses lancé dans la culture de soja pour l’alimentation de ses canards. S’il fabriquait son aliment à la ferme avec ses céréales, il était contraint d’acheter le complèment protéique à l’extérieur. Grâce à l’investissement de sa coopérative Valcausse dans un toasteur de graines, il peut depuis 2018 y faire tostaer son propre soja.

Il témoigne : « Je suis très attaché à la haute qualité de notre production de foie gras et conserves de canard gras qui portent l’image et le savoir-faire de notre terroir. Aujourd’hui les consommateurs sont très exigeants et ils veulent savoir d’où viennent les aliments et comment sont élevés nos animaux. J’ai donc développé une fabrique d’aliments à la ferme. » La réflexion de plusieurs éleveurs a donc mené à l’achat de ce toasteur (nécessaire pour chauffer le soja à haute température afin d’en éliminer les toxines) : « En plus de l’intérêt qualitatif, il me revient nettement moins cher que le soja acheté », précise Alain Delcayre… D’autres témoignages ICI…

Le soutien des Chambres d’Agriculture d’Occitanie

Si l’innovation est souvent issue de la recherche ou de l’expérimentation, elle existe aussi dans les exploitations agricoles, initiée par des agriculteurs « pionniers ». Sa mise en œuvre est source d’emplois et de valeur ajoutée pour les territoires ruraux. Avec leurs réseaux de conseillers techniques de proximité, les Chambres d’agriculture d’Occitanie (**) accompagnent ces agriculteurs avant-gardistes dans la réalisation et le suivi de leurs projets.

Le robot TED, une alternative possible au désherbage chimique. Testé dans l’Aude. Photo D.-R.

Ainsi, le groupe coopératif agricole Arterris s’est associé à l’entreprise toulousaine Naïo Technologies et la pépinière viticole Calmet (Fanjeaux, Aude). Il teste depuis l’été 2018 et pour une durée de trois ans, le protype de TED, un robot enjambeur viticole permettant le désherbage mécanique inter-ceps de vigne. Il évalue les performances agronomiques, la rentabilité et le retour sur investissement de ce robot en comparant son utilisation aux techniques conventionnelles. L’enjeu est double : proposer aux adhérents viticuteurs d’Arterris une alternative innovante au désherbage chimique, tout en  leur offrant un gain de temps et de productivité…

Créer une dynamique sur les territoires

Les enjeux de cette opération sont donc de valoriser ces agriculteurs qui innovent, de les amener à échanger afin de propager l’innovation et ainsi créer une dynamique sur les territoires.

« L’innovation doit permettre au monde agricole de s’adapter à des contextes toujours plus fluctuants et de répondre aux attentes de nos concitoyens : une alimentation saine et de qualité, mais aussi un espace rural accueillant et des ressources préservées (…) En améliorant les performances de leurs exploitations, ils offrent des solutions afin que le monde agricole réponde aux grands défis auxquels il est confronté. Enfin, pour la plupart, les innovations mises en œuvre sont créatrices d’emplois non délocalisables » insiste Denis Carretier, Président de la Chambre régionale d’agriculture d’Occitanie.

Philippe MOURET

(*) La filière PPAM c’est celle des plantes à parfum, aromatiques et médicinales. Une mission d’information du Sénat soulignait en septembre 2018 qu’il s’agit d’« une filière à fort potentiel…. Portée par des marchés dynamiques, la production des PPAM connaît une croissance et une attractivité singulières dans le monde agricole…. »
PPAM en Occitanie : La diversité des climats et des terroirs d’Occitanie conviennent à de très nombreuses espèces de plantes recherchées par les acheteurs locaux aux exigences de plus en plus fortes. Les plantes à feuilles comme le basilic, sont cultivées en maraîchage à irrigation obligatoire alors que les plantes comme la coriandre ou l’aneth sont cultivées pour leur graine en rotation de types grandes cultures (…) Parmi les autres espèces cultivées, on retrouve les plantes de garrigues présentes à l’état sauvage comme la lavande ou le thym. La lavande d’Occitanie semble être épargnée par les problèmes de dépérissement qui touchent les plants de la région provençale ouvrant ainsi des perspectives de développement. Quant au thym, l’étendue des variétés dans la région est un réel atout pour la filière.
(**) Avec plus d’un millier de collaborateurs accompagnant au quotidien les agriculteurs, les Chambres d’agriculture d’Occitanie sont de véritables catalyseurs qui favorisent l’émergence de projets innovants. Elles contribuent ainsi, sur le terrain et de façon très concrète, à relever les trois défis majeurs de l’agriculture : produire en étant compétitif, préserver les écosystèmes et entreprendre pour participer au développement de tous les territoires. Sur le terrain, les Chambres d’agriculture contribuent au développement des exploitations agricoles conciliant performance économique, sociale et environnementale au travers de nombreuses actions.

Dis-Leur ! parle de l’agriculture…

  • Innov’Action : Avec ceux qui labourent le terrain de l’agriculture. Lire la suite…
  • Biodiversité : Réconcilier nature et agriculture, cest possible ! Lire la suite…
  • Chronique : L’agriculture, condition de la « condition humaine« . Lire la suite…
  • Semences : « Seule l’irruption de la citoyenneté fera bouger les choses« . Lire la suite…