Evénements : Un festival d’annulations pour les rendez-vous de l’été

Les Feux de la Rampe ne brilleront guère cet été... Photo D.-R.

Coup dur pour les acteurs de la culture… Après la dernière intervention télévisée du président de la République, nombreux sont les festivals qui tirent le rideau. Première déflagration avec le Festival d’Avignon, annulé. Plus près encore, en Occitanie, le Printemps des Comédiens à Montpellier, Les Déferlantes d’Argelès-sur-Mer sont annulés et la Cité de Carcassonne ne connaîtra pas d’embrasement en 2020. Exit aussi le K-Live à Sète et pas mal d’autres. Certains jouent la carte du report…

« Pour le monde de la culture, les mois qui viennent seront difficiles. La mobilisation du ministère de la culture ne faiblira pas. Nous serons aux côtés de tous les acteurs culturels et mettrons en place un plan spécifique annoncé par Emmanuel Macron », a tweeté le ministre de la culture, Franck Riester. Cest peu dire, en effet, que les temps sont durs ! Particulièrement en Occitanie où l’économie touristique et la fréquentation de plus de 300 festivals en été constitue un élément essentiel.

Des « reports » qui sonnent comme des annulations

Photo d’archive D.-R.

« L’évolution de la situation actuelle et les récentes annonces du gouvernement ne nous laissent plus guère le choix : l’édition du K-LIVE 2020, initialement prévue du 3 au 7 juin à Sète (Hérault, NDLR), est officiellement annulée. Ce festival dédié à l’art urbain s’apprêtait à célébrer sa 13e édition (…) mais vous pourrez toujours profiter des œuvres pérennes des 12 éditions passées et qui constituent un patrimoine urbain riche et singulier… » déclare l’équipe du K-Live. Dans la Nouvelle-Aquitaine voisine, c’est l’événement Garorock de Marmande qui a jeté l’éponge.

Annulations enc chaîne aussi en Occitanie, pour Pause Guitare à Albi (Tarn), ou dans le Tarn-et-Garonne, pour Montauban en Scène et Les Voix de Moissac…  Dans l’Hérault, Le Festival de musique ancienne de Magelone est annulé en juin. Mais l’association organisatrice Les Muses en Dialogue tente de mettre en place un report pour le mois de septembre : « Nous mettons tout en œuvre avec les Compagnons de Maguelone, gestionnaires attentionnés de la presqu’île de Maguelone, pour trouver une solution. Nous ne pourrions envisager un tel scénario si nous ne constations pas un élan de solidarité et un soutien bienveillant de l’État et des collectivités locales… » (**)

Toulouse s’organise entre annulations et reports

Autre exemple à Toulouse où , « suite à l’annonce du président de la République, Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse, Président de Toulouse Métropole a pris la décision de reporter ou d’annuler divers événements de la saison culturelle. » Exit donc le festival Toulouse d’été qui ne pourra avoir lieu cette année en juillet. Ce sera le cas également pour l’ensemble des rendez-vous jusqu’à la fin de la saison 2019/2020, pour le Théâtre et l’Orchestre national du Capitole. La création du ballet Toulouse-Lautrec est néanmoins « reportée à novembre 2020 par le Théâtre du Capitole, qui a d’ores et déjà lancé la nouvelle saison 2020-2021″, précise la municipalité.

Rio Loco … avant. Photo D.-R.

Et le festival Rio Loco, temps fort de la saison culturelle qui rassemble chaque année des milliers de festivaliers dans le cadre de la prairie des Filtres, programmé du 17 au 20 juin verra l’édition anniversaire de ses 25 ans reportée en juin 2021, toujours autour de la thématique Afrika. Un report qui souligne tout de même la disparition de l’édition 2020.

Idem pour l’ElectroBeach au Barcarès (Pyrénées-Orientales) dont l’édition 2020 est « reportée« … à 2021. Mauvais temps donc pour la musique électro, qui avait déjà enregistré l’annulation du WorldWide Festival de Sète, dont la prochaine édition est déjà fixée : du 2 au 10 juillet 2021.

Vers des rendez-vous repoussés à l’automne

Report également à Sérignan (Hérault) pour la 25e édition du Festival de Bande dessinée. « Il nous semblait important et symbolique de maintenir en cette Année de la bande dessinée, cet évènement anniversaire qui fait de notre festival l’un des plus anciens de la Région Occitanie et de France. Plus que jamais, c’est un acte délibéré de soutien envers les auteurs et la chaîne du livre », souligne le maire Frédéric Lacas. Rendez-vous donc les 26 et 27 septembre prochains !

A Montpellier, après le Printemps des Comédiens (29 mai – 27 juin) qui a renoncé, Montpellier Danse refuse de raccrocher les chaussons : « Et si nous inventions un festival en Automne, un festival en archipel, à la rentrée de septembre ! Avec l’aide et la solidarité des responsables des salles et des théâtres de Montpellier (*) il semble dorénavant possible d’organiser une programmation reportant la presque totalité des spectacles du festival de l’été sur la période de l’automne allant de septembre à décembre prochains il semble dorénavant possible d’organiser une programmation reportant la presque totalité des spectacles du festival de l’été sur la période de l’automne allant de septembre à décembre prochains », affirme son directeur, Jean-Paul Montanari.

Un « écosystème du spectacle (…) déjà extrêmement fragile »

Le Théâtre de la mer, à Sète, ne raisonnera pas des accents des musiques du monde cet été. photo archive Pierre NOCCA

Sans dresser un bilan exhaustif de l’été des festivals, on peut déjà estimer que le monde culturel va connaître une déflagration bien pire que celle du conflit autour du statut des intermittents en 2003. Car l’ombre de l’annulation s’étend bien au-delà de la mi-juillet. L’incertitude demeure en effet sur les conditions du déconfinement et sur l’espoir de pouvoir réunir un grand nombre de personnes en un seul lieu. Il est encore bien trop tôt pour se prononcer.

Ainsi, comme le souligne l’équipe du Festival Jazz à Sète (15-21 juillet), lui aussi annulé : « Ces cascades d’annulations et de reports mettent en péril un écosystème du spectacle vivant déjà extrêmement fragile. Nous sommes solidaires de l’ensemble du secteur culturel et événementiel empêché de se réaliser, et de tous ces hommes et femmes, techniciens, intermittents, artistes, prestataires, médias et partenaires, dont l’activité est drastiquement mise à mal, pour une période impossible à définir à l’heure actuelle… » Ainsi, tout est dit…

Philippe MOURET
(*) Il cite : Valérie Chevalier, directrice de l’Opéra ; Martine Vicériat, responsable du Corum et du Zénith ; Nathalie Garraud et Olivier Saccomano, directeurs des 13 Vents CDN Montpellier ; Nicolas Dubourg, directeur du Théâtre la Vignette ou Gabriel Lucas de Leyssac, patron du Kiasma.
(**) Les Muses en Dialogue proposent, en attendant, de voir ou revoir quelques-uns des concerts qui ont été réalisés ces dernières années pour le compte de la chaine de télévision musicale Mezzo. Avec le soutien de la société de production Ozango et à la plateforme de diffusion musicale Total Baroque qui permet cette diffusion. Un exemple ci-dessous :

Lire aussi l’analyse d’Emmanuel Négrier :

L’un des spécialistes français, le chercheur Montpelliérain Emmanuel Négrier, pointe l’opportunisme possible de grands groupes. La région, très festivalière, compte plusieurs centaines d’événements qui ne pourront pas trouver de place sur le calendrier. Lire la suite…