Européennes : « Une demande de société de consommation plus saine »

Alors que les élections européennes approchent, l’UFC-Que Choisir montre dans un sondage que les Européens aspirent à une société plus responsable, avec une meilleure qualité alimentaire, notamment. De son côté, le Centre européen des consommateurs rappelle tout ce que l’Europe a déjà fait pour faciliter la vie quotidienne.

Cela reste un sondage le jour de la fête de l’Europe. Mais on peut tenter d’en tirer un enseignement majeur : « L’agréable surprise, résume Cédric Musso, de l’UFC-Que Choisir, c’est que nous avons eu beaucoup de réponses à ce sondage, preuve que l’Europe intéresse. L’autre agréable surprise, c’est que l’on sent une aspiration à une société de consommation plus responsable, plus durable, plus saine, avec moins de substances chimiques (avec un renforcement de la réglementation massivement demandé), une meilleure qualité alimentaire. » Ils sont, par exemple, favorables à un Nutri-Score obligatoire, à l’échelon européen. Afin de simplifier la lecture et la compréhension de l’étiquetage nutritionnel, et d’inciter les professionnels à améliorer la composition de leurs produits.

Alors que les élections européennes approchent, l’UFC-Que Choisir publie donc les résultats de son enquête exclusive sur leurs préoccupations et attentes consuméristes pour l’Europe de demain, basée sur les 15 352 réponses au questionnaire en ligne qu’elle a lancé.

93 % des répondants au sondage disent être insuffisamment informés

élections européennes du 26 mai 2019Premiers constats : seuls 13 % des sondés estiment que leurs droits de consommateurs sont assez défendus à l’échelon européen, et surtout 93 % indiquent être insuffisamment informés des lois votées par le Parlement européen. Ils appellent clairement les prochains élus à un sursaut pour une société de consommation plus saine et responsable, en leur fixant trois priorités très clairement définies. Sécurité sanitaire, alimentaire, développement durable : c’est le top 3 des priorités des consommateurs, selon ce sondage.

Parmi les neuf thématiques consuméristes proposées (2), les répondants à ce sondage « mettent clairement en avant – et de loin – la lutte contre les substances chimiques indésirables (87 %) suivie de la sécurité alimentaire (75 %). Le développement durable et le climat est sur la 3e marche du podium des priorités (70 %). Au-delà des secteurs prioritaires, ils ont plébiscité des propositions concrètes », selon l’UFC.

Renforcement de l’indépendance des autorités de contrôle et des études scientifiques

Dans le détail, 97 % des répondants sont « favorables à ce que la lutte contre les substances chimiques indésirables passe par un renforcement de l’indépendance des autorités de contrôle et des études scientifiques. Les sondés soutiennent également massivement un étiquetage des produits plus explicite (96 %), et un encadrement strict des perturbateurs endocriniens en application du principe de précaution (94 %).

élections européennesEnfin, dans l’objectif d’une réelle durabilité des produits, « 96 % des consommateurs sont favorables à ce que les constructeurs conçoivent des produits plus durables, réparables dès l’origine, mais également à rendre obligatoire la disponibilité des pièces détachées. 96 % des répondants sont également favorables à ce que la durée de la garantie légale de conformité soit augmentée en fonction de la durée de vie des produits.

Plus généralement, alors que « l’Union européenne multiplie les textes d’harmonisation maximale empêchant les États membres d’adopter des législations plus contraignantes, 81 % des répondants estiment que les États membres devraient avoir le droit d’imposer des règles plus favorables aux consommateurs que le standard européen », précise Cédric Musso.

L’Europe est présente dans la vie quotidienne des Français et des Européens mais ses habitants méconnaissent la législation européenne. »

Cédric Musso, UFC-Que Choisir

« Cela illustre un paradoxe, ajoute Cédric Musso. L’Europe est présente dans la vie quotidienne des Français et des Européens mais ses habitants méconnaissent la législation européenne. En revanche, ils ont pris conscience de cette insuffisance et du manque d’information. Pourtant, ils peuvent bénéficier de dispositifs très favorables pour eux. » Parmi les progrès, qui sait qu’il existe un forfait d’indemnisation en cas de retard ou d’annulation d’un vol ? Certes, les compagnies aériennes ne font pas de grands efforts auprès de leurs clients… » Mais l’Europe a des efforts à faire pour les informer.

Idem pour la suppression récente des appels téléphoniques dit en itinérance d’un pays à l’autre de l’Union et qui engendraient des surcoût parfois importants. « Une pratique qui est finie », souligne Cédric Musso. Il enchaîne sur l’établissement récent d’une législation européenne en matière de soldes. « Désormais, il y a deux périodes de soldes dans l’année et on a pu réintroduire à l’échelle de l’Europe et grâce à la France l’obligation de marquer sur les produits, le prix de référence. »

A la lumière de cette enquête, l’UFC-Que Choisir va « interpeller les têtes de listes et candidats pour les faire rentrer au cœur de leur programme ».

Olivier SCHLAMA

  • La vidéo du Centre européen des consommateurs.
  • (1) Enquête réalisée en ligne entre le 20 février et le 10 avril 2019.
    (2) Les neuf thématiques par ordre alphabétique. L’accès géographique aux soins, le développement durable et le climat, la lutte contre les substances chimiques indésirables, la lutte contre l’obsolescence programmée des produits, la mise en place d’un recours collectif européen, la protection des données personnelles et de la vie privée, la régulation bancaire et financière, la régulation de l’intelligence artificielle, la sécurité alimentaire.

« Faciliter la vie quotidienne des Européens »

L’Europe reste encore trop méconnue et « notamment dans ce qu’elle fait au quotidien », explique Bianca Schulz. La directrice du Centre européen des consommateurs précise que c’est « l’Europe qui a, par exemple, harmonisé de nombreux droits des consommateurs ; imposé le délai de rétractation de 14 jours pour tout achat en ligne ; instaurer des droits des voyageurs et indemnisations valables pour tous les citoyens européens ; interdit le géoblocage, etc. L’idée, c’est que l’Europe facilite la vie quotidienne des Européens et par là même faciulité la mobilité et le sentiment d’appartenance. »

L’Europe nous protège dans notre vie quotidienne et on ne le sait pas toujours ! »

brexitLe Centre européen français des consommateurs est l’interlocuteur unique des Français pour toute demande ou tout litige commercial dans l’un des pays de l’Union et vise à résoudre un différend à l’amiable. »L’Europe nous protège dans notre vie quotidienne… Et on ne le sait pas toujours ! », souligne-t-on au CEC.

Fin des surcoûts pour les appels, les SMS et les données mobiles, 14 jours pour changer d’avis suite à un achat en ligne, une meilleure protection des données personnelles, des droits quel que soit le mode de transport… Pour la Journée de l’Europe le 9 mai et à quelques jours des élections européennes, le Centre Européen des consommateurs France présente dans un film ce que l’Europe a concrètement apporté dans la vie quotidienne des citoyens européens. Une vision positive de ce qui fonctionne en Europe !

O.SC.

👉 La vidéo du CEC

Sur le même thème :