Aude / Inondations : « Des dizaines voire des centaines de vies sauvées »

Selon le colonel Henri Benedittini, patron des pompiers de l'Aude, "les villages audois envahis par l'eau, coupés du monde, et, parfois, inaccessibles aux engins de sauvetage même les camions destinés aux feux de forêts pouvant rouler avec 80 centimètres d'eau... C'était même parfois très limite pour les sauveteurs eux-mêmes ; il y avait un courant de fou... Il n'était pas rare de faire appel, en dernier recours, aux hélicoptères pour hélitreuiller des habitants." Photos : SDIS de l'Aude.

Alors que le président Macron doit venir dans l’Aude demain lundi 22 octobre et que Conseil régional et département de l’Aude ont débloqué 62 millions d’euros d’aides exceptionnelles, la société héraultaise Predict Services tire un premier bilan des inondations dramatiques de cet épisode méditerranéen meurtrier d’il y a une semaine qui a fait 200 millions d’euros de dégâts. Il fait froid dans le dos. Sans l’organisation actuelle des secours et le suivi des prévisions, le bilan aurait été bien au-dessus des 14 morts et 70 blessés de la nuit du 14 au 15 octobre.

« Sans la mobilisation extraordinaire de l’ensemble des acteurs, maires, équipes municipales, sécurité civile, SMMAR (syndicat mixte des milieux aquatiques et rivières qui finance certains gros travaux de protection), services de l’état, secteur privé et associatif, le bilan de cet événement aurait été catastrophique. » Et grâce aux « actions engagées par les communes des dizaines, voire centaines de vies ont été sauvées. »

Alix Roumagnac est un professionnel rompu aux alertes inondations. A la tête de Predict Services détenue par Météo France, Airbus et BRL. Cette société est inconnue du grand public, mais indispensable à de nombreuses communes qu’elle aide à se préparer au pire, notamment en Occitanie, à travers la gestion de crise et l’apprentissage de la culture du risque. Déjà 30 000 d’entre-elles lui ont fait confiance.

PNous avons reçu les témoignages de 40 ou 50 maires des communes concernées. Ils sont tous choqués que la population ait pu penser qu’ils dormaient pendant que l’eau montait dangereusement. »

Alix Roumagnac, à la tête de Predict Services

Ce spécialiste dit, alors que se développe envers ses élus une colère sourde de la population, qui s’est sentie abandonnée : « Nous avons reçu les témoignages de 40 ou 50 maires des communes concernées une semaine après l’événement. Ils sont tous choqués que la population ait pu penser qu’ils dormaient pendant que l’eau montait dangereusement. » Predict a voulu rétablir la vérité. D’ailleurs, les multiples travaux réalisés ces dernières années ont été utiles, comme les digues à Cuxac d’Aude ou des déversoirs tournés vers des zones agricoles ailleurs. Sans lesquels le drame aurait été encore plus épouvantable.

250 000 SMS envoyés ce qui a permis de toucher un tiers de la population

« Cet épisode méditerranéen est un événement exceptionnel à la convergence du passage d’un hurricane Leslie et d’un ouragan baptisé Mickaël en Espagne. Tout a été fait dans l’ordre. L’information des communes ; les maires qui pré-positionnent barrières et personnels jusqu’au première évacuations d’urgence. Nous avons, par l’intermédiaire de plusieurs compagnies d’assurance partenaires, 250 000 SMS, ce qui permet de toucher un tiers des ménages de la zone concernée. Sauf que le pic de l’événement s’est déroulé en à peine deux heures en pleine nuit. Or, la plupart des victimes sont des personnes âgées qui dormaient. Et elles ne sont pas touchées par notre dispositif d’alerte par SMS. »

Veiller sur la voisine Margueritte avant le déluge et doter les personnes âgées d’un boîtier faisant retentir une sirène en cas de crue soudaine… »

Alix Roumagnac propose une solution : « Ces personnes âgées n’ont pas non plus téléchargé notre application gratuite Mypredict de suivi des pluies, orages, etc. Ce genre d’événement bénéficie toujours d’un fabuleux élan de solidarité après coup, le lendemain. L’idéal serait que notre culture du risque évolue et que l’on veille un peu sur la voisine Margueritte avant un tel événement. »

L’eau a tout envahi en deux heures en pleine nuit. C’était il y a une semaine. Emmanuel Macron est attendu sur place ce lundi. Photo : Sdis de l’Aude.

La seconde solution pourrait être d’une simplicité biblique et pourrait prendre la forme « d’un boîtier à seulement 3 euros ou 10 euros qui ferait retentir une sirène dans la maison en cas de crue soudaine, un signal suffisamment fort et évident pour que les gens se mettent à l’abri, au premier étage s’il y en a un, par exemple. »

A une heure du matin, dans l’Aude, les personnels d’astreinte et les secours ont commencé à taper aux portes ; on a commencé à vider des lotissements particulièrement exposés… »

Une semaine après cette catastrophe, Alix Roumagnac ajoute : « On s’effraie un peu devant ce qui ressemble à un événement comparable à ce qui se passe régulièrement en Indonésie ou aux Philippines. A une heure du matin, dans l’Aude, les personnels d’astreinte et les secours ont commencé à taper aux portes ; on a commencé à vider des lotissements particulièrement exposés… » Selon lui, tout le monde était à la tâche. Mais, au final, face à ce déchainement, tout le monde a été débordé. Au final, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie a chiffré, lors de l’émission Dimanche en politique sur France 3, à 200 millions d’euros les dégâts. « C’est très important, a-t-il dit. J’ai demandé aux assureurs à rembourser très vite. »

Je rejoins complètement l’analyse de Predict : il y aurait pu avoir des dizaines ou des centaines de victimes supplémentaires. »

Colonel Henri Benedittini, patron du SDIS de l’Aude.

Le colonel Henri Benedittini, patron du SDIS de l’Aude, ne dit pas autre chose. « Je rejoins complètement l’analyse de Predict : il y aurait pu avoir des dizaines ou des centaines de victimes supplémentaires. » Le professionnels est l’un des cracks reconnus dans ce genre de crise. Henri Benedittini conduit régulièrement des missions à l’étranger, la dernière ayant été en Algérie, il y a quinze jours, sur un programme européen de formation à la gestion de crise. Ce spécialiste partage l’avis d’Alix Roumagnac.

Heureusement, dit-il en substance, que les communes ont été préparées en amont. Elles ont toutes un PC de crise, avec un suivi assuré par Prédict. « Je suis l’un des rares opérationnels encore sur le terrain après la tempête de 1999, dont l’ampleur ressemblait à ce drame, confie Le colonel Henri Benedittini, même si en 1999 la situation était plus large géographiquement. »

Même les camions destinés aux feux de forêts pouvant rouler avec 80 centimètres d’eau ne pouvaient pas passer… »

Il cite les villages audois envahis par l’eau, coupés du monde, et, parfois, inaccessibles aux engins de sauvetage même les « camions destinés aux feux de forêts pouvant rouler avec 80 centimètres d’eau… C’était même parfois très limite pour les sauveteurs eux-mêmes ; il y avait un courant de fou… » Il n’était pas rare de faire appel, en dernier recours, aux hélicoptères pour « hélitreuiller des habitants. »

L’Aude vote ce lundi 37 millions d’euros d’aide, la Région Occitanie 25 millions d’euros, le 16 novembre

C’est dans ce contexte que le département de l’Aude débloque ce lundi une aide d’urgence de 37 millions d’euros de crédits supplémentaires pour aider les sinistrés et engager les premiers travaux de rénovation, dont 1 million directement pour les sinistrés, 21 millions pour engager la reconstruction et les travaux d’urgence. Et, enfin,  15 millions pour les communes.

La région Occitanie, elle, proposera un plan d’investissement de 25 millions d’euros qui sera voté, lui, le 16 novembre. Une vingtaine de départements ont envoyé un chèque au département de l’Aude pour aider les communes, notamment les plus petites. « Pas plus tard que ce matin, confie André Viola, le président du département de l’Aude, j’étais avec les Yvelines qui nous envoient 100 000 euros. Au total, une vingtaine de départements ont envoyé trois millions d’aides supplémentaires. »

André Viola attend un « geste fort » du président Macron

Samedi soir, plus de 720 sinistrés ont reçu les premiers chèques d’aides de 500 euros par adulte et 200 euros par enfant. Pour faire face aux toutes premières urgences. André Viola, maintenant attend « un geste fort » d’Emmanuel Macron qui doit venir sur les lieux du drame ce lundi. « Il faut que la solidarité nationale joue à plein envers les particuliers mais aussi les entreprises et les collectivités », continue le président du département de l’Aude. »

Il développe : « Une commune, en théorie, ne peut pas recevoir plus de 80 % d’aide, en l’occurence pour reconstruire et en priorité pour refaire la distribution d’eau potable et l’assainissement. Or, beaucoup de petites communes, n’auront pas les moyens de le faire. J’en connais une qui estime ce genre de travaux à 1 million d’euros et qui n’a qu’un budget de 50 000 euros… Il faut un système dérogatoire. »

Au total, 126 communes sont touchées pour lesquelles l’état de catastrophe naturelle a été accordé.

Olivier SCHLAMA