Méditerranée : Sensibilisation ludique des vacanciers à l’Environnement

Les polluants géants de l'opération EcoDDS

A Sète et Palavas la semaine dernière et jusqu’au 3 septembre partout en France, la société EcoDDS déploie des structures gonflables géantes de produits chimiques usagés sur dix plages françaises, afin de sensibiliser les particuliers aux gestes de tri. Une façon, parmi d’autres, de rappeler aux vacanciers et autochtones les dangers qui guettent la Méditerranée…

La Méditerranée résume à elle-seule tous les défis que devra affronter le monde maritime dans les années à venir. C’est une mer semi fermée, bordée par 23 pays riverains avec des niveaux de développement très disparates, avec une très riche biodiversité tout en étant un véritable carrefour d’échanges commerciaux. Ces particularités rendent extrêmement complexe la gestion des pollutions, qu’elles soient chimiques ou biologiques. Et pour couronner le tout, une urbanisation galopante sur ses façades les plus développées et une forte pression touristique donnent une idée de la fragilité, mais aussi de la richesse et de l’importance de cette Mare Nostrum des Romains. Et puisqu’elle est « à nous », c’est aussi à chacun de nous de la protéger….

Apprendre et comprendre en s’amusant

Dans dix villes françaises, en bord de lac ou en bord de mer (après Sète ce sera Palavas les 5 et 6 août), EcoDDS propose un concept original pour inciter les vacanciers et plus largement les citoyens, à engager le changement de leur comportement sur le tri des déchets chimiques. Des structures gonflables géantes, illustrent l’origine de ces déchets chimiques, issus de l’environnement domestique de chacun. Et sur-place, petits et grands sont invités à mener l’enquête pour apprendre à les reconnaître, savoir d’où ils viennent et comment les appréhender. Ils seront ainsi sensibilisés aux bons gestes à adopter pour la protection de l’environnement dans une ambiance à la fois ludique et éducative.

La démarche d’EcoDDS répond à celle menée depuis plusieurs années par divers intervenants de la défense de l’espace maritime. En particulier celle de l’Institut océanographique de Monaco (Fondation Albert 1er) dont les responsables soulignent : « Sensibiliser aux gestes citoyens est un premier pas. Que peut-on changer dans nos gestes quotidiens pour polluer moins, rejeter moins, protéger plus ? Il faut également s’interroger sur les conséquences de notre façon de consommer l’énergie, l’eau, les produits de la mer… L’Institut souhaite contribuer à une urgente prise de conscience et à un bouleversement des habitudes. Rien n’est encore perdu, mais beaucoup reste à faire! La bataille se joue maintenant… »

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! »

Un combat que mènent de nombreuses associations. « Il ne faut plus se voiler la face : c’est notre santé qui est en jeu » insiste le site Un blog sur la Terre (http://unblogsurlaterre.com/). Ainsi par exemple, pour leur plus grand malheur, les petits poissons lanternes qui remontent la nuit pour se nourrir, confondent les micro-plastiques avec le plancton, base de la chaîne alimentaire. « Leur estomac est ainsi gorgé de polluants chimiques (DDT organochloré, bisphénol..). On soupçonne déjà qu’il est possible que ces polluants passent dans les tissus organiques filtreurs comme les moules », précise le scientifique Bruno Dumontet, responsable de l’expédition MED (Méditerranée en danger). Des moules que nous consommons…

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme dans le déroulement infini de sa lame… » écrivait Baudelaire. Une leçon à ne pas oublier, sans pour autant oublier les vacances…

Philippe MOURET

Opération EcoDDS : Au programme, des animations prévues toute la journée de 10h à 18h et chaque soir à 18h, un spectacle participatif  proposé par une troupe de théâtre sur le sujet. Un vélo électrique est à gagner dans chaque ville concernée pour inciter les citoyens à adopter des moyens de transport durables. Le tout en musique grâce à l’album Deep Green Sound (ci-dessous) produit par EcoDDS, sur lequel 6 artistes engagés incitent au geste de tri : Sandra Nkaké (Victoire de la Musique Jazz 2012), Martin Stahl, Leeroy, Bruce Sherfield, Janice Leca et Chet. ​L’album a été réalisé par David Hadjadj (producteur exécutif et compositeur) et Jérôme Perez (compositeur) (qui ont déjà travaillé avec Tété, La Grande Sophie, Olivia Ruiz ou encore Philippe Katerine…).Après Palavas, en route pour Aix-les-Bains (Savoie) les 8 et 9août, puis Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) , Biscarosse (Landes), etc.