Tour de France : Le peloton entre aujourd’hui en Occitanie

Ils vont arriver de Le Teil (Ardèche) en rangs serrés, mais le Mont Aigoual risque de clairsemer le peloton... Photo © A.S.O./Alex BROADWAY

Pour son entrée en Occitanie, où il restera trois jours, le Tour de France propose à ses coureurs une arrivée d’étape inédite au Mont Aigoual. Il partira le lendemain de Millau et passera par le Tarn et la Haute-Garonne avant de viser d’autre sommets dans les Hautes-Pyrénées…

Dépossédé de son Maillot Jaune sur tapis vert, à l’arrivée de Privas, mercredi, Julian Alaphilippe (ici pendant l’étape Nice/Sisteron) espère reconquérir la tunique lors de l’ascencion du Mont Aigoual ! Photo © A.S.O./Pauline BALLET

Le Tour de France n’avait donc jamais fait étape au sommet de ce haut lieu de la Résistance cévenole (1 571 m d’altitude). Mais il y était tout de même passé en 1987, lors de la 17e étape entre Millau et Avignon.

Le Mont Aigoual et le cyclisme :

L’Italien Silvano Contini était passé en tête au sommet de l’ascension, alors classée en 2e catégorie, mais qui n’empruntait pas comme cette année le redoutable col de la Lusette. C’est le sprinter néerlandais Jean-Paul Van Poppel qui avait alors levé les bras à Avignon, Charly Mottet conservant le Maillot Jaune.

C’est dans le col de Perjuret, situé sur les contreforts du Mont Aigoual que le Français Roger Rivière subit une lourde chute dans le Tour 1960, qui mit fin à sa carrière.

Une journée à « la tonalité piégeuse »

Cette année, si l’on en croit le directeur du TdF Christian Prudhomme, il faut s’attendre à quelques surprises. Selon lui, en effet « les escaliers qui permettent d’y accéder (au sommet) donneront à la journée une tonalité piégeuse en particulier lorsqu’il faudra s’attaquer aux rudes pourcentages du col de la Lusette. Au sommet, il restera une quinzaine de kilomètres jusqu’à la ligne d’arrivée. La plus grande vigilance sera de mise pour les favoris du Tour. »

Ayant perdu son maillot jaune sur tapis vert, mercredi pour avoir bénéficié d’un ravitaillement non autorisé dans les 20 derniers kilomètres, le français Julian Alaphilippe a promis une revanche dès aujourd’hui : « Demain je vais me relever. Et on n’en parlera plus », a-t-il promis à Privas.

Une étape de « plat » le vendredi, et trois cols samedi

Le lendemain (vendredi 4 août) c’est une étape de « plat » qui mènera le peloton de Milau (Aveyron *) jusqu’à Lavaur (Tarn), où précise l’organisation du TdF : « Le Tour de France a pris la bonne habitude de se rendre à Lavaur presque tous les dix ans. Puisqu’une première étape partie de Pau en 2001 y fut remportée en solitaire par le Belge Rik Verbrugghe, aujourd’hui sélectionneur de l’équipe de Belgique, tandis que, dix ans plus tard, c’est l’imparable Mark Cavendish qui y avait dominé le sprint du peloton pour l’une de ses cinq victoires d’étape de l’édition 2011. C’est aussi à Lavaur en 2001 que Laurent Jalabert avait endossé le maillot à pois… »

Enfin, samedi 5 août, la course s’élancera de Cazères-sur-Garonne (Haute-Garonne) pour rejoindre Loudenvielle en Hautes-Pyrénées, à 141 kilomètres, après avoir franchi dans la journée les cols de Menté (1349m – cat. 1 – 6,çkm à 8,1%), du Port de Balès (1755m – HC – 11,7km à 7,7%) et de Peyresourde (1569m – cat. 1 – 9,7km à 7,8%).

Philippe MOURET

(*) Absente du programme du Tour pendant vingt-huit ans, Millau avait servi en 2018 de rampe de lancement à une étape vers Carcassonne, remportée par le Danois Magnus Cort Nilesen avant la journée de repos. Bien que Ferdi Kübler ait remporté en 1954 la première des cinq étapes du Tour jugées à Millau, c’est en 2004 que la préfecture de l’Aveyron a conquis une notoriété mondiale avec l’inauguration du viaduc qui reste le plus haut du monde.
Le peloton a eu depuis l’occasion de saluer le géant de béton à plusieurs reprises, en longeant le Tarn qu’il surplombe à plus de 230 mètres. Millau a vu passer en son temps de nombreux pelotons cyclistes, notamment lors du défunt Grand Prix du Midi Libre où s’y sont imposés au fil des ans Jan Janssen, Eddy Merckx, Bernard Thévenet, Francesco Moser ou Claude Criquiélion.
Sur la Grande Boucle, le dernier vainqueur d’étape avant Cort Nielsen y fut l’infatigable Espagnol Marino Lejarreta, cinquième au général cette année-là comme la précédente. Le Basque, vainqueur de la Vuelta en 1982, a participé à 27 Grands Tours dans sa carrière, disputant à quatre reprises le Giro, le Tour et la Vuelta la même année.

Un grand tour et puis s’en vont…

  • La Grande boucle du Tour de France passera par l’Occitnaie. Lire la suite…
  • Lozère, Territoire de vélo, un précieux label de slow-tourismeLire la suite…
  • Economie : Le Tour de France, un bon plan pour les collectivités. Lire la suite…