Sports : La grande boucle du Tour de France passera par l’Occitanie

Le TDF 2019 lors de l'étape entre Albi et Toulouse. Photo ©ASO / Alex BROADWAY

Suite au report de l’épreuve dû à la crise sanitaire, la Grande Boucle débutera le 29 août à Nice. Du 3 au 5 septembre, les cyclistes seront en Occitanie. Pour cette 107e édition, les Géants de la route s’affronteront lors de plusieurs étapes, plus délicates les unes que les autres.

Paradis habituel des randonneurs, le Mont Aigoual accueillera pour la première fois le Tour. Après cette arrivée historique, les coureurs partiront  de Millau (Aveyron) pour un parcours de 168 kilomètres jusqu’à Lavaur (Tarn).

Le Tour de France fréquentera ensuite les routes de Haute-Garonne au départ de Cazères-sur-Garonne pour une étape en montagne longue de 140 km jusqu’à Loudenvielle dans les Hautes-Pyrénées… (site officiel du TdF).

Le Mont Aigoual, nouveau défi pour les grimpeurs

Le TdF connaît bien les routes du Gard (ici l’édition 2019). Photo © ASO / Alex BROADWAY

Et comme le souligne Christian Prudhomme, directeur du Tour de France : « En 2020, des nouveautés souvent très raides côtoieront des ascensions classiques mais revisitées, le col de la Madeleine étant par exemple abordé par une route encore jamais empruntée par le Tour. Mais le Maillot Jaune se jouera peut-être aussi sur les routes du Gard et du Mont Aigoual, dans le vent de la Charente-Maritime, en Corrèze ou dans le Vercors en Isère. Le souvenir des passes d’armes du Tour 2019 met en appétit tous les amateurs de cyclisme… »

Et plus précisément sur le Mont Aigoual, le directeur du TdF souligne : « Pour l’arrivée au Mont Aigoual (…) les escaliers qui permettent d’y accéder donneront à la journée une tonalité piégeuse en particulier lorsqu’il faudra s’attaquer aux rudes pourcentages du col de la Lusette. Au sommet, il restera une quinzaine de kilomètres jusqu’à la ligne d’arrivée. La plus grande vigilance sera de mise pour les favoris du Tour… »

De l’Aveyron au Tarn, des routes « jamais de tout repos ! »

Peut-êre une arrivée au sprint en Occitanie, comme ici en 2019 à Toulouse . Photo ©ASO / Alex BROADWAY

Après cette « entrée en fanfare » sur les routes d’Occitanie, les coureurs devront affronter une étape « de plat » de 168 kilomètres entre Millau et Lavaur. « Dans l’Aveyron et le Tarn où l’on ne connaît pas réellement le « plat », les routes ne sont jamais de tout repos. Hormis le profil vallonné, avant la traversée de Castres, les plans des équipes de sprinteurs pourraient aussi être perturbés par le vent qui peut souffler dans la région », commente Christian Prudhomme.

Enfin, le troisième jour du Tour en Occitanie verra la caravane s’élancer depuis Cazères (Haute-Garonne), nouvelle porte d’entrée vers les Pyrénées tandis que sa voisine immédiate Martres-Tolosane a accueilli à plusieurs reprises la Route d’Occitanie, notamment lors de la dernière édition.

Plus que quelques jours à patienter pour le départ de cette course « pas comme les autres. » Le départ étant donné deux mois après la date initialement prévue. Mais malgré l’attente, on peut supposer que la passion sera cette année encore au rendez-vous, malgré les contraintes de l’époque.

Et l’Occitanie sera donc bien présente au coeur de l’événement. « Notre région accueille, cette année encore, une course mythique et populaire ! Le Tour de France est un immense coup de projecteur sur les territoires qu’il traverse à l’international », se félicite Carole Delga, présidente du Conseil régional.

Philippe MOURET

Avec 220 clubs et 10 000 licenciés, le cyclisme est l’une des principales disciplines sportives en Occitanie. La Région soutient également les événements organisés sur son territoire tels que l’Etoile de Bessèges, la ronde de l’Izard, la Route d’Occitanie… Sous l’impulsion d’une vingtaine d’entreprises et avec le soutien de l’Agence régionale de développement économique AD’OCC, elle a développé dès 2018 un groupement unique en France pour fédérer les acteurs du cyclisme et développer la filière vélo en France.

Occitanie Pyrénées-Méditerranée, ça roule !

  • Lozère, Territoire de vélo, un précieux label de slow-tourisme. Lire la suite…
  • Economie : Le Tour de France, un bon plan pour les collectivités. Lire la suite…