Patrimoine : Fort Brescou (Agde) dans la liste des 18

Le Fort Brescou, entrée maritime pour la Ville d'Agde, l'un des 18 sites soutenus par la Mission Bern. © Ville d’Agde

Pour la deuxième édition de la mission pour la sauvegarde du patrimoine en péril, confiée par le Président de la République à Stéphane Bern, 18 sites emblématiques des régions de métropole et d’outre-mer sont d’ores et déjà sélectionnés et bénéficieront d’un soutien financier, grâce aux jeux Mission Patrimoine de la FDJ : le tirage d’un Super Loto le 14 juillet 2019 et 2 offres de tickets à gratter mis en vente en septembre 2019. Parmi les sites choisis, le fort Brescou, à Agde (Hérault).

C’est un peu comme la sélection d’une équipe nationale avec l’animateur télé Stéphane Bern dans le rôle d’un Deschamps. Beaucoup d’appelés, peu d’élus. Des évidences contredites et queques surprises. Et surtout, pour ceux qui sont choisis, l’espoir et l’ambition. Ainsi, la Mission Bern vient d’annoncer la liste de ses 18 sélectionnés…

Depuis 2018, 3500 sites en péril ont été identifiés grâce au recensement effectué par le ministère de la Culture et par les bénévoles de la Fondation du Patrimoine, et grâce aux signalements du grand public et des acteurs du patrimoine.

Au cours du printemps, l’ensemble des candidatures reçues par la Mission Bern seront examinées par les services du ministère de la Culture et de la Fondation du patrimoine, afin de sélectionner sous l’égide de Stéphane Bern 100 nouveaux sites : un site par département et collectivité d’outre-mer. Ces projets bénéficieront également des jeux Mission Patrimoine en 2019.

Sauvé par Richelieu

Parmi les 18 sites désignés en ce mois de mars figure un bâtiment qui dresse sa silhouette à quelques encablures des côtes agathoises, sur un îlot vieux de 740 000 ans : le Fort Brescou. Un Fort unique en Méditerranée : érigé en 1586 sur ordre du Vicomte de Joyeuse, le Fort de Brescou est situé sur la seule île de la côte languedocienne, dernière partie immergée d’un ancien volcan, située à 2 km au large du Cap d’Agde.

Un temps repère des pirates et des corsaires, il sera sauvé de la destruction demandée par le Roi, par le Cardinal Richelieu, qui voit là le lieu parfait pour installer un grand port militaire, dont les travaux commencent avec la Digue Richelieu. La mort du Cardinal arrête cependant les travaux et le Fort devient prison d’Etat de 1680 à 1852.

Déclassé, il est attribué aux Ponts et Chaussées en 1889. A côté du fanal bâti à la fin du 16e siècle, un second phare est construit en 1836 puis automatisé en 1989. En 1998, des travaux de consolidation des fortifications ont été entrepris. Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, il est un élément identitaire majeur de la Ville d’Agde, qui en est propriétaire depuis 2009.

Une association des « amis » de Brescou

Pour préserver cet élément majeur du patrimoine agathois qui a traversé les époques et connu, durant quatre siècles, une vie dense et chaotique, une association loi 1901 réunissant quelques “amis” est née en mars 2012. Autour de Jean-Louis Guggisberg, qui a impulsé sa création, des amoureux de leur ville et de son patrimoine comme Patrick Barbance, le Professeur Jean Sagnes, Chantal Parpaillon, Louis Bentajou ou encore André Bordères. L’objet de l’association, stipule que celle-ci a pour but de “contribuer, en collaboration avec la Ville d’Agde, à la sauvegarde, à la rénovation et à la mise en valeur dudit Fort. »

La Ville d’Agde a lancé le 1er mars 2016 une campagne de mécénat faisant appel à la générosité publique, afin de restaurer et de sauvegarder le Fort de Brescou. Cette action invite toutes les personnes attachées au site à participer financièrement aux travaux, dont une partie du montant est éligible au titre de la souscription publique. Ces dons pouvant donner lieu à des déductions fiscales (accès au bulletin de souscription en cliquant ICI).

La Mission Bern souligne cette démarche, précisant qu’il s’agit de soutenir un « projet à vocation patrimoniale, culturelle et touristique (…) en le restaurant, afin de permettre sa réouverture au public autour de visites patrimoniales et historiques, mais aussi en le valorisant, par le biais d’un projet à vocation culturelle, participant à la dynamisation et à l’attractivité touristique du Cap d’Agde, en faisant de Brescou l’entrée maritime de la cité… »

Des travaux en deux phases

La commune prévoit en effet d’organiser des visites guidées, des espaces de reconstitution historique et une immersion ludique dans le passé. Ces animations auront pour thèmes le patrimoine et l’environnement (flores et faunes sous-marines). Des navettes embarcadères seront installées afin d’acheminer le public vers le fort.

Après avoir subi durant plusieurs siècles les assauts de la mer, il montre aujourd’hui des signes d’épuisement et ne peut plus être visité pour des raisons de sécurité. C’est pourquoi les travaux envisagés se décomposeront en deux phases : d’abord les travaux d’urgence, puis la mise en conformité pour la réouverture au public. Pour le moment seule la première phase a fait l’objet d’une étude chiffrée pour un montant légèrement supérieure à 90 000 €.

Philippe MOURET

Vous pouvez vous aussi aider l’association des « Amis » de Brescou en adhérant. Cotisation annuelle : 20 euros Adresse : 3 rue de la Haye, 34300 Agde –  Tél. 06 24 38 48 10