Montagne : Quatre députés reçus au sommet… de l’Etat

Quatre députés de la majorité et le président de Domaine skiable de France, ont été reçus à l'Elysée... Photo D.-R.

Cete réunion qui s’est tenue à l’Elysée avait pour but de préparer la rencontre entre Premier ministre et les professionnels de la montagne prévue ce vendredi 11 décembre.

A Paris, quatre députés LReM, en tant que membres du Conseil National de la Montagne, accompagnés du président de Domaines skiables de France, Alexandre Maulin, ont rappelé la nécessité de donner une visibilité rapide aux professionnels sur la date d’ouverture des remontées.

Suite aux annonces du Président de la République mardi 24 novembre, une tribune avait d’ailleurs été publiée et co-signée par l’ensemble des socio-professionnels des stations et des élus de la montagne sur le site du Figaro.

Demande de « précisions » sur les activités autorisées

« L’ouverture de nos remontées mécanique est un véritable enjeu pour nos territoires. Elle sera nécessairement conditionnée à l’évolution épidémique qui dépend de la responsabilité de chacun, notamment pendant les fêtes de fin d‘année », soulignent les députés : Pascale Boyer (LReM, Hautes-Alpes), Véronique Riotton (LReM, Haute-Savoie), Xavier Roseren (LReM, Haute-Savoie) et Jean-Bernard Sempastous (LReM, Hautes-Pyrénées).

Ils ont aussi insisté sur l’importance d’apporter des précisions sur les activités autorisées dès à présent dans les stations de montagne pour permettre aux professionnels de s’organiser au mieux.

Les stations de ski espèrent être (enfin) entendues par l’Etat… Photo D.-R.

« La période des vacances entre Noël et le Nouvel An représente entre 15 et 20% du chiffre d’affaires des professionnels de la montagne, c’est la raison pour laquelle nous demandons au Gouvernement des aides territoriales adaptées aux réalités du terrain », ont-ils souligné.

« La montagne française doit rester concurentielle »

Cette réunion fut également l’occasion d’alerter sur la nécessité de sécuriser les domaines skiables, utilisés par les ski-clubs et les professionnels du secteur ainsi que certains randonneurs : « Il faudra compenser le coût de sécurisation alors qu’il y aura des recettes commerciales faibles. »

Enfin, la perte de chiffre d’affaires des stations mettra en péril leurs investissements initialement prévus. Les députés ont donc interrogé le Gouvernement sur les aides qu’il envisage de mettre en place visant à ce que les acteurs économiques soient en mesure de continuer leur développement. « Il est en effet indispensable que soit prise en considération l’intégralité de l’industrie des sports d’hiver : fabricants, distributeurs, fournisseurs… La montagne française doit pouvoir rester concurrentielle par rapport aux autres pays », ont-ils insisté…

Réunion le 11 décembre, dans un climat tendu

Après un dialogue particulièrement tendu entre le Premier ministre et les acteurs de la montagne, une nouvelle réunion est prévue ce vendredi 11 décembre avec Jean Castex. Si la porte semble définitivement fermée pour une réouverture pour les vacances de noël, les professionnels de la montagne insistent sur la nécessité d’une réouverture dès le 5 janvier. L’ambience risque d’être tendue (*)

Philippe MOURET

Colère noire pour l’or blanc :

(*) Dis-Leur ! a déjà rendu compte de la crise dans les stations de ski : Lire l’article ICI.