Foot et BD (5) : Kopa, Pelé, Zidane, Ibra, Neymar… légendes au panthéon dessiné

Pour l'édition 2015 de l'élection du meilleur joueur de l'UEFA, Golden Wolf, une agence de design basée à Londres, avait été chargée de présenter le trio de tête (Messi, Suarez, Ronaldo) sous la forme de super-héros de BD... Ici le vainqueur en pleine action ! Photo D.-R.

Kopa ou Pelé hier, puis Cruyff, Platini, Maradona, et aujourd’hui Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, Ibrahimovic… Toutes ces stars ont été portées sur les planches à dessin. Pour de sérieuses biographies ou des parodies, les grands noms sont toujours porteurs…

Dans son n° 897 (23 juin 1955) le Journal de Spirou consacre une des fameuses Histoires de l’oncle Paul (par Josy et Aidans) au footballeur Joseph Ujlaki. L’histoire vraie d’un petit hongrois devenu star du football français (Stade Français, FC Sète, Nîmes Olympique, OGC Nice et Racing Club de Paris) ne parlera sans doute guère aux plus jeunes, mais au fil du temps, une bio en BD est devenue comme une porte d’entrée au Panthéon du ballon rond.

Une inépuisable source d’inspiration

Ujlaki, Kopa, Pelé hier, puis Cruyff, Platini, Maradona, et aujourd’hui Eto’o, Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, Ibrahimovic… Toutes ces stars ont été portées sur les planches. Pour de sérieuses biographies ou des parodies, les grands noms sont toujours porteurs… Tout comme les grands moments de l’histoire du foot. A titre d’exemples : En Angleterre, les héros de la Coupe du Monde 1966 (Gordon Banks, Bobby Moore, etc) ont ensuite tous vu leur vie racontée en BD dans The Hornet, revue mythique des comics en Grande-Bretagne…

Et c’est Paolo Ongaro, spécialiste des personnages disneyens dans Topolino (version italienne de Mickey, qui consacre de nombreuses Unes au ballon rond) qui évoque en cases l’épopée des Azzuro, champions du monde 1982 (et remis à jour régulièrement jusqu’en 1998). Plus généraliste une Histoire de la Coupe du monde de 1930 à 1978 est racontée par Jacques Ferran et Didier Braun (dessins de Trevillon, Jordan et Andrew). Rien d’inoubliable dans le domaine de la BD, mais une belle mine d’anecdotes sur la plus grande épreuve de ce sport…

Zlatan, même pas besoin de caricature…

Cinq ans après Ujlaki dans Spirou, Raymond Kopa est en couverture du Journal de Tintin (signé Ref, n°613, 21 juillet 1960) annonçant un récit complet de 4 pages, un an après la deuxième défaite du Stade de Reims face au Real de Madrid en finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions (0-2 à Stuttgart).

Les champions sont un bon sujet pour attirer l’oeil des lecteurs ! Une vérité qui ne se démentira jamais, jusqu’à aujourd’hui, plus de 50 ans plus tard. Pour preuve ? Les trois tomes de la série Zlatan Style (éd Hugo & Cie) dessinée par Albert Carreres (scénarios de Daniel Fernandes) et les deux albums un peu plus irrévérencieux signés Perna et Bercovici : Dans la peau de Zlatan (éd. 12Bis). Le passage au PSG de la star suédoise est ainsi immortalisé. Il est vrai que le personnage est déjà par lui-même un véritable héros de fiction, la transition au papier était facile.

Ces albums plutôt drôles et réussis ne sont pas forcément symboliques du style des bandes dessinées consacrées à des champions bien réels. Mais tous y ont eu droit, avec plus ou moins de bonheur. Ainsi Michel Platini, Le ballon en Or de Hubert Ballay (1980, Hoche-Courcelles) n’a pas laissé trop de traces dans les mémoires. On lui préfère la biographie du génial numéro 10 par l’Italien Paolo Ongaro qui consacrera également quelques planches à d’autres joueurs mythiques des années 80, tels que Boniek, Rummenigge et naturellement les plus grands joueurs italiens, de Gigi Riva à Paolo Rossi en passant par Dino Zoff . Ongaro est d’ailleurs l’auteur de Azzurri – Storia della nazionale di Calcio (1990 ; Ina-Assitalie).

Pas de quoi s’attarder, non plus sur De Tito à Drogba, biographie en BD du champion ivoirien par Digan Boa et Pierre Sauvalle (2014, 7 Etoiles). Plaisir de lecture, par contre, avec La main de Dieu-Diego Armando Maradona, un beau roman graphique signé Paolo Castaldi (2014, Diabolo Editions) qui interroge : « Combien de pas séparent l’homme de la légende ? » Moins réussi, le Zidane de Nolent et Pierret (2005, Casterman). On y suit le parcours du futur champion du Monde tricolore, servi, avec en contrepoint le parcours de Cécile Barjon qui adopte un jeune orphelin en Haïti, Ludwig dont l’idole n’est autre que… Zizou ! Un album dont la vente s’est faite au profit de la Fondation Soeur Emmanuelle

Neymar s’assure le talent d’un spécialiste

Conscients de l’énorme impact que peut avoir la bande dessinée, certains champions se sont eux-même occupés de leur représentation sur papier. Ainsi, Samuel Eto’o s’est associé à l’illustratrice camerounaise Joëlle Esso pour raconter son parcours depuis Douala jusqu’aux plus grands clubs du monde (Eto’o Fils : Naissance d’un champion et L’Envol ; 2012 et 2013, Dagan Ed.)

Même démarche pour le Brésilien Neymar qui, dans son soucis permanent d’image, s’est assuré le talent de son compatriote et grand dessinateur très populaire (il a créé plus de 200 personnages !) Mauricio Araujo de Sousa pour Neymar Jr, une série de comics le présentant enfant et déjà surdoué balle au pied (T 1, A boy with talent, 2013). De Sousa est coutumier du fait, puisqu’il a déjà opéré la même cure de rajeunissement avec d’autres footballeurs-stars de son pays : Ronaldo, Ronaldinho (Ronaldinho Gaucho, 2008, Caméléon pour la France) et naturellement Pelé (Pelézinhos Team, des années 70 à 1986)…

Le « Roi Pelé », des biopics à la pelle !

Edson Arantes do Nascimento a naturellement connu de nombreuses évocation sous forme de BD. Pelé pour faire court, a par exemple rejoint Nelson Mandela, Martin Luther King, Ghandi et quelques autres dans la collection Destins d’Histoire. Eddy Simon et Vincent Brascaglia se sont chargés du récit de ce destin exceptionnel (Le roi Pelé – L’homme et la légende ; 2016, éd. 21g) de son enfance modeste passée dans la région de Sao Paulo dans les années 50 à sa consécration mondiale et son parcours post-foot (ministre des Sports du Brésil, ambassadeurs pour l’Unicef, etc). Un biopic réussi et mérité pour cette Légende du football, trois fois champion du Monde, auteur de 1279 buts en compétition et sacré « joueur du XXe siècle » par la FIFA. Pelé est également en bonne place dans un album au format à l’italienne : La Coupe du Monde 1930/1978 (1976, Fleurus, voir plus haut).

Le « spleen » de Cristiano Ronaldo vu par Robin Walter

En 2013, le « spleen » de Cristiano Ronaldo a inspiré Robin Walter, un auteur français de bande dessinée, pour réaliser une double planche de BD, publiée par le magazine péruvien Cometa #3 (à découvrir ICI). Walter, plutôt habitué de BD sur des sujets graves (l’exil des portugais sous la dictature de Salazar, ou KZ Dora, sur les camps de concentration nazis, série pour laquelle il a d’ailleurs été invité en 2016 au Mémorial du camp de Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales) a consacré un très intéressant dyptique au football avec Prolongations, sur lequel nous reviendrons dans un prochain chapitre de cette série Foot et BD. Pour le Figaro.fr, il a aussi réalisé en 2013 une courte histoire sur le France-Bulgarie du 17 novembre 1993 de triste mémoire (à découvrir sur son blog, ICI) …

Philippe MOURET

Pour lire les précédentes chroniques Foot et BD, cliquer ICI