Chronique du XIII : Carcassonne accueille le Magic week-end

Amine Miloudi fait partie des joueurs "suivis" dans la perspective des futures échéances nternationales. Photo crédit @astreizix

Cette année, le Magic week-end est de retour ! C’est le stade Albert-Domec de Carcassonne qui sera l’écrin de ce rendez-vous exceptionnel organisé par la Fédération Française de Rugby à XIII, réunissant sur deux jours les dix équipes qui composent le championnat Elite 1 pour des duels dont les vainqueurs de chaque rencontre empocheront non 3, mais 4 points…

Le Magic week-end, c’est un concept imagné par les Britanniques, qui consiste à réunir le temps d’un week-end, les meilleurs équipes du championnat qui s’affrontent dans des rencontres dont les résultats (et les points qui vont avec) peuvent rebattre les cartes du championnat, à seulement 5 journées de la phase régulière (voir le classement, ICI). La FFRXIII avait déjà tenté l’expérience en 2010, avant de l’abandonner trois ans plus tard. Nouvel essai cette année, avec des duels qui devraient enthousiasmer tous les amoureux du ballon ovale…

Un duel débridé comme galop d’essai !

C’est donc dans l’Aude que la fête va avoir lieu. A noter que les tarifs pour cet événement sont particulièrement attractif, à 20 euros pour le pass-week-end, 15 euros pour les trois matchs du samedi et 10 euros pour les deux matchs du dimanche ! Et tout démarre samedi à 14h avec deux équipes qui ne vont pas hésiter à « lâcher les chevaux » : Broncos contre Broncos en match d’ouverture entre Palau-del-Vidre et Toulouse.

Carcassonne, à domicile… à suivre sur la pelouse du stade Albert-Domec. Photo @astreizix

Les Catalans sont à la lutte avec Albi, Carcassonne, Saint-Gaudens, et même Villeneuve-sur-Lot, dans la course aux deux derniers fauteuils qualificatifs, alors que les Toulousains (10es et derniers) ne sont mathématiquement pas écartés des phases finales, en raison des quatre points exceptionnellement attribués aux vainqueurs des rencontres de ce week-end particulier. Palau aborde ce duel avec toutefois un assez net avantage, même si l’apport de joueurs toulousains du Championship (le TO est au repos, Challenge Cup oblige) semble susceptible de modifier la donne.

Malheur aux vaincus

Dans la foulée, à 16h, l’affrontement entre Saint-Gaudens et Villeneuve-sur-Lot aura également un  goût de match-couperet. Malheur au vaincu ! La récente victoire des Commingeois sur Albi, comme celle des Lot-et-Garonnais aux dépens justement de ces mêmes Tarnais, décidément à la peine ces temps-ci, relance plus que jamais l’intérêt d’un choc que les hommes d’Olivier Janzac se doivent de remporter s’ils ne veulent pas être définitivement largués, ou presque. Difficile en tout cas de prévoir un vainqueur, les arguments étant nombreux de part et d’autre. Une chose au moins est sûre, la bataille fera rage au milieu du terrain, l’international serbe des Léopards, Vladika Nikolic, affichant depuis quelque temps une forme superbe, au même titre, en face, que Cyril Moliner.

Parfum de finale pour le derby audois

Parfum de finale pour le troisième et dernier match du jour (18h), entre Limoux et Lézignan. Limoux, champion en titre après s’être joué de… Lézignan le printemps dernier en finale, est l’incontestable favori, mais question individualités (Bernard Gregorius, Damien Cardace, Ben Pomeroy, Jarred Blanke, entre autres), les “Meuniers” n’ont rien à envier aux “Blanquetiers”. De quoi, peut-être, remettre… l’aiguille de la balance au centre de la pelouse d’Albert-Domec, pour ce derby audois toujours attendu, toujours serré (26-16 pour Lézignan le 21 janvier dernier à Limoux), qui met cette fois aux prises le premier du classement et le troisième. Avec seulement deux petits points pour les séparer, alors que le match de ce samedi en rapportera quatre au vainqueur.

Dîner de gala et une bonne nuit de sommeil, pour affronter sereinement la deuxième journée de ce Magic week-end, avec deux duels au sommet programmés. Et pour commencer (14h) , les locaux de l’AS Carcassonne face à Albi…

Duels spectaculaires, dimanche

Pour les Tarnais comme pour les Audois, il pourrait s’agir du match de la rédemption. Les uns comme les autres ont en effet besoin de renouer avec la victoire, histoire de se rassurer avant les joutes suivantes, sachant que la qualification aux phases finales ne leur est toujours pas acquise. C’est dire si c’est à un duel au couteau qu’est promis le public, entre deux équipes en quête de repères, ayant ces derniers temps alterné le bon et le moins bon, mais possédant chacune en leur sein des joueurs de tempérament.

Saia Tanginoa, un joueur clé pour Avignon. Photo, crédit Justine Rey

Appelés à se retrouver dans un mois au stade Mazicou, les Tigres et les Aigles espèrent bien, d’ici là, rester dans le bon wagon des qualifiables. Sachant que pour eux, ça commence dès ce dimanche ! L’ASC qui, cette saison, a payé un lourd tribut à la malchance (plus de trente joueurs ont déjà été utilisés), retrouve pour l’occasion plusieurs de ses meilleurs soldats, dont Florent Rouanet. De quoi, sans doute, chasser les démons de ces dernières semaines. Albi, qui affiche quasiment complet, compte tout autant retrouver l’allant qui était encore le sien au cœur de l’hiver.

Et, last but not least… Le classement établi au terme de la phase aller a voulu que les deux équipes pratiquant le plus beau rugby soient invitées à s’affronter lors de ce Magic. On ne pouvait sans doute rêver meilleur épilogue (à 16h), que les Catalans aborderont avec un pronostic favorable, et pas seulement parce que leur dernier duel face aux Provençaux a fortement marqué les esprits, et que Joris Bissière manque cruellement aux Bisons.

Car plus encore que la géniale démonstration étalée par les Sang et Or le 2 avril en quart de finale de la Coupe Lord Derby, c’est leur régularité dans les performances qui impressionne, cette saison. Avignon, qui se complait parfois dans un rôle d’outsider, n’a de son côté pas la mémoire courte. 50-12, c’est difficile à digérer, plus encore peut-être quand cinq des neuf essais encaissés le lundi de Pâques portent la griffe de deux anciens de la maison bleue (Louis Jouffret et Mickaël Goudemand). Et désireux de ne pas tendre l’autre joue, surtout quand un point de plus que d’ordinaire est accordé au vainqueur, le SOA saura de toute évidence montrer sa force de caractère, pas seulement en se montrant aussi d’attaque que son adversaire.

« à deux, c’est mieux ! »

L’arbitre central se sentira moins seul !

Pour conclure, ce Magic week-end verra deux arbitres officier au centre de la pelouse. A deux, c’est mieux ! se sont dit Mohamed Drizza, le responsable des arbitres au sein de la FFRXIII, et les dirigeants fédéraux, à l’aune du succès rencontré la saison passée lors des phases finales en Elite 1. L’association de deux directeurs de jeu au centre du terrain facilite en effet la compréhension entre ces derniers, les joueurs et le public. Partisan convaincu de cette façon d’arbitrer qui a cours en NRL, Mohamed Drizza se réjouit du fait que l’expérience soit reconduite cette année. Et même élargie, puisque des binômes officieront également lors des demi-finales de la Coupe Lord Derby, des matchs de barrages d’Elite 1, des demi-finales, de la finale, ainsi que des finales U19 et Elite 2, et enfin de la finale de la Coupe Luc-Nitard. On vous l’a dit… ce week-end, c’est Magique !

Eugène KRAMPON