Films : Carcassonne, place forte du cinéma politique

Pierre Richard, ici sur l'affiche du FIFP est l'ambassadeur de la 2e édition du festival de Carcassonne. Photo © Regard Caméra

Le Festival International du Film Politique (FIFP) est un événement créé et porté par l’Association Regard Caméra. Au cœur de la passion du 7e art, le festival met en lumière des œuvres françaises et étrangères essentiellement en avant-première. Le cinéma politique est pour les organisateurs du festival « celui qui met au premier plan les grands sujets politiques et sociétaux, historiques et contemporains. »

Films, rencontres avec les artistes, expositions, discussions ouvertes, constituent le corpus de ce que le festival offre au public. Cinq journées pleinement consacrées au cinéma politique à travers quatre sélection de films : fiction, documentaire, séances spéciales et programmation scolaire. Le FIFP fixe rendez-vous au public sur deux sites : le Centre des Congrès-Le Dôme et le Cinéma CGR Le Colisée.

Douze films en compétition

Emma De Caunes, membre du jury qui devra se prononcer sur les films de fiction en cométition.

« Quatre vingt dix-huit longs-métrages ont été visionnés afin de proposer ces dix-sept films qui répondent aux exigences artistiques que nous nous sommes données. Celle-ci questionne un large éventail de sujets politiques, que nous croyons essentiels. Nous sommes fiers de réaffirmer le talent de cinéastes incontournables du cinéma politique tout en donnant une réelle place à de plus jeunes, ou moins connus, réalisatrices et réalisateurs… » précisent d’une même voix les présient et directeur du festival, Etienne Garcia et Henzo Lefévre.

Douze films en compétition, six fictions et six documentaires… Avec en ouverture (mardi 10 décembre à 20h) le documentaire Woman (réalisé par Anastasia Mikova et Yann-Arthus Bertrand), un  projet international qui donne la parole à 2000 femmes filmées dans plus de 50 pays. Basé sur des entretiens individuels le film propose un portrait intime de celles qui constituent la moitié de l’humanité :

« C’est une occasion de mettre en lumière les injustices dont les femmes sont victimes dans le monde entier, mais ce que Woman souligne par-dessus tout, c’est la force intérieure des femmes et leur capacité à changer le monde malgré toutes les difficultés auxquelles elles sont confrontées (…) ce film n’a pas seulement pour but de revendiquer des droits ou de se concentrer sur ce qui ne va pas, mais aussi de trouver des solutions et d’essayer de réconcilier les deux sexes… »

Un prix d’honneur pour Stephen Frears

Hugo Becker sera également membre du jury des professionnels du cinéma. On l’a vu notamment en 2019 dans « Jusq’ici tout va bien » de Mohamed Hamidi, mais aussi dans la série US « Gossip Girl »

Programmation prestigieuse dans les deux catégories, avec plusieurs noms bien connus du public : Olivier Assayas pour son film Cuban Network (1) avec Pénélope Cruz, Edgar Ramirez…, Marjane Satrapi (Persepolis) qui adapte cette fois une bande dessinée de Lauren Redniss, biographie de Marie Curie (2) : Radioactive, avec Rosamund Pike et Sam Riley. Ou encore Gavin Hood, qui s’est fait connaître avec Mon nom est Tsotsi, mais qui a également réalisé X-Men Origins : Wolwerine. Il présente à Carcasonne Official Secrets (3), avec Keira Knightley et Matt Smith…

Sans oublier, bien sur les autres films en compétition (4), ni la présence de Stephen Frears, qui se verra remettre le Prix d’Honneur de cette 2e édition. Primé à Cannes, aux César, à Berlin, à Londres, nommé plusieurs fois aux Oscar, Stephen Frears a marqué le cinéma mondial. Le réalisateur britannique à la filmographie immanquable, aux succès internationaux tels que The Queen, Les Liaisons Dangereuses, ou encore Philomena sera présent le 14 décembre à Carcassonne pour recevoir ce prix.

Côté documentaires, il faudra se préparer à voyager, depuis la prison des Baumettes à Marseille (Des Hommes, de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet) jusqu’en Afghanistan (Midnight Traveler, de Hassan Fazili), d’un militant d’extrême-droite (La Cravate, de Etienne Chaillou et Mathias Théry) à la vision écologiste de Damon Gameau (2040) et la  dénonciation des violences sexuelles en temps de guerre (Zéro Impunity, de Stéphane Hueber et Nicolas Blies)… Du pain sur la planche pour le jury (5) de cette 2e édition !

Séances spéciales, les FilmakErs de Julie Gayet

Enfin, on notera également la présence de Julie Gayet lors de la projection (jeudi 12, à 16h45) de son documentaire inédit FilmmakErs qui s’interroge sur la place des femmes en tant que réalisatrices à travers le monde et souligne : « Toutes drôles, sincères, investies, concernées, toutes cherchant les meilleurs moyens d’exister dans un milieu régi de tous temps par les hommes. Toutes FilmmakErs, et témoins vivantes des dysfonctionnements toujours prégnant dans l’industrie du cinéma… »

Lors de l’édition 2018, les organisateurs entourent la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga et l’invité d’honneur de la 1re édition, le réalisateur Jacques Audiard. Photo D.-R.

A découvrir dans le cadre des séances spéciales qui proposeront également de voir (ou revoir) des films emblématiques de la catégorie « politique » : Le Bon Plaisir (Francis Girod, 1983, avec Catherine Deneuve, Michel Serrault, jean-Louis Trintignant…), Alice et le Maîre (Nicolas Pariser, 2019, avec Anaïs Demoustier et farice Luchini), Adults in the Room (Costa Gavras, 2019, avec Christos Loulis, Alexandros Bourdoumis…) et Je ne rêve que de Vous (Laurent Heyneman, sortie en janvier 2020, avec Elsa Zylberstein, Hyppolite Girardot, Emilie Dequenne et Philippe Torreton).

Une programmation qui donne vraiment très envie, dont de nombreuses avant-premièresDes tarifs particulièrement attractifs : 10 € le Pass-journée, 20 € le Pass-Illimté (toutes les séances + soirées d’ouverture et de clôture), de grands noms du 7e Art présents, le tout dans un site magnifique et au coeur de l’Occitanie ! Ce Festival international du film politique (FIFP) a tout pour être élu dès le premier tour !

Philippe MOURET

Le FIFP 2019 c’est aussi un Festival scolaire avec sept films à découvrir selon les catégories d’âge, une discussion samedi 14 décembre en présence de quatre artistes de l’audiovisuel et du cinéma, afin d’échanger sur la place de l’industrie cinématographique et audiovisuelle face aux enjeux climatiques et environnementaux… Le Café Sud de France, pour des rencontres, d’échanges et de dégustations; une exposition interactive, L’Aude, petite France, qui a reçu ue mention spéciale du jury au festival Off de Visa pour l’Image à Perpignan. Et même : un club polar !

 

(1) Début 90. Un groupe de Cubains installés à Miami met en place un réseau d’espionnage. Leur mission : infiltrer les groupuscules anti-castristes responsables d’attentats sur l’île…

 

(2) Marie Skłodowska rencontre son confère et futur époux, Pierre Curie en 1894. Les époux vont transformer le visage de la science en découvrant la radioactivité. Ils recevront le prix Nobel. Le couple va alors être sous les feux de la rampe.

 

(3) En 2003, juste avant l’invasion de l’Irak, Katharine Gun, une employée des renseignements britanniques divulgue un mémo américain, exposant une opération illégale d’espionnage de la NSA contre des membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Elle est arrêtée pour trahison. Un thriller politique efficace qui dénonce les dérives de gouvernements bellicistes.

 

(4) K Contraire (de Sarah Marx, avec Sandrine Bonnaire) : Après 6 mois de prison pour une petite histoire de stups, Ulysse veut s’en sortir. Il lui faut de l’argentet vite, Gabrielle sa mère dépressive est à la dérive et les factures s’accumulent. Avec son ami David, ils mettent au point un dernier coup : acheter un foodtruck et écouler des boissons à la Kétamine dans les rave-parties. Mais rien ne se passe comme prévu…
– When the moon was full (Narges Abyar, Iran, avec Elnaz Shakerdoost, Hootan Shakiba…) : Ce film est basé sur une histoire vraie. En Iran, Abdol-Hamid épouse Faezeh. Deux ans plus tard, le frère d’Abdol-Hamid devient le chef du groupe terroriste Jundallah et enrôle l’ensemble de sa famille dans ses activités terroristes. Faezeh et Hamid décident alors de faire une demande d’asile en Europe auprès du bureau de l’ONU au Pakistan. Mais leur procédure d’asile est lente et pendant ce temps, Abdol-Hamid est progressivement entraîné dans le groupe terroriste de son frère.
– Rafael (de Ben Sombogaart, avec Melody Klaver, Nabil Mallat…) :  Le printemps arabe force le Tunisien Nazir, marié à Kimmy son épouse hollandaise, à fuir l’Europe. Il se retrouve à Lampedusa emprisonné en tant que réfugié illégal…

 

(5) Pour la catégorie « Fiction », le jury est composé de six professionnels du cinéma : l’actrice Emma de Caunes, les acteurs Hugo Becker et Dominique Pinon, la productrice Nora Melhli, le réalisateur et scénariste Jawab Rhalib et la cheffe-décoratrice Anne Seibel. Pour la catégorie « Documentaire », trois journalistes composent le jury : Yaël Hirsch, Sylvie Noëlle Thiphonet et Charlotte Lipinska. Enfin un jury composé de six étudiants de Carcassonne, Montpellier et Toulouse attribueront « Prix étudiant » à l’une des six fictions en compétition. ils seront accompagnés de Salam Jawad, productrice, et de Martine Martinel, députée, comme marraines de ce jury.