Europe / Météo : Si Toulouse est choisie, une éclaircie pour l’emploi

L'installation du CEPMMT à Toulouse écarterait quelque peu les nuages des difficultés du secteur aéronautique. Photo D.-R.

L’Etat français a annoncé sa décision de retenir la candidature de Toulouse pour la présenter au niveau européen, afin d’accueillir ici le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), qui doit déménager du Royaume-Uni. Le CEPMMT est une organisation intergouvernementale au cœur d’intérêts stratégiques européens et mondiaux.

Conséquence du Brexit… Le CEPMMT (et les 250 spécialistes qui y sont basés) ne pouvait plus rester à Reading, avec la sortie du Royame-Uni de l’Union européenne. Il devient donc nécessaire, sinon urgent, de trouver un nouveau site d’accueil. Plusieurs grandes villes européennes sont naturellement candidates. Et la France a choisi de présenter la candidature de Toulouse.

Un travail commun des collectivités

« Je salue cette décision du Président de la République, nouvelle reconnaissance des compétences et de l’excellence de notre territoire. Quelle fierté pour Toulouse ! Quelle fierté pour les Toulousains ! La candidature que nous portons, conjointement avec Carole Delga et Georges Méric et l’appui du Préfet Guyot, est riche de sens à plus d’un titre » a tenu à souligner Jean-Luc Moudenc.

Et le maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole souligne : « Tout d’abord, les interconnections européennes, scientifiques et techniques, que notre territoire entretient avec le monde sur le sujet essentiel des sciences de la terre. Je remercie les ambassadeurs de notre proposition (*) Ensuite, au plan local, la capacité à travailler ensemble que nous avons mise en œuvre. Outre les parlementaires qui se sont engagés, je remercie les nombreux acteurs publics et privés, petits et grands, qui se sont joints à l’offre que nous avons construite. A l’heure où la conjoncture économique et sociale s’assombrit, la sélection du projet toulousain est une lueur d’espoir, synonyme de développement donc d’emplois… »

Bologne (Italie), la principale rivale

Il s’agit désormais pour les trois collectivités, Toulouse Métropole, Région Occitanie et département de la Haute-Garonne, « de consolider aux côtés de l’Etat, la proposition qui sera remise début octobre. Toulouse Métropole sera au rendez-vous et assumera sa part du financement (…) Nous avons convaincu Paris, maintenant nous allons convaincre le CEPMMT » a enfin déclaré Jean-Luc Moudenc. Bologne, en Italie, qui avait déjà été envisagée en 2017 pour remplacer Reading, semble la plus dangereuse rivale de la Ville Rose dans cette perspective.

Le CEPMMT (donc l’UE) prendra sa décision en décembre 2020… Si le projet français est choisi, il signifierait l’arrivée à Toulouse de 150 spécialistes dès l’été 2021 et d’une centaine un peu plus tard… Et un nombre conséquent d’emplois induits sont à prévoir, une belle perspective dans la région, qui vit directement les difficultés du secteur aéronautique.

Philippe MOURET

(*) Jean Tirole, Président de la Fondation Jean-Jacques Laffont – Toulouse School of Economics. (Prix Nobel 2014), Annie Cazenave, lauréate du prix Vetlesen 2020 (le prix Nobel Prix Nobel des sciences de la terre et de l’univers), et Philippe Courtier, météorologue.
Créé en 1975, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) est une organisation intergouvernementale indépendante soutenue par 34 États. Le CEPMMT a pour principale mission de produire des prévisions numériques du temps, de mener des recherches scientifiques et techniques visant à améliorer la qualité des prévisions, et de conserver les archives de données météorologiques.

Dis-Leur ! et la météo…