Environnement : Quand l’art magnifie les lagunes du littoral

La Galerie éphémère. En 2018, comme cette année, quinze artistes ont carte blanche pour présenter une semaine de travail inspiré par cet environnement unique qu'il est urgent de continuer à protéger. En 2018, 4 000 personnes, principalement des familles, s'y étaient déplacées. Un événement gratuit qui marie arts et nature attirant bien au-delà du traditionnel maigre public acquis et convaincu de la défense de l'environnement. Photo : Laurent Rebelle

A l’occasion de la Journée mondiale des zones humides, le 2 février, se déroule du 1er au 3 février, la 7e édition de la Galerie Éphémère, en plein coeur des salines de Villeneuve-lès-Maguelone. Quinze artistes ont carte blanche pour présenter une semaine de travail inspiré par cet environnement unique qu’il est urgent de continuer à protéger. En 2018, 4 000 personnes, principalement des familles, s’y étaient déplacées. Un événement gratuit qui marie arts et nature attirant bien au-delà du traditionnel maigre public acquis et convaincu de la défense de l’environnement.

Le silence. Un battement d’aile. Le cri suraigu d’un oiseau aux plumes laiteuses se reflétant dans le miroir d’un étang de vie… Le chapelet d’étangs palavasiens, ces lagunes qui parcourent notre littoral unique de la petite Camargue aux Pyrénées-Orientales, est source de rêveries singulières. Toujours identiques. Toujours différentes. Et pourtant, dans le monde, cet écosystème remarquable est menacé. L’Europe, notamment, ne s’y est pas trompée qui a développé des programmes puissants de conservation de la faune et la flore, comme Life + Envoll.

C’est, faussement engourdies, des ex-salines proches de Montpellier, qui résistent à l’ogre de l’aire urbaine de Montpellier qui fonce vers la mer et, à un coup d’ailes de Sète, que le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon porte un événement désormais couru : la 7e édition de la Galerie Éphémère, de Villeneuve-les-Maguelone. C’est à la fois un rendez-vous pour amateurs d’art et ceux de la nature qui a réuni la bagatelle de 4 000 visiteurs l’année dernière !

L’expo de ces artistes en résidence ouvre l’esprit des visiteurs accessibles au message de protection de la nature. Et on y vient en famille. »

Olivier Scher, photographe.
L’une des six photos que la photographe Anna Saulle exposera. Photo : Anna Saulle.

En plein coeur de l’hiver, avec cette lumière si douce qui n’appartient qu’à ce mois de février qui d’habitude endolorit les sens que s’organise cet événement les 1er, 2 et 3 février à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides, en partenariat avec la Métropole de Montpellier, la commune de Villeneuve-lès-Maguelone, le Conservatoire du Littoral, le CPIE Bassin de Thau.

Ce sont deux photographes, Cahuate Milk et Olivier Scher, qui ont eu cette idée. Ce dernier explique : « Le Cen est gestionnaire des ex-salines de Villeneuve, premier site européen de conservation d’oiseaux qui est labellisé Ramsar (1), du nom d’une ville iranienne où est née une convention internationale à laquelle adhèrent 170 pays. »
Avant de faire appel aux artistes, pour la majorité des gens au mieux, cet événement leur paraissait superflu, au pire, ils s’en foutaient… »
C’est un lieu-vitrine de ce qui se fait de mieux en la matière. Un joyau. Il y a sept ans, nous avons eu l’idée de créer cet événement. Mais on ne dépassait pas les 30 à 40 personnes acquises à la cause environnementale. Avant de faire appel à des artistes, pour la majorité des gens au mieux, cet événement leur paraissait superflu, au pire, ils s’en foutaient. On a ensuite fait venir des artistes en résidence et de les associer à cet événement international que le grand public méconnait : La Journée mondiale des zones humides. Ces artistes ont carte blanche pour s’exprimer. » Et ça marche ! « L’expo de ces artistes en résidence ouvre l’esprit des visiteurs accessibles au message de protection de la nature. Et on y vient en famille. »
Chaque artiste sélectionné en dispose d’une pièce et peut donner libre cour à sa vision. On essaie d’avoir des artistes les plus « locaux » possibles, même si on en a retenu d' »un peu plus loin, Marseille, Toulouse, Lyon… Il y a pas mal de bonnes surprises. »
Photo : Olivier Bonhomme.

Car les zones humides sont menacées, voire en état de disparition, dans le monde. Proches qu’elles sont du littoral et des grandes villes qui les grignotent. en les asséchant, les drainant… Le littoral subit de plein fouet la pression immobilière. Les stations qui épurent mal. L’agriculture et ses produits chimiques… « On n’est pas encore sortis du problème… » Or, le nôtre de littoral accueille le plus grand chapelet d’étangs d’Europe. Une chance que ces écosystèmes-modèles soient mis en valeur par des artistes spécialisés en arts plastiques : graf, illustration, peinture, photo…

Animations, danse, émission radio en direct…

Les artistes, comme Lytnim, ont carte blanche. Photo : Lytnim.

Ceux-ci, en résidence durant une semaine, peuvent « interagir avec l’environnement qui les entourent ; s’inspirer de ce qu’ils voient, etc. Pour cela, nous disposons de deux bâtiments et de 15 pièces. Chaque artiste sélectionné en dispose d’une et peut donner libre cour à sa vision. On essaie d’avoir des artistes les plus « locaux » possibles, même si on en a retenu d' »un peu plus loin, Marseille, Toulouse, Lyon… Il y a pas mal de bonnes surprises. »

Grâce à des outils pédagogiques, le CPIE du bassin de Thau proposera « des animations tout le week-end », une radio associative, la Bougeotte diffusera ses programmes en direct des salines, une compagnie de danse, Marécage sera aussi de ces journées, etc. » De quoi montrer que la nature, elle, est une oeuvre d’art.
Olivier SCHLAMA

Des artistes, des performances

Les magnifiques ex-salines de Villeneuve. Photo Laurent Rebelle.

Seront présents en résidence dans les bâtiments des ex-salines de Villeneuve-lès-Maguelone :

Agathe Catel dédie une grande partie de son travail photographique à l’art méconnu du cirque. Elle envisage la photographie à la fois en tant que document anthropologique, témoin d’histoire et objet artistique.
Aude B
Le travail d’Aude B est une immersion picturale dans l’intimité du rêve et du cauchemar, où la singularité et la poésie s’entremêlent.
Anna Saulle
Photographe officielle du K-LIVE à Sète Anna Saulle explore l’homme et le paysage au travers d’une photographie soignée et dynamique.
Bertrand Déhache
C’est la nuit, sur les chemins ferroviaires que Bertrand Déhache immortalise les graffeurs en pleine action ainsi que leur environnement. Un regard poétique, qui danse entre lumière et obscurité…
Clara Langelez
Ses illustrations méticuleuses germent et fleurissent partout. Ses compositions organiques et florales, s’entremêlent parfois de visages et de corps, grimpant sur les façades des bâtiments.
Cahuate Milk
Cahuate Milk est un artiste plasticien, qui donne une profondeur sensible aux images. Ses assemblages graphiques et images vibrantes, nous interpellent en silence.
Hien
Hien est un artiste qui a le sens du détail, ses maquettes créent des paysages apocalyptiques et cinématographiques. Nous plongeant avec force dans ses histoires miniatures.
La Bougeotte
fondée en 2016 au Maroc par Allegra Trichard et Jules Roques, la Bougeotte pose désormais ses valises à Montpellier. Elle se veut être une radio culturelle dans le sens large du terme. Sous forme de reportages, interviews, retransmissions live, émissions thématiques (ou pas), La Bougeotte s’incruste et se greffe.
Indexpouce
Un imaginaire débordant et coloré qui s’adapte à tout les supports. Le duo de créatifs Indexpouce n’a aucune limite, leurs illustrations et ensembles typographiques évoluent au grès des rencontres et des espaces investis.
Loraine Motti
Loraine Motti est une illustratrice lyonnaise proposant une expérience à la frontière entre le rêve et le cauchemar. En petit ou grand format, son univers poétique peuplé de personnages flottants et autres chimères nous transporte dans un autre monde.
Lytnim
Photographe de rétrowave, Lythnim propose des portraits très inspirés de l’esthétique des années 80. Ses éclairages colorés et mises en situation permettent de créer des personnages forts en caractère.
LpLpo
Venez écouter l’étrange poulpe qui peuple les salins, LpLpo est une pieuvre électronique et frénétique qui vous proposera une performance sonore et alternative.

Marécage
La compagnie de danse Marécage, laissera jouer et interagir les corps de ses danseurs sur le site des Salines.
Mr Garcin
Véritable collagiste, collectionneur d’image de Comics, Manga et de bandes dessinées. Il compose des ensembles aux airs de Pop Art, associant une multitude d’images qui juxtaposées prennent un nouveau sens.
Nhobi Cerqueira
L’artiste peintre brésilien Nhobi Cerqueira crée des fresques où il personnifie la nature au travers d’êtres singuliers et énigmatiques.
Olivier Bonhomme
Olivier Bonhomme est diplômé de l’Ecole Emile Cohl en 2010 et a travaillé avec différents journaux et studios en tant qu’illustrateur et directeur artistique. Il a cofondé en parallèle le studio BK en 2012 dans lequel il produit des installations et des dispositifs de recherche en arts numériques, pour appliquer l’image à la scène.
Veks Van Hillik
Veks Van Hillik est un peintre au style surréaliste et chimérique. Chaque personnage est un mélange entre candeur et noirceur. Son travail est une immersion totale dans les abysses d’un monde habité.
Et aussi : performance dansée et découverte du site sur les sentiers des Salines, avec la Cie Marécage et la LPO Hérault (membre du CPIE Bassin de Thau)
Direct et rediffusion radio par La Bougeotte
”Tea time” : des rencontres avec les artistes et les acteurs du territoire pour parler de la préservation de l’environnement, animé par l’association Kimiyo (membre du CPIE Bassin de Thau).

Un lieu plein de poésie. Photo : Laurent Rebelle.

Visite guidée sur réservation

Visite guidée de la réserve naturelle de l’Estagnol ; animée par l’ONCFS et le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon. Dimanche 3 février à 9h30, durée : deux heures.
Sur réservation préalable au 04 67 13 88 57
Des oiseaux pas comme les autres ! Découvrez l’Aucèl et une drôle de carriole « la Laromobile” et partagez des petits ateliers en famille autour de la biodiversité, animé par le Graine Occitanie.
Contact :
Salines de Villeneuve/CEN L-R
04 67 13 88 57
Ouverture de la galerie :
1er février 2019 14h – 18h
et 2 et 3 février 2019 9h – 18h
aux Salines à Villeneuve-lès-Maguelone
Préférez une visite en matinée pour éviter les heures d’affluence
Manifestation gratuite.
Accès par transport en commun :
Bus 32 arrêt Pèlerine puis 15 minutes de marche
Site non adapté aux personnes à mobilité réduite
lagalerieephemere.net