Chronique du XIII : Les Bleus en toute modestie pour la Coupe du Monde

C'est le Consul de France aui a accueilli l'équipe de France de Rugby à XIII à son arrivée à Sydney. Photo D.-R.

La Coupe du Monde de Rugby à XIII débute le 29 octobre. La France a hérité de la « poule de la mort » avec l’Australie tenante du titre, l’Angleterre, meilleure équipe européenne et le Liban qui sera son premier adversaire. Notre chroniqueur Alan Roch les a suivis vers l’hémisphère sud… Revue d’effectifs !

Les Dragons catalans sont le club-phare du rugby à XIII hexagonal. Club professionnel, ils participent depuis une dizaine d’années au championnat britannique, la Super-League. Cette saison 2017 a été difficile. Les sang et or n’ont sauvé leur participation à la compétition 2018 que lors d’un dernier match de barrage à Leigh, début octobre.

À l’échelon au-dessous, le Championship, le Toulouse Olympique n’a pas pu accrocher sa place à la poule de montée en Super-League, mais il est le premier club français à inscrire son nom au palmarès d’une compétition anglaise : le Championship Shield (compétition entre huit clubs de Championship).

C’est sur les joueurs français évoluant aux Dragons et à Toulouse et à ceux évoluant dans des clubs anglais que comptait s’appuyer l’entraîneur-sélectionneur de l’équipe de France pour bâtir une solide formation tricolore en vue de la Coupe du Monde 2017 qui se déroulera entre Australie, Nouvelle-Zélande et Papouasie-Nouvelle-Guinée du 27 octobre au 2 décembre.

La mise sous pression des Catalans jusqu’au début octobre n’a pas permis de mettre en place les rassemblements envisagés. De nombreuses blessures et défections au terme de ces longues saisons ont poussé Aurélien Cologni à bâtir une équipe jeune en misant plus sur l’avenir et l’édition 2021 de la compétition en Europe que sur un résultat immédiat.

Une place à prendre, face au Liban

Avant de prendre l’avion pour Sydney, les Bleus recevaient la Jamaïque le vendredi 13 octobre dernier, à Perpignan : une formation regroupant des joueurs évoluant en Championship et League One (troisième division anglaise). Malgré la victoire 34-12, le déroulement de la partie montra que les automatismes ne sont pas encore au point côté Tricolores qui laissèrent, de plus, deux joueurs dans le combat : l’un sur blessure, l’autre pour indiscipline.

Dès samedi, la délégation française s’envolait pour l’Australie et un camp d’entraînement afin de préparer dans les meilleures conditions la première rencontre, décisive face au Liban, le dimanche 29 octobre. En effet, la France fait partie de la poule A avec l’Australie, qui devrait une fois de plus être au-dessus du lot, l’Angleterre et le Liban.

Il y aura trois qualifiés dans ce groupe. Anglais et Australiens sont inaccessibles à nos Coqs, aussi vaillants soient-ils. Reste cette formation du Liban, mais qui est formée de joueurs évoluant dans les championnats australiens, en particulier le plus relevé : la NRL (avoir un grand-parent d’une nationalité permet d’être sélectionné pour un pays). Alors, une seule chose à faire : tout donner le 29 octobre !

La compétition est retransmise dans son intégralité par BeInSport.

Alan ROCH

  • Dimanche 29 octobre à 6h00 FRANCE – LIBAN À Canberra
  • Vendredi 3 novembre à 10h05 AUSTRALIE – FRANCE À Canberra
  • Dimanche 12 novembre à 11h05 ANGLETERRE – FRANCE À Perth