Arts : À Aigues-Mortes, bienvenue dans la dernière galerie avant le confinement

Une galerie à découvrir le temps d'un week-end, en attendant la réouverture !

Vingt ans… Sylvain Binet a passé vingt ans à se consacrer à dessein à sa passion du dessin, sous toutes ses formes, avant d’enfin croiser son destin. Un destin qui était écrit dans le (logi)ciel ! Tel un alchimiste, il a longtemps cherché, jusqu’au jour où il a enfin pu changer la mine de plomb de son crayon en or. Et en originalité. Grâce à une souris ! Car c’est dans l’informatique avec sa palette graphique aux ressources infinies qu’il a trouvé son identité picturale.

« Sylvain Binet est un créateur frénétique, un stakhanoviste compulsif, un esthète absolu » précise la présentation de son livre d’art Zooanthropie et Folie, paru chez PapaPaper, un éditeur d’art reconnu pour la qualité de son travail depuis de nombreuses années.

Découvrir l’univers de Sylvain Binet dans Zooanthropie et Folie

Entreprise familiale installée à Pertuis, un petit village du Vaucluse, le laboratoire photographique de PapaPaper combine le travail artisanal d’une équipe de professionnels et la technologie de machines dernière génération. Pour des résultats exceptionnels !

Le livre de Sylvain Binet « Zooanthropie et Folie » chez papaPaper

Dernier en date, donc, le livre illustré par les oeuvres de Sylvain Binet, avec des textes de Chantal Nicolas et Gilbert Jouin. Zooanthropie et Folie est une superbe plongée dans l’univers de cet artiste à la fois subtil et flamboyant… Un bestiaire déjanté, où des créatures anthropomorphiques évoluent dans des mises en scène extrêmemeent graphiques. Des scènes dans lesquelles il faut se plonger afin de déceler la multitude de détails qui se cachent derrière la sensation immédiate d’être éclaboussé d’un talent si spécifique…

Un nom déjà bien connu

Le nom de Binet nétait pas inconnu avant même que se révèle le talent de Sylvain. En effet, il est le fils de Christian Binet, l’auteur de la célébrissime Bande dessinée Les Bidochons (plus de 10 millions d’ealbums vendus). Né à Etampes en 1972, Sylvain est diplômé de l’Ecole supérieure des Arts modernes (Esam) de Paris où il a étudié l’ilustration, le graphisme, la photographie, etc.

En tant que graphiste et concepteur, il a notamment tavaillé sur des projets tels que les émissions The Voice et Danse avec les stars, pour le Stade français, le PSG Football et Handball, la Fédération Française de Football, des comédies musicales comme Mozart l’opéra rock, La légende du roi Arthur et 1789, des artistes comme Céline Dion, M. Pokora, Laurent Gerra, Francis Cabrel, Gad Elmaleh et bien d’autres encore…

Un écrin pour son art, au coeur d’Aigues-Mortes

L’intérieur de la galerie de Sylvain Binet, au 18 rue de la République à Aigue-sMortes. Photo D.-R.

Autre facette de son talent, Sylvain Binet a ouvert une Galerie / Show-room  dans le Gard, à Aigues-Mortes. Une petite cité connue pour son passé historique (avec notamment la tour de Constance et des remparts du XIIIe siècle entièrement préservés) mais aussi pour ses ruelles médievales riches en galeries et artisans d’art.

Ayant officiellement ouvert ses portes ce jeudi 1er Avril 2021. La galerie va cependant devoir très bientôt fermer ses portes, confinement oblige ! « Notre galerie à Aigues-Mortes, sera ouverte ce samedi, dimanche et lundi du week-end de Pâques. Au 18 rue de la république de 10h/13h – 14h/19h, avant fermeture. Réza vous attend, derniers jours avant le confinement !!! » souligne Sylvain Binet sur les réseaux sociaux.

Il reste donc tout juste un week-end prolongé pour partir à la découverte de cet univers graphique et (si ce n’est déjà fait) d’Aigues-Mortes « ville magnifique, touristique et classée (…) je suis vraiment ravi d’être présent dans le sud », précise Sylvain… En attendant de le retrouver, dès que la vie sera (enfin !) revenue à la normale.

Philippe MOURET

D’art, d’art, avec Dis-Leur !

  • Artisans d’art : Elle leur a ouvert un écrin en plein coeur de Toulouse. Lire la suite…
  • « Plus d’un kilo de mots et d’images » : REGARDS oeuvre collective… et singulière ! Lire la suite…
  • Le musée des Augustins séduit par Commodi. Lire la suite…