Tourisme : vous aimez la Lozère ? Partagez votre passion !

Lac du Born. Photo : DR

Ce dynamique département recrute des dizaines de passionnés de ce territoire qui feront partager gratuitement le patrimoine de ce terroir, hors des sentiers battus. Autre mission : aider les nouveaux arrivants à découvrir au mieux le département en fonction de leurs centres d’intérêts. Et, ainsi, leur permettre de bien s’intégrer. Par ailleurs, la Lozère vient de boucler le recrutement de ses 48 ambassadeurs, des personnalités qui oeuvrent à la promotion de la Lozère, dont la fille de feu Galabru ou l’acteur Lionnel Astier, de la série TV Kaamelott.

Incollable sur la mythique bête du Gévaudan, passionné d’histoire, de vie religieuse, d’agro-écologie, ou éthologue spécialiste des traces fantômatiques du loup… Chacun aura sa place. « Le département de la Lozère compte seulement 76 000 habitants mais chacun peut devenir un porte-parole de ce territoire. On n’a pas de quota : on peut donc avoir  76 000 bénévoles », formule Pauline Maurin, responsable de la mission accueil et attractivité de l’institution.

Très peu peuplé mais très dynamique, menant une politique touristique forte (un nouveau schéma est en préparation), le département de la Lozère  continue de travailler son image en multipliant les initiatives simples mais originales. Qui ont du sens. Le département vient de lancer un appel à candidatures pour recruter des bénévoles, passionnés de ce territoire. En s’appuyant sur l’exemple d’un mouvement né aux USA qui a baptisé ce genre de bénévoles locaux de « greeters ». Ceux-ci s’engagent à donner gratuitement de leur temps pour faire découvrir le territoire autrement, hors des sentiers battus, à des touristes ou à des nouveaux arrivants qui ne se considèreront ainsi moins comme des « intrus ». La démarche collaborative touche même la ruralité ! « Recruter autour d’une quarantaine de bénévoles, ce serait bien », précisent plusieurs sources (1).

Faire découvrir le département aux nouveau arrivants

Le tourisme est un pan de l’économie important en Lozère : plus de 4000 nuitées par an, un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros et 4100 emplois en été. Le but, c’est que ces bénévoles fassent partager les secrets de leurs coins de paradis « sans concurrence avec les offices du tourisme ou les prestataires », complète Pauline Maurin.
Basé sur le principe de rencontres, ce statut de bénévoles, permet de partager un moment convivial, autour de sa propre passion avec des touristes ou de nouveaux arrivants. C’est la seconde mission espérée de ces « greeters » : « proposer aux nouveaux arrivants de découvrir au mieux le département en fonction de ses centres d’intérêts. Et de bien les intégrer », ajoute Pauline Maurin. On ne va pas leur demander de diplômes mirobolants ou un CV long comme le bras. Non, l’important, c’est qu’ils soient passionnés, passionnants, qu’ils sachent de quoi ils parlent. Et que leurs idées ne soient pas arrêtées. Pas question de faire l’apologie de la chasse au loup ou défenseur d’un quelconque sujet de société trop clivant. « Juste qu’ils parlent bien d’un domaine qu’ils connaissent », comme le ferait un président d’association de randonnée.

Ce futur réseau de bénévoles s’appuiera sur les ressources humaines du territoire et permettra à chacun de promouvoir la Lozère à sa façon sur des thématiques très diverses telles que le patrimoine, l’histoire locale, la sport ou encore de la nature, etc. Les habitants eux-mêmes ne sont-ils pas les meilleurs ambassadeurs d’un territoire donné ?

Favoriser le lien social

« Pour le département, l’enjeu est de favoriser le lien social et le vivre ensemble par la rencontre et la coopération entre différentes populations, mais aussi de permettre l’implication des habitants dans la vie touristique de la collectivité. Une telle démarche collaborative est fondamentale pour le tourisme local et durable. Elle participe à l’enrichissement culturel et économique des communautés et permet de valoriser l’image du territoire », indique le département qui prépare une sorte de trombinoscope de ces bénévoles.

« Les gens cherchent à rétablir des relations d’échange plus simples, et à échapper à la complexité économique de la société. On dénote chez les touristes une volonté de donner du sens à leur voyage, et un désir de mieux comprendre ce qui les entoure », souligne le réseau des greeters.
Le greeter est une sorte d’intermédiaire qui introduit le voyageur dans la réalité de la vie quotidienne.

« Ce concept est appelé à durer, mais sa forme va évoluer. Bien souvent, le tourisme est d’abord expérimental, puis il se généralise : de nombreux circuits touristiques actuels ont d’abord été tracés par des routards indépendants”, souligne  Jean-Didier Urbain, anthropologue à l’Université Paris-Descartes.

48 ambassadeurs

La Lozère n’en est pas à son coup d’essai. Le département vient de boucler le « recrutement » de 48 – nombre symbolique- ambassadeurs, au rythme de 12 par an. « Ce sont tous des VIP,  des personnalités, précise Pauline Maurin. Ils ont un rôle de promotion active du département lors de manifestations.  Les derniers noms seront annoncés fin juin. Ils côtoieront d’autres célébrités comme la fille de feu Michel Galabru, qui fut président du jury du festival international du film de Vébron ; le réalisateur Jacques Malaterre (Ao, le dernier Néandertal) ou encore Lionnel Astier, connu pour son rôle dans la série TV Kaameloot. Sa grand-mère est de Lozère où il prépare un spectacle intinérant sur les camisards, cet été. Une sorte de retour à la terre.

« Ce réseau des bénévoles-greeters a été lancé quand certains de nos ambassadeurs nous ont dit qu’ils aiment faire la promotion de notre département en dehors de ses frontières mais qu’ils aimeraient en faire à l’intérieur. C’est ce que l’on vient de lancer.  » L’authenticité n’a pas de frontières.

Olivier SCHLAMA

Afin de rejoindre ce réseau qui vient d’être initié par le département, il suffit de renvoyer le dossier de candidature téléchargeable sur le site lozerenouvellevie.com et de le renvoyer à : vivrenlozere@lozere.fr