Théâtre : « Les petites formes »… Montfavet ne craint pas de grandir

"Cuisine-moi une histoire...", de et avec Sophie Kastelnik, c'est à Montfavet, du 11 au 14 juillet... Photo D.-R.

Osons-le tout de suite, ce sera fait : Les Petites Formes de Montfavet sont… en grande forme ! Pour sa 4e édition ce festival « off du off » présente une programmation riche, éclectique et de qualité : Théâtre, danse, marionnette, cirque, musique… Et des formes originales, des formes brèves, des entre-sorts qui suscitent la curiosité en proposant un voyage à travers des installations atypiques : spectacles en caravane, en voiture, dans une yourte, sous une toile de parachute….

« Les petites formes » entendent aussi se distinguer par une approche « ethique de l’accueil des artistes, conçue sur des valeurs de coopération et de mutualisation. » Dans le Parc Seguin, à dix minutes du centre d’Avignon (navette gratuite Porte Thiers) c’est un lieu idéal où venir en famille et partager découvertes et émerveillement.

Avec une vrai démarche écologique

Depuis 4 ans, le public répond présent au rendez-vous. Photo D.-R.

Les propositions concernent en effet le jeune et très jeune public, mais les adultes ne sont pas oubliés pour autant. Le cadre est calme et bucolique, l’ambiance chaleureuse. Ici, on achète des jetons (comme à la foire !). Un jeton coute 3 euros (tarifs dégressifs). Chacun dépense ensuite ses jetons au gré de sa curiosité et de sa fantaisie (les spectacles sont à 1 ou 2 jetons, ou gratuits).

Le Festival est par ailleurs engagé dans une démarche écologique : on trouvera sur place une décor conçu à partir de matériaux recyclés, et une buvette proposant des produits bio et locaux.

L’événement avait réalisé plus de 2700 entrées en 2018. Et malgré son nom, le festival ne craint pas de grandir encore ; Avec plus de 25 propositions artistiques cette année, avec le soutien de la Ville d’Avignon, du département du Vaucluse et de plusieurs partenaires locaux.

Plus de 25 rendez-vous… Demandez le programme !

De superbes marionnettes à découvrir… Photo D.-R.

La soirée inaugurale, mardi 10 juillet place de l’église, donnera le ton, avec Le ballet des Architectes, par la Cie Rue de la Casse, qui pose une question : « En quoi l‘évolution technologique influence-t-elle nos rapports sociaux au quotidien ? » Sur une bande bruitiste révélant les bouleversements de nos univers sonores, une chorégraphie entre trois danseurs et quatre lampes d‘architectes motorisées et automatisées, qui posera un regard sur l‘étroite relation entre l‘Homme et la Machine…

On ne va pas détailler le fort riche programme . Il suffit pour en connaître tous les détails de cliquer ICI afin d’accèder au programme officiel et complet de l’événement. Pour s’y rendre, on peut emprunter le bus de ville (Ligne 4, Porte Limbert) ou la navette du Festival, toutes les demi-heures (Porte Thiers, à partir de 9h30). Avec tout autre moyen de transport, du vélo à l’auto, c’est en face de la Porte Limbert qu’il faut prendre la route de Montfavet, continuer tout droit, toujours tout droit jusqu’à Montfavet…

« Il suffit de passer le pont… »

Voilà vous savez tout… Ou presque ! Maintenant, il suffit d’un peu de curiosité pour se rendre à Montfavet. Comme aurait pu le chanter Brassens, « il suffit de passer le pont » (d’Avignon cette fois) pour passer de l’Occitanie au Vaucluse et découvrir tous ces artistes qui vous ouvrent grandes leurs portes…

Philippe MOURET