Lozère : Premier département de montagne raccordé à la fibre d’ici cinq ans

Pour la première fois, les critères retenus permettent de prendre en compte le territoire au-delà du seul critère de la population ou des restes à charge des AIS : les notions de richesse par kilomètre carré, de faiblesse de densité de population, de taux de la taxe foncière ont été retenues." Ici , le village de Bagnols-les-Bains, en Lozère. Photo : DR.

« C’est une révolution ! » s’exclame la présidente du département de la Lozère Sophie Pantel. En 2022, les 77 000 habitants de la Lozère seront raccordés à la fibre par l’opérateur Orange qui a été choisi au bout d’un long et complexe cheminement et d’une année de négociations. Le coût global est ingénieusement partagé avec deux autres départements, le Lot et l’Aveyron qui participent à l’opération. Et limité à 4 millions d’euros pour la Lozère ! Le déploiement de la fibre qui se déroule jusqu’en 2022 concernera « tout le monde » et offre une opportunité aux entreprises, notamment celles qui font du e-commerce. Le point.

« C’est une révolution pour la Lozère ! Nous allons devenir d’ici cinq ans le premier département de montagne totalement raccordé à la fibre d’ici 2022. Toutes les habitations seront prises en compte. C’est la vitesse de la lumière pour tous. Même pour l’habitat éclaté, la fibre sera activée. Tous les opérateurs pourront venir faire des offres commerciales. » Présidente du département le moins peuplé de France, Sophie Pantel savoure son joli coup dont elle n’est pas peu fière qui permettra de booster économiquement ce joli coin d’Occitanie où, « sans la fibre, certaines entreprises menaçaient de partir… », confie-t-elle. C’est aussi une occasion de développer des activités de télétravail voire d’attirer, par son cadre de vie très agréable, des entreprises de l’e-commerce.

Le projet est resté secret longtemps car les négociations ont duré jusqu’à ce 4 décembre pour, finalement, accoucher d’un beau projet. Dès le mois d’avril 2015, la nouvelle majorité départementale reprend et modifie le projet intial. Pourquoi ? « Parce que seules 18 communes sur 185 que compte la Lozère, les bourgs centres, notamment, auraient été correctement reliées ; le haut débit en de nombreux endroits n’en était pas, pointe Sophie Pantel. Pour le reste du département, pas de salut. C’était un patchwork. Bref, ce n’était pas satisfaisant. »

Sophie Pantel, présidente du département de la Lozère. Photo : DR.

En novembre 2016, la majorité vote pour élargir ce périmètre aux nouveaux chefs-lieux de canton, aux communes équipées de collèges publics et aux nouveaux périmètres des communes. Dès la première tranche, ce projet représente 34 100 prises optiques sur 55 communes, un réseau de collecte qui  irrigue tout le département et un coût par prise optique de 150 € maximum pour les communes. Une deuxième tranche est prévue pour étendre ensuite le réseau à toute la Lozère.

« Dans un premier temps, ils ne nous ont pas pris au sérieux. Ils se sont moqué un peu de nous, arguant du fait que ce ne serait pas rentable pour eux (…) On a alors regardé les départements voisins qui avaient la même problématique et le même objectif pour essayer d’atteindre un seuil critique permettant d’intéresser les opérateurs nationaux. » Sophie Pantel

Une fois cela entrepris, le département de la Lozère a décidé de « rencontrer tous les opérateurs dans le cadre d’une délégation de service public. Dans un premier temps, ils ne nous ont pas pris au sérieux. Ils se sont moqué un peu de nous, arguant du fait que ce ne serait pas rentable pour eux (…) On a alors regardé les départements voisins qui avaient la même problématique et le même objectif pour essayer d’atteindre un seuil critique permettant d’intéresser les opérateurs nationaux. » Démarche payante.

Ainsi, avec le Lot et l’Aveyron et la Lozère, le marché était devenu intéressant quand on ajoute respectivement 150 000 habitants, 300 000 habitants et 77 000 habitants des territoires concernés. « Notre stratégie a bien fonctionné : tous les opérateurs ont candidaté. Les trois départements qui s’étaient s’associés sous forme d’un groupement d’autorités concédantes, les intérêts de chacun étant préservés par des votes à l’unanimité, ont choisi l’opérateur Orange. Ainsi, après une année de négociation en 2017, « nous sommes arrivés à un projet de délégation de service public (DSP) sous forme concessive, sur une durée de 25 ans, avec un déploiement pour tous en cinq ans. De plus, le coût pour les communes se trouvera très fortement réduit. » Au total, rien que pour la Lozère, ce sont, entre autres, quelque 60 400 prises qui seront installées et 34 centraux téléphoniques. Et 360 000 prises pour l’ensemble des trois départements.

« Le coût global pour les trois départements associés dans ce projet est de 588,3 millions d’euros (…) mais seulement 4 millions d’euros pour le département de la Lozère et les communes. »

Sophie Pantel détaille, sourire aux lèvres : « Le coût global pour les trois départements associés dans ce projet est de 588,3 millions d’euros. Là dessus, la part pour la Lozère est de 101 millions d’euros, dont 20,859 millions d’euros à la charge du département. Mais comme nous avons une aide bonifiée de l’Etat et du plan d’aide au Haut débit, et que nous attendons une aide de la Région Occitanie de 14 %, nous bénéficions finalement de 80 % de subventions. Il ne nous reste réellement à trouver 4 millions d’euros à la charge du département de la Lozère et des communes concernées. »

Et d’ajouter : « Nous sommes contents aussi parce qu’il y avait de vraies contraintes pour déployer la fibre dans nos territoires. Et que nous sommes le plus petit département de France par sa démographie. Nous allons être davantage attractifs : il y avait d’ailleurs déjà une grosse demande des entreprises. Ici, beaucoup pourront profiter de notre exceptionnelle qualité de vie. Il faut savoir que notre positionnement est pleinement en phase avec l’avenir où, selon les études, 30 % des métiers de demain n’existent pas encore. C’est une vraie opportunité pour la Lozère. »

Olivier SCHLAMA

  • Chacun pourra choisir son fournisseur d’accès à internet. Un accès à toutes les offres commerciales (pack TV + Internet + téléphonie fixe et mobile + applications)  de niveau national (> ou = à 100 Mbit/s) en ayant le libre choix de l’opérateur. Il faudra compter autour de 50 euro la prise, le même prix pour tous.