Insee / Occitanie : Top départ pour la campagne de recensement 2019

L'enquête de l'Insee pour le recensement 2019 permettra de dresser le nouveau portrait de la Région et de ses habitants. Photo D.-R.

La campagne de recensement 2019 se déroule du 17 janvier au samedi 16 février dans les communes de moins de 10 000 habitants et jusqu’au samedi 23 février dans les villes de plus de 10 000 habitants. Cette enquête, qui a désormais lieu tous les ans, concerne chaque année 9 millions de Français. Elle est menée en partenariat avec les communes concernées : Cette année, 952 communes en Occitanie, qui vont mobiliser 2600 agents recenseurs…

En France, 8000 communes sont concernées chaque année. Dans les communes de moins de 10 000 habitants, le recensement a lieu tous les 5 ans. cette année il concernera des communes comme Revel, Leucate, Carmaux, Saint-Maries de la Mer… Dans les villes de plus de 10 000 habitants, le recensement a lieu tous les ans sur un échantillon de 8% de la population. Soit, cette année, 23 500 logements à Toulouse et 13 700 à Montpellier.

Eclairer les décisions publiques

Il ne s’agit pas seulement d’établir un  calcul de la population officielle. Les informations socio-démographiques, déterminées par le recensement mené par l’Insee, sont en effet essentielles pour éclairer les futures décisions publiques, nationales et locales. En particulier, pour décider des services, des équipements collectifs ou des programmes de rénovation nécessaires…

Dans le contexte actuel il procure notamment des données  essentielles sur deux éléments : le taux de logements vacants et les navettes domicile-travail, tellement mises au coeur de l’actualité par le mouvement des gilets jaunes.

Un majorité de réponses sur internet

Depuis 2015, la réponse par internet au recensement devient le mode de réponse majoritaire. En 2018, 48% des logements (49%, +1 en Occitanie) et 56% des habitants concernés avaient choisi la solution numérique. Les spécialistes de l’Insee constatent par ailleurs que taux de réponse par internet concerne toutes les franges de la population, rural ou urbain et, plus surprenant : de tous âges, internet est en effet choisi par 40% des 60-70 ans. Le seul « critère un peu discriminant », souligne Philippe Pailler de la direction recensement à l’Insee Occitnaie, c’est « le niveau de diplôme », moins on est diplômé, moins on choisit de passer par internet.

Les réponses sur support papier demeurent cependant. Les agents recenseurs (recrutés par les communes) se présenteront avec leur carte officielle au domicile des personnes concernées, afin de les informer sur les modalités de l’opération. Objectif égaler ou même dépasser le taux de réponse de 96% observé ces dernières années.

Migrations, fécondité, disparités

Au premier janvier 2019, la population de l’Occitanie était estimée à  5 892 817 d’habitants, accusant une croissance démographique de 47 000 nouveaux habitants par an : +0,8%. Cette croissance démographique est deux fois supérieure à celle observée en métropole (+0,4%), ce qui place la région en deuxième position, derrière la Corse. « Ce dynamisme est dû pour l’essentiel aux migrations qui entraînent une augmentation de la population régionale de 0,7% par an sur la période », précise-t-on à l’Insee. Alors que la fécondité baisse depuis 4 ans, à +0,1%

On constate de fortes disparités départementales, le dynamisme de la Haute-Garonne et de l’Hérault « s’accentue encore, profitant de la croissance des grandes aires urbaines de Toulouse, Montpellier et Béziers. » En Aveyron et Pyrénées-Orientales, « la croissance reste identique grâce à la dynamique de l’aire urbaine de Perpignan et des agglomérations de rodez et Millau. » Dans l’Ariège, l’Aude, le Gard, le Gers, le Tarn et le Tarn-et-Garonne, « la croissance a ralenti entre 2011 et 2016. » Dans le Lot, la Lozère et les hautes-Pyrénées, « la tendance s’inverse et la population diminue… »

Philippe MOURET