Haute-Garonne : « L’égalité femmes-hommes, c’est plus qu’un jour »

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne propose tout au long du mois du mars, autour de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, de nombreuses manifestations autour de l’égalité femmes-hommes, gratuites et ouvertes à tous. En raison du contexte sanitaire, l’ensemble de ces manifestations sont proposées en format virtuel.

Ce mois de mars 2021 sera l’occasion de découvrir l’exposition « Rebelles ! » sur les grandes figures féminines haut-garonnaises (sur le site archives.haute-garonne.fr), de suivre la visite guidée dans les rues de Toulouse sur les femmes dans la Résistance (Facebook live), ou encore d’assister à des tables-rondes et conférences sur l’égalité des genres.
Par ailleurs, d’autres événements sont programmés autour du 24 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Depuis 2015, le Département de la Haute-Garonne est particulièrement mobilisé en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cet engagement s’est concrétisé en 2019 par l’adoption d’un plan dédié de 55 actions, transversal à l’ensemble des politiques menées par la collectivité.

Entre septembre 2019 et septembre 2020, le budget total alloué par la collectivité à l’égalité des genres représente plus de 17,2 M€, réparti sur 22 directions départementales : éducation, solidarité, enfance et famille, culture, sport, numérique…

Cette volonté s’est poursuivie par l’adoption en 2020 d’orientations stratégiques de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes pour mieux protéger les victimes, les enfants témoins ou co-victimes et aider à la prise en charge des auteurs. Dans ce cadre le Conseil départemental s’est notamment engagé à créer des lieux d’accueil dédiés pour la mise à l’abri de femmes victimes de violences avec enfants de moins de 3 ans.

Lundi 8 mars, le centre départemental d’accueil mère-enfant entièrement financé par la collectivité ouvre ses portes à Toulouse. Il permettra d’accueillir et de mettre à l’abri des femmes enceintes ou mères isolées avec au moins un enfant de moins de 3 ans.

Dans ce contexte de crise sanitaire durable, cette solution supplémentaire d’hébergement provisoire accueille des personnes en situation d’isolement, de vulnérabilité ou de violence conjugale, mais également en absence momentanée d’hébergement pour des raisons financières, administratives, ou relatives à une absence de droits et ne disposant pas de ressources financières propres.

Ce centre peut ainsi accueillir 26 familles, soit environ 60 personnes simultanément, pour une durée de 3 mois, renouvelable une fois. Le Conseil départemental alloue un budget de 473 500 € par an à ce projet.

(Communiqué)