Galadrielle : High-tech en Irlande, éducation au Sénégal

Galadrielle lance une opération de soutien à l'éducation au Sénégal... Photo D.-R.

Son MBA en poche, Galadrielle s’est expatriée en Irlande, où elle réside depuis 2009. Elle compte sur son CV quelques grands noms du secteur informatique tels que Apple, Dell, Adobe, Hubspot, et Salesforce – chez qui elle travaille actuellement. Son ambition est de sensibiliser à la grande cause qu’est l’éducation, en contribuant à l’aide à l’éducation des enfants au Sénégal. Elle nous fait part de son projet.

Il était une fois un petit prince qui vivait entouré de sa famille et de ses amis. Un jour en rentrant chez lui, il passa devant une maison bien étrange. Cette maison était faite comme toutes les autres, mais une voix apaisante s’en échappait. Le petit prince s’approcha de la porte restée entrouverte et se mit à écouter la voix. Elle parlait de tout un tas de chose qu’il ne connaissait pas. Il jeta donc un œil à l’intérieur. Qu’elle ne fut pas sa surprise quand il vit la maison remplie de petit garçons et de petites filles qui écoutaient avec attention. Le petit prince se rendit compte que la voix était en fait une grande personne qui se tenait debout devant un immense tableau noir. La voix aperçut le petit prince de loin et lui fit gentiment signe de s’assoir lui aussi. Le petit prince s’installa en silence et se mit à écouter lui aussi…

« Il y a 20 ans, j’ai visité un pays où vivent des petits princes et princesses qui n’ont pas l’accès à l’éducation qu’ils méritent. Ce pays s’appelle le Sénégal », explique la jeune femme qui cite ensuite Nelson Mandela : . ‘’L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde.’’

Accès équitable à l’éducation pour filles et garçons

Le Sénégal est un pays extrêmement jeune. Selon le ministère de l’Education nationale sénégalais, en 2014, les moins de 15 ans représentent 42,1 % de la population globale sénégalaise. De plus, seulement 66,5% des enfants en âge d’aller en école primaire terminent le cycle, contre 56.4% au collège. Le système d’éducation sénégalais est en manque d’enseignants qualifiées, ainsi que de manuels et matériels scolaires pour les élèves et les enseignants.

Galadrielle Heinrich, expatriée mais pas de frontière entre la high-tech et l’humanitaire. Photo D.-R.

Pour résoudre cette problématique, la République du Sénégal a mis en place un Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence (PAQUET). Les objectifs de la politique éducative sénégalaise visent notamment une scolarisation primaire universelle, un accès équitable a l’éducation entre filles et garçons, la réduction de la pauvreté, et la formation qualifiante des jeunes et des adultes. Selon le Paquet-EF 2013-2025, ‘’le gouvernement du Sénégal s’est engagé à assurer une éducation de base de qualité pour tous, partout, afin que chacun puisse se réaliser pleinement et apporter sa contribution à la société’’ précise Galadrielle Heinrich.

« Pour participer à cet ambitieux projet, j’ai décidé de partager mon histoire pour rassembler des fournitures scolaires et les livrer au Collège Saint Esprit à M’Bour au Sénégal lors de mon prochain voyage du 23 au 27 Avril 2018«  explique Galadrielle.

Les besoins du collège de M’Bour

Cette année, le collège compte 1884 élèves. Les fournitures scolaires dont ils ont le plus besoin sont :

  • Crayons à papier, crayons de couleur, taille-crayons, gommes, stylos
    Règles, rapporteurs, équerres, compas
    Papier A4 & A3, cahiers
  • Petits tableaux à craies (seulement pour les 352 élèves du primaire)
  • Trousses, cartables

Pour en savoir plus concernant cette initiative et faire un don via la page Gofundme : https://www.gofundme.com/helpchildrenseducationsenegal