Foot et BD (8) : Humour avec Mordillo, Mortadel y Filemon et… « Loulou »

Mortadel y Filemon, une BD espagnole qui fait la part belle au football...

L’humour, c’est un des ingrédients qui nourrissent régulièrement la bande dessinée de foot. Avec un véritable « pape » argentin, Mordillo et un héros inattendu, le regretté président du Montpellier HSC, Louis Nicollin !

ll y a aussi souvent de l’humour dans le rond central… Et sur le sujet, on ne peut que s’incliner devant le génie d’un dessinateur argentin, né le 4 août 1932 à Buenos-Aires : Guillermo Mordillo. On vous dira que Mordillo, ce n’est pas tout à fait de la BD, ou pas seulement… Mais peu importe, son album Mordillo Football (1981, Glénat; réédité en 1997 sous le titre : Le Foot chez Vents d’Ouest) est un pur chef d’oeuvre d’humour et d’absurde. Une pièce essentielle dans la collection de l’amateur de foot en bande dessinée…

Mordillo, donc… « J’ai ressenti en regardant ce livre, une joie semblable à celle éprouvée en marquant un but » disait Pelé dans les années 80 à propos de l’album Mordillo, Football. Difficile d’imaginer plus bel hommage que celui rendu par un joueur qui a marqué (selon la FIFA) 1281 buts en 1363 matchs ! Vainqueur de trois Coupes du Monde sous les couleurs du Brésil (1958, 1962, 1970), etc, etc.

Malo Louarn, trublion des petites cases

Mais l’humour atteint aussi son but de façon plus modeste, et toujours très talentueuse. Avec en particulier les dirigeants de « L’Olympic F.C. » qui se trompent et croient accueillir un phénoménal buteur venu de l’Est (75 buts par saison dont 25 contre son camp), recrutant en fait un maçon Youpoltchèque qui venait chercher du travail en Europe de l’Ouest. C’est le prétexte de départ d’une série signée Malo Louarn, auteur de BD et supporter des clubs bretons, qui en tirera quatre albums dans les années 80…

De l’humour, certes, mais pas que… La Vedette, titre du premier album de la série qui en comptera 4, paraît à l’époque (1980) dans Le journal de Spirou un peu comme un malentendu. Parce que malgré un graphisme plutôt rond (il s’est formé aux côtés de Jean-Claude Fournier l’auteur de Bizu et de plusieurs albums de Spirou), le propos ne manque pas d’aspérités. Pour le dessinateur breton (fan du Stade Rennais et de l’En avant ! Guingamp) le football est l’occasion de souligner l’affairisme, les magouilles politiques, on est proche de l’esprit du film Coup de Tête de Jean-Jacques Annaud, sorti sur les écrans en 1979, avec Patrick Dewaëre.

Le ton finit par déranger et la série sera arrêté en cours de parution du troisième volet. Et jamais publiée en albums chez Dupuis. Les éditions du Dragon Rouge publieront cependant des albums en 1982, et depuis 2010, ils sont disponibles aux éditions P’tit Louis (accès au site en cliquant ICI). Un coffret rassemble même les quatre tomes de la série : La Vedette, Le canonnier de Vodkagrad, La taupe de Botagogo et Le Book

L’humour change de ton, le foot demeure

Les temps changent. Le ton aussi. Ce qui n’empêche pas le foot de cartonner en BD, notamment dans la foulée de la Coupe du Monde 1998. Et dans ce début des années 2000, deux séries cartonnent sous forme de gags : Les Foot-Maniacs (15 tomes et plusieurs best-off depuis 1998, éd. Bamboo) et Les Foot-Furieux (20 titres depuis 2004, Joker éditions) de l’auteur turc Gurcan Gürsel, auxquels il faut désormais ajouter trois volumes des Foot-Furieux Kids (Les) !!!

Gürsel est par ailleurs, dans la même verve, l’auteur de la série Os Campeões (premier tome en 2000, Meribérica/Liber) autour de la sélection portugaise, mais dont l’humour et les situations peuvent être transposables sur tous les terrains du monde.

Ainsi, ces séries incarnent un certain style de l’humour sur le football en BD. On est loin des allusions plus ou moins voilées à certaines « affaires », mais dans un style plutôt bon enfant, et d’ailleurs directement destiné aux fans de foot, là où d’autres séries pouvaient apparaître comme plus universelles. Il ne faut cependant pas négliger le lien que de telles séries dont le succès est indéniable (c’est un cadeau facile pour le petit neveu fan de foot et/ou de BD) et qui se déclinent en romans, compilations thématiques, versions « kids »… Les Petits foot-maniacs, par exemple, en romans à partir de 7 ans. Bamboo Editions, qui s’est fait une spécialité de ces BD à thème a également publié (2002, par Bouchard et Pica) Les Babyfoots, autre série à gags sur de jeunes footballeurs.

En 2008, Paul Glaudel (passé par les Beaux-Arts de Montpellier) s’est également essayé à l’exercice avec La fureur du Foot (chez l’éditeur gardois Idées+), une série de gags, un an après un album de cartoons chez le même éditeur : Que du foot, après tout !

Espagne : Mortadel y Filemon, série culte

Et puisqu’il est question de la péninsule ibérique, quittons un instant le Portugal pour le pays voisin. En Espagne, Mortadel y Filémon sont une véritable institution. La série-culte de l’Espagnol Francisco Ibañez fête cette année ses 60 ans d’existence, depuis sa publication dans l’hebdomadaire pour enfants Pulgarcito, en 1958.

Il n’y a eu qu’une quinzaine d’albums publiés en France (chez Aventures et Voyages, puis Arédit sous le titre Futt et Fil) alors que la série en compte plus de 250 en Espagne ! Parmi cette avalanche de titres, seuls quelques ‘uns nous intéressent ici, les « especial futbol« , publiés régulièrement à l’occasion des grands événements du foot officiel, Coupes du Monde et Euros de puis 1978…

Phénomène particulier, cette bande dessinée cultissime en Espagne et traduite dans plusieurs langues n’a jamais vraiment pu s’imposer en France. Pourtant, les aventures de ces deux agents secrets archi-maladroits sont souvent hilarantes. Bien sur dans cette série, le football n’est qu’un prétexte à d’incroyables aventures des deux compères Mortadel le polymorphe et Filemon, son irascible chef, vont le prouver avec un nouvel opus ayant pour cadre, la Coupe du Monde 2018 en Russie, bien sur ! (voir illustration)

Une sacrée sélection…

Mais l’humour sait aussi (parfois) se montrer décapant. Lorsque Lefred-Thouron affirme que Le foot n’est plus ce qu’il est… (éd. Fluide Glacial, 2015). Dessinateur de presse (à L’Equipe et au Canard enchaîné, Charlie Hebdo, etc), Lefred-Thouron sait shooter vite et fort. Avec lui, personne n’est épargné du supporter lambda à l’émir du Qatar, des entraîneurs aux agents, sans oublier les joueurs eux-même, qui même lorsqu’ils brillent de mille feux sur les pelouses sont rarement des lumières. Ce n’est pas tant le foot qui compte pour lui, il avoue lui même qu’il n’était pas très chaud pour réaliser l’album, mais plutôt la vitrine que ce sport offre de la société actuelle… Corrosif !

Autre personnalité atypique, le scénariste Edmond Tourriol dont l’inspiration va du manga européen L’équipe Z (avec Daniel Fernandes et Albert Carreres, à découvrir sur la plateforme Mangadraft) à la série humoristique Banc de touche (2 tomes plus un hors-série « Marseille« , avec les mêmes complices aux éd. Kantik) lauréate du prix « Bullimic » de la BD d’humour en 2011, au festival Bidart en Rires… Tourriol est également dans l’équipe à qui l’on doit les trois albums de la série Zlatan Style (de 2013 à 2015, aux éd. Hugo & Cie)…

Autre spécialiste du foot en cases, Alexandre Ruyer dit Aré. Auteur complet pour la série Foot Goal (4 tomes entre 2009 et 2012 et une Encyclopédie Total Football, chez Vents d’Ouest) qui fait le récit de l’évolution d’une équipe née au centre de formation Jean-Marc Desbuts (notez le jeu de mots) et que l’auteur va mener jusqu’aux sommets du foot mondial…

Mais Aré se fait aussi scénariste pour Olivier Petit et l’ouvrage Nous, les footeux de district (2014, éd. physalis). La même année Aré, en spécialiste du sujet, propose un florilège de situations cocasses brocardant le monde du football avec tous ses à-côtés honteux et houleux : Carton Rouge (éd. Vents d’Ouest), sous le prétexte de l’humour le message passe, décapant et pas forcément glorieux pour les stars du ballon rond.

… et un sacré Président !

Et pour ce qui est d’être décapant ! Nicollin, une vie de foot … c’est le titre du premier album d’une série (auteur : Dadou) uniquement consacrée au président du MHSC, figure atypique du championnat de France de Ligue 1 dont la saga Montpelliéraine est également au centre de l’album MHSC, 40 ans de folie, toujours par Dadou.

Fait unique dans l’univers de la bande dessinée de foot, le héros n’est pas un joueur mais un président de club. Il est vrai que le regretté Louis Nicollin (1943-2017) était un personnage à part dans le monde du foot de haut niveau. Président dès 1974 du Montpellier-Hérault Sport-Club (ex-Montpellier Paillade SC) il aura été une pièce maîtresse du redressement du sport à Montpellier. Plus qu’un simple personnage, une légende ! D’ailleurs, « Loulou », personnage haut en couleurs, inspire souvent la BD. De quoi rendre jaloux quelques uns de ses collègues dont les tweets ne vaudront jamais un bon gag ! Il est ainsi également présent dans quelques planches de Paris vaut bien un Cheikh (Ramsay – Bercovici) ou dans Les enfants du foot (Chatard et Gohérel, préface de Laurent Blanc). Président de club et héros de BD, l’inénarrable Louis Nicollin est un cas unique.

Et on doit à David Buonomo, dit Dadou, de l’avoir immortalisé au fil de trois albums chez la maison d’édition montpelliéraine Pat a Pan : Nicollin, une vie de foot (2011), Nicollin, poubelle la vie (2012) et Nicollin, langue de but ! (2013); puis directement chez MHSC Editions : 40 ans de folie (l’histoire du MHSC en BD) et Nicollin, Loulou Ferrari (2016). De Mordillo à « Loulou », le tour de la planète foot est bouclé… Jusqu’à la prochaine fois !

Philippe MOURET

Parmi les pièces collector, on peut citer une série de six cartes postales réalisées par Zep, l’auteur de Titeuf, pour le grand journal suisse La Tribune de Genève, illustrant chacune une équipe participant à l’Euro 1996.

 Retrouvez les chapitres précédents en cliquant ICI