Mode/Toulouse : La « petite robe noire », selon Delphine Josse

Une styliste toulousaine revisite la "petite robe noir"

Rechercher la coupe parfaite, explorer les matières, sublimer les femmes, et orchestrer une fabrication 100 % made in France… Tels sont les défis que Delphine Josse a su relever en créant sa marque de prêt-à-porter.

Sobre, élégante, intemporelle… La petite robe noire c’est l’incontournable de toute garde-robe féminine. Et cela depuis que Coco Chanel, en 1926, lui a offert ses premières lettres de noblesse. Depuis, elle est de toutes les situations, de toutes les époques. Faisant dire à Karl Lagerfeld que l’on est « jamais trop ou pas assez habillée avec une petite robe noire »… C’est à cette tradition que la toulousaine Delphine Josse apporte son inspiration occitane.

« Désinvolte, déterminée, séductrice… »

Furieusement élégantes, d’une simplicité à l’élégance ultime, ses créations aspirent à souligner la féminité. Le noir est dense, profond, mystérieux. Il révèle l’équilibre des lignes, structure la silhouette, rehausse la couleur. « J’ai décidé de ne créer que des robes noires. À manches courtes, à manches longues, avec des poches, plissées, croisées, à bretelles, toutes différentes et surtout noires ! En une pièce, tout est réuni, le haut, le bas, le style. Le noir va avec tout et sublime les autres couleurs. Simple, efficace. Mon inspiration émane souvent d’une attitude, d’un trait de caractère. Un peu garçonne, faussement sage, voire désinvolte, déterminée et séductrice. Et parfois il suffit d’une ligne, d’un mouvement, d’une femme qui marche dans la rue, d’un foulard qui glisse d’une épaule. » confie Delphine Josse, fondatrice de la marque éponyme.

Cet été, la styliste toulousaine dévoile ses six nouvelles pièces qui sont exclusivement disponibles en ligne : Carmen, « l’incandescente »; Girly Loup, « la faussement sage », Néo, « un tourbillon plissé » de mousseline, Saé, « la garçonne », Svéti, « l’estivale » aux fines bretelles et Vertige, aux allures sportives et à « la géométrie maîtrisée ». Les petites robes noires de Delphine Josse se portent de toutes les manières. Révélant une allure sophistiquée pour une femme qui ne veut pas faire de compromis entre la pratique et le joli. Des petites robes chic et sobres, dans un style less is more et prêtes à porter en toutes circonstances.

Une fabrication qui vise le 100% made in France

Delphine Josse, la jeune créatrice revisite un classique

De l’esquisse du modèle jusqu’à sa réalisation, c’est l’intention d’un détail qui compte pour Delphine Josse et l’ultime finition a toujours son utilité. La fondatrice de la marque de prêt-à- porter recherche la perfection de chaque ligne, de chaque découpe pour sublimer la silhouette. Et pour cela, elle s’entoure exclusivement de partenaires français pour proposer ses créations à un prix juste.

« Tous mes modèles sont confiés aux mains expertes de couturières situées en Haute-Garonne, qui réalisent minutieusement chaque pièce de A à Z pour garantir une qualité irréprochable. Nous partageons le même amour du savoir-faire français et l’exigence des finitions délicates », insiste-t-elle. Confectionnées dans des tissus de grandes qualité comme le crêpe stretch au touché coton, les robes « sont agréables à porter, ne se froissent pas, sont faciles à entretenir et ne nécessitent presque pas de repassage. Elles répondent ainsi aux contraintes de la vie des femmes qui veulent un vêtement beau, dans lequel elles se sentent bien. »

Pour sa marque, Delphine Josse a fait le choix d’une fabrication 100 % made in France. Les tissus et matières utilisés pour ses créations proviennent pour la plupart de l’hexagone, ou parfois des pays voisins comme l’Espagne. La collection (à partir de 142 euros pour les robes et 46 euros pour les accessoires) est exclusivement disponible sur internet sur le site www.delphine-josse.com

Philippe MOURET