Tarn : Découvrir le Grand Albigeois, au coeur de l’Occitanie

Balade au bord du Tarn, à Albi. Photo © Grégory CASSIAU

Limitrophe de la Haute-Garonne, le Tarn bénéficie naturellement du dynamisme de Toulouse. Une situation géographique qui favorise l’essor démographique de l’ouest du département, surtout le long de l’A68, en passant par Albi. C’est justement le Grand Albigeois qui nous intéresse. Un territoire de l’Occitanie qui se situe au coeur de nombreux échanges :

Le Grand Albigeois, constitué d’Albi et de 15 communes de sa périphérie, comptait 81 800 habitants en 2016 (chiffre Insee). C’est un territoire facilement accessible grâce à l’autoroute qui le relie à Toulouse en moins d’une heure, et à l’axe ferroviaire qui, depuis Toulouse, se prolonge en direction de Rodez et de Lyon. Et plus largement, le département a vu confirmer, en 2018, « la réalisation de l’Autoroute Castres/Mazamet-Toulouse sous forme d’autoroute concédée, à plus ou moins court terme. » « Une priorité » pour le président PS du conseil départemental du Tarn, Christophe Ramond.

Actifs, chalands, étudiants… beaucoup de mouvement

©INSEE

Préfecture du département, la cité épiscopale d’Albi est entrée en 2010 au Patrimoine mondial de l’Unesco. La ville est au centre du Grand Albigeois, territoire qui est, souligne l’Insee « le théâtre de nombreux échanges entre les communes de son territoire, mais aussi avec les communes situées au-delà. »

Le Grand Albigeois, qui compte davantage d’emplois que d’actifs y résidant, attire en effet des employés qui viennent y travailler, mais aussi des chalands qui viennent y faire leurs courses, et des jeunes qui viennent y étudier : L’école des Mines d’Albi et l’Institut National Universitaire Champollion qui accueille environ 2700 étudiants. De la Licence au Master, 28 formations sont proposées dans 4 domaines d’étude : « Droit, Economie, Gestion », « Sciences Humaines et Sociales », « Art, Lettres, Langues », « Sciences et Technologie ».

Le territoire du Grand Albigeois compte 37 000 emplois (source Insee 2014), dont la grande majorité sont situés dans la commune d’Albi. « Quelque 24 000 sont occupés par des actifs résidant sur le territoire, et 13 000 par des actifs qui habitent en dehors du périmètre de la communauté d’agglomération mais viennent quotidiennement y travailler », précise l’Institut de statistiques. En sens inverse, « 6 000 résidents en sortent pour se rendre sur leur lieu de travail, 4 100 d’entre eux vont travailler dans le reste du département, et 1 200 en Haute-Garonne, essentiellement dans l’agglomération toulousaine. »

Un pôle de Santé important et du commerce

Dans ce territoire urbain constitué autour d’Albi, le nombre important de commerces et de services génère également beaucoup de déplacements. Le bassin de vie d’Albi s’étend certes vers l’ouest en direction de Toulouse, « mais aussi le long de la vallée du Tarn en amont », souligne l’Insee.

Le Grand Albigeois est à la fois un pôle de santé disposant de toutes les spécialités médicales (un centre hospitalier, deux cliniques importantes et la Fondation du Bon Sauveur qui gère de nombreux établissements sanitaires et médico-sociaux) et de nombreux services sanitaires et sociaux, un pôle commercial bien doté en grandes surfaces et en commerces d’habillement et d’équipement du foyer. C’est un pôle important d’enseignement et un pôle d’équipements sportifs et culturels. « Autant de caractéristiques qui expliquent l’attractivité que la communauté d’agglomération exerce sur sa périphérie », selon l’Insee.

L’atout tourisme

La Cité épiscopale d’Albi, préfecture du Tarn… Photo ©Christian RIVIERE

En lien notamment avec le classement de la cité épiscopale au patrimoine mondial de l’Unesco, le Grand Albigeois est un territoire touristique attractif, qui accueille près de un million de visiteurs par an. La capacité d’accueil en nombre de lits d’hébergements touristiques est légèrement plus élevée que dans les territoires de comparaison. Les emplois liés aux activités touristiques représentent 2 % de l’emploi total, dont plus d’un quart dans les cafés et restaurants. Avec la création du « guichet » Albi Congrès, la cible est également désormais le tourisme d’affaires (*).

L’Insee précise que « le tissu économique albigeois repose, comme dans les territoires de comparaison, sur de petits établissements : un salarié sur cinq travaille dans un établissement comptant moins de 10 salariés. Sur la période 2013-2015, la création d’entreprises est moins dynamique » mais « en 2016, 700 établissements ont été créés dans la communauté d’agglomération, chiffre relativement stable depuis 2012. »

Une démographie nourrie par l’apport extérieur

Sur le plan démographique, entre 2010 et 2015, la population a augmenté de 1 900 habitants (+ 0,5 % par an en moyenne) dans le Grand Albigeois. Un rythme de croissance « comparable à celui observé en moyenne dans les territoires de référence, mais il est deux fois moins élevé que dans l’ensemble de l’Occitanie, région très dynamique sur le plan démographique il est vrai, grâce notamment à Toulouse et Montpellier. » Mais contrairement aux territoires de comparaison, « la croissance est uniquement liée aux apports de population, les décès étant plus nombreux que les naissances. »

Le « niveau de vie » des ménages était pour l’Insee (qui parle de « revenu disponible median par unité de consommation ») « de 20 280€ par an en 2014 dans le Grand Albigeois, soit un niveau légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la province ou des territoires de comparaison. » Mais, « il est, en revanche, nettement au-dessus de celui de l’Occitanie (19 459€). » Ce revenu disponible correspond à 1 690€ par mois pour une personne seule ou encore à 3 042€ par mois pour un couple avec un enfant de moins de 14 ans. »

Le quartier Cantepau, l’un des plus défavorisés

La pauvreté touche, précise l’Insee, 15 % des ménages. Sensiblement moins que
pour l’ensemble de la région (17 %). Comme ailleurs, les familles monoparentales sont particulièrement concernées, une sur trois vivant avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. La commune d’Albi compte trois quartiers prioritaires. Le niveau de vie y est nettement plus faible et une part importante de la population y vit exclusivement des aides sociales, notamment dans le quartier Cantepau, qui figure parmi les plus défavorisés de la région et de France métropolitaine.

Ainsi, au coeur du Tarn, lui même département situé au coeur de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, le Grand Albigeois illustre la richesse et le dynamisme de ces « territoires » qui sont… au coeur du débat dans l’actualité française. Un bel exemple de ce qui peut s’imaginer afin de « décoloniser la province », ainsi que le prône Michel Onfray.

Philippe MOURET

Les 16 communes du Grand Albigeois : Albi, Arthès, Cambon d’Albi, Castelnau de Lévis, Carlus, Cunac, Dénat, Fréjairolles, Le Séquestre, Lescure d’Albigeois,  Marssac-sur-Tarn, Puygouzon, Rouffiac, Saint-Juéry, Saliès, Terssac.
(*) Le Grand Albigeois organise les deuxièmes Rencontres de l’investissement public jeudi 21 mars. Cette soirée sera l’occasion pour l’Agglo et les communes du territoire de présenter aux entreprises les investissements prévus pour 2019. Chef d’entreprise intéressé ? S’inscrire gratuitement : economie@grand-albigeois.fr Evènement organisé en partenariat avec la CCI et la Chambre des métiers et de l’artisanat du Tarn : Jeudi 21 mars 18h15 – Salle haute du Grand Théâtre, Albi.
Source Insee