Foot et BD (7) : Captain Tsubasa, quand le manga marque des buts

Olivier Atton (au centre) en compagnie de quelques "stars" de la série Captain Tsubasa...

Manga, l’autre pays du foot ! Olive et Tom et… tous leurs amis. C’est le footballeur japonais Kazuyoshi Miura (qui a notamment joué au Brésil et en Italie), qui a inspiré le personnage de Olivier Atton dans le manga Captain Tsubasa (titre japonais pour Olive et Tom). Et l’anime revient aujourd’hui sur le devant de l’actu !!!

Certes les bandes dessinées japonaises ne se limitent pas à ce symbole international qu’est devenu Captain Tsubasa. D’autres ont également pris le chemin des filets : de Hungry Heart aux dix volumes de Inazuma Eleven, par Tenya Tabuno, dérivé d’une série de jeux vidéo et élu meilleur manga pour enfants en 2010 (publié en France chez Kurokawa) : Mark Evans, leader du modeste club de football du collège Raimon, tente de ranimer la flamme d’Inazuma Eleven, une équipe légendaire composée de membres ayant chacun une technique de jeu foudroyante. Envers et contre tous, ils se lancent à la poursuite de leur rêve. Une trame (très) classique pour le genre. La série a même connu une suite en 7 volumes, se déroulant dix ans plus tard : Inazuma Eleven Go !

Avalanche de mangas sur le ballon rond, jusqu’au plutôt coquin Prince Eleven (10 tomes, série terminée) dans lequel la jeune et jolie Midori n’hésite pas à intégrer l’équipe d’un lycée de garçons pour se venger de son ex… Ainsi que les 56 tomes du manga Area no kishi (également connu sous le titre The Knight on the area) de Hiroaki Igano et Kaya Tsukiyama. Ou plus récemment (2013) le shōnen manga (1) Days, de Yasuda Tsuyoshi (26 titres parus au Japon). Le quotidien de 2 lycéens passionnés de football qui se lient d’amitié. Egalement disponible en anime (VOST) sur le site Anime Digital Network. Days a été désigné comme meilleur shōnen manga au 40e Kodansha Manga Awards. Citons encore Whistle !, partiellement publié en France chez Panini Manga…

Une série exceptionnelle sans cesse renouvelée

Mais comment lutter face au monument créé par Yoichi Takahashi : 37 tomes de la série originale entre 1981 et 1988, plus 18 tomes pour Captain Tsubasa – World Youth (1994) puis encore 15 volumes pour Captain-Tsubasa – Road to 2002.  Et ce n’est pas fini ! Puisque ça marche, suivront Captain Tsubasa « Golden 23 » (12 albums), « In Calcio » (2 volumes), « En la Liga » (6 volumes) et enfin Captain tsubasa, Rising Sun, série débutée en 2013 et toujours en cours de parution au Japon avec 8 tomes… Sans oublier les spin-off (séries dérivées) que sont Kids Dream confié à Kunikazu Toda et la jeunesse de Tsubasa (Captain Tsubasa Shônen-hen) assurée par le Mâitre Takahashi en personne…

Kaede-san, une footballeuse signée Takahashi…

L’influence de Takahashi est telle qu’il a été sollicité au Japon pour créer un personnage féminin destiné à inciter les jeunes filles à se tourner vers le football… Ainsi est née Kaede-san, inspirée par la joueuse japonaise Homare Sawa, élue meilleure joueuse de 2011 par la FIFA, après que le Japon ait remporté la Coupe du monde féminine et juste avant une médaille d’argent olympique en 2012.

Pressé par le temps, Takahashi a fait un roman des aventures de cette championne, ne réalisant en manga que l’introduction d’une quinzaine de pages et les portraits de tous les protagonistes de l’aventure; des images à découvrir en cliquant sur le lien : ICI… lus récemment, le football féminin a aussi été mis en valeur par les deux tomes de Sayonara Football, par le mangaka Naoshi Arakawa.

A l’origine,  Yôichi Takahashi était plutôt fan de base-ball. Mais en 1978, le mangaka tombe sous le charme du foot à l’occasion de la Coupe du Monde en Argentine. Alors que sa carrière d’auteur n’en est encore qu’aux balbutiements, Takahashi s’intéresse donc de plus près à ce sport, méconnu au Japon mais dont il découvre que c’est le sport le plus populaire au monde. Il se lance dans la réalisation de Captain Tsubasa en 1981, qui paraît d’abord en courts récits complets dans l’hebdomadaire Weekly Shônen Jump. Puis la série devient régulière et va bénéficier en 1983 d’une version en animé (série d’animation).

A la conquête de l’Europe !

Le succès sur TV Tokyo incite à l’exportation. Et Captain Tsubasa en version dessin animé débarque en France le 5 septembre 1988 sur La Cinq, sous un titre plutôt nase, mais qui va rester dans les mémoires : Olive et Tom. Le manga débarquera beaucoup plus tard, d’abord aux éditions J’ai Lu en 1999, puis désormais chez Glénat.

Olivier Atton, inspiré par un authentique footballeur : « King Kazu » !

Fulgurante réussite que celle de Captain Tsubasa, quasiment un phénomène de société non seulement au Japon mais partout dans le monde et en particulier dans les grandes nations du football… Takahashi a su conquérir l’Europe aussi en intégrant discrètement plusieurs stars du ballon rond dans la série, tels que Maradona, Edgar Davids, Socrates, Emmanuel Petit… Olivier Atton lui même est inspiré d’un authentique joueur professionnel japonais : Kazuyoshi Miura, surnommé King Kazu dans son pays natal. Après une impressionnante carrière au quatre coins du monde, il a joué au Japon bien sur, mais surtout au Santos FC (Brésil) ainsi qu’au Genoa CFC (Série A italienne) en Croatie et en Australie ! Aujourd’hui âgé de 51 ans, avec une vie aussi animée que celle de son homologue dessiné, Kazu vient de prolonger son contrat pro avec le Yokohama FC (D2 japonaise) pour une 33e saison de footballeur !

Revenons donc à la fiction… Olivier Atton, notre héros du jour, est un prodige du ballon rond. Il commence à jouer avec un ballon alors qu’il sait à peine marcher. Alors qu’il vient d’emménager dans une nouvelle ville, il surprend deux écoles rivales qui se disputent le terrain de foot municipal. Impressionné par Wakabayashi (Thomas Price chez nous), qui prétend être le meilleur gardien de but du Japon, il le défie en duel de façon spectaculaire. C’est alors que Tsubasa se fait remarquer par Roberto, un ancien membre de l’équipe du Brésil, qui deviendra son entraîneur, pour faire de ce jeune génie le plus grand joueur de foot japonais !

Le foot comme un art martial

Au fil de ses aventures, Olivier rencontrera de nombreux rivaux, dont certains deviendront ses amis. En particulier Thomas Price, le gardien exceptionnel qui le rejoindra dans la Newteam , la sélection des meilleurs joueurs de la ville. Autre rival, Mark Landers, un attaquant qui évolue au même poste qu’Olivier, et son terrible « tir du tigre » ! Car l’une des particularités d’Olive et Tom, c’est bien que le football y est traité un peu comme un art martial, avec des figures aussi improbables que la « catapulte infernale » des frères Derrick ou le « tir spécial » de Ben Becker…

Dans une interview au site Gameblog Takahashi fait une comparaison plutôt judicieuse entre ses personnages et le duel à distance entre Messi et Cristiano Ronaldo : « Dans Captain Tsubasa, il y avait une rivalité entre Olivier et Mark et ce sont les deux meilleurs attaquants du monde, comme Messi et Ronaldo. Cette rivalité est bénéfique pour eux donc Messi serait Olivier, et Mark Cristiano », souligne-t-il.

Anime, figurines et vocations

Au fil de leurs aventures, les deux héros vont découvrir l’univers du football bien au-delà des frontières du Japon. Ainsi Olivier partira jouer à Sao Paulo (Brésil), avant de rejoindre le FC Barcelone, tandis que Tom portera les couleurs du Hambourg SV, en Allemagne… Aujourd’hui, la série animée a fait sa réapparition sur les écrans sous son titre original de Captain Tsubasa, pour une nouvelle version de la série originale. Les 52 épisodes sont diffusés sur la plateforme Anime Digital Network (ADN)… Et pour être tout à fait complets, il faut citer la série de figurines chez Altaya, à voir sur le site Altaya.fr.

Décidément, la BD de foot ne sera plus jamais vraiment la même après cette pacifique invasion venue du Japon ! Des joueurs tels que Zinedine Zidane, Alessandro Del Piero, Fernando Torres ou Andrès Iniesta, ont avoué que la série manga les avait influencés dans le regard sur le foot… Difficile de trouver meilleurs avocats pour souligner l’importance d’une BD, vous ne trouvez pas ?

Philippe MOURET

PLUS : envie de porter le maillot de la Newteam ? Il suffit de demander… et de commander sur le site Laboutiqueofficielle.com en cliquant ICI…
(1) Le shonen manga vise un public essentiellement adolescent et masculin. Alors que le shojo est plutôt destiné aux jeunes filles, et le seinen aux plus de 15 ans… Le hentaï est pour un public plus adulte (+18 ans).

Lire toutes les autres chroniques de la série FOOT et BD en cliquant ICI