Bande dessinée : décès de Franck Giroud

Franck Giroud. Photo D.-R.

Frank Giroud est décédé vendredi 13 juillet à 62 ans. Né le 3 mai 1956 à Toulouse, il était l’auteur d’une quarantaine d’albums dont les séries Louis La Guigne et Le Décalogue…

Franck Giroud a d’abord mené de front deux ou trois carrières : celle d’ancien élève de l’école des Chartes de Paris, agrégé d’Histoire, puis professeur au lycée français de Milan et enseignant enfin l’histoire à Grenoble ; celle d’accompagnateur de voyages organisés, ce qui lui a permis de visiter d’innombrables pays, d’Israël à l’Inde, de la Tunisie à la Thaïlande ; et celle, à laquelle il se destinait depuis toujours, de scénariste de bande dessinée.

La carrière de Frank, scénariste prolixe et talentueux, met en évidence son humanité, sa générosité et la curiosité qu’il portait à l’histoire des hommes et des femmes. L’historien réunit la documentation du scénariste, le voyageur découvre le monde que l’auteur raconte à la manière d’un grand reporter.

Déjà collaborateur récurrent du magazine Vécu, il rejoint Le Journal de Spirou en 1988, et y crée « Missouri », publié dans la collection Repérages. Dès 1990, il offrira au label Aire Libre une magnifique collaboration avec Christian Lax : Les Oubliés d’Annam, La Fille aux Ibis, et Azrayen’. Ce sera ensuite Quintett, une œuvre chorale à laquelle participent cinq dessinateurs différents, et dans laquelle il exprime avec talent sa propre analyse historique de la Première Guerre Mondiale.

Dessinateur pour le plaisir, il aime à révéler le talent de ses partenaires graphiques. C’est ce qu’il fit avec « Secrets », une série dans laquelle Frank explore les secrets de famille, en relation avec des épisodes de l’histoire contemporaine. Son talent offre une quarantaine de magnifiques albums au catalogue des Éditions Dupuis. Et chez Glénat, il a laissé une trace profonde avec le succès de la série Le Décalogue, dont il était le scénariste avec dix dessinateurs différents pour dix albums et plus d’un million d’exemplaires vendus…

On s’associe naturellement à la peine des siens, de sa compagne Virginie Greiner et de leur fille Thaïs. « Le talent authentique de Frank Giroud, son sourire, ses visions originales et pertinentes et son accent chantant de Toulouse manqueront à la bande dessinée » ont souligné les éditions Dupuis dans un communiqué…