Bande dessinée : 70 ans ou les noces d’Or de Picsou avec la BD

Créé en 1947, Oncle Picsou fête donc cette année ses 70 ans. Pour l’occasion, Disney Hachette Presse sort un numéro spécial : un Super Picsou Géant de 400 pages , toujours en kiosques. En tout, 700 grammes d’aventures et d’infos, sous une couverture dorée qui en fait déjà un … collect’or !

Tout savoir sur Picsou de A à Z … c’est ce que propose ce bel album à prix très raisonnable (7,90 euros) agrémenté de trois posters et d’une vingtaine d’histoires cultes. 2017 est décidément une belle année anniversaire pour la bande dessinée, celle des 40 ans de Thorgal, notamment avec un bel artbook de Rosinski (éd. Le Lombard)… Buck Danny a lui-même fêté ses 70 ans d’existence dans les pages du journal de Spirou en janvier de cette année, Gaston Lagaffe n’en finit pas de célébrer son 60e anniversaire et le canard le plus riche (et radin !) de l’histoire de la BD fête à son tour 70 années de succès. Des noces de platine, en fait, souligneront les puristes. Mais impossible de dissocier l’or de Balthazar Picsou…

Place donc au plus fameux des canards créés par l’auteur légendaire de BD Disney, Carl Barks, qui s’est inspiré d’Ebenezer Scrooge, le personnage acariâtre et solitaire d’une nouvelle de Charles Dickens (Christmas Carol, 1843). Picsou apparaît donc en décembre 1947 face à son éternel neveu, Donald (dans la BD Noël sur le mont Ours).

Et, comme c’est souigné dans l’album Or (couverture ci-contre), jamais avant Picsou, un personnage créé pour une bande dessinée et n’étant pas issu d’un dessin animé, n’avait connu un succès aussi rapide, ni obtenu son propre comic book ! Apparu en 1947, Picsou revient ensuite de façon épisodique dans les aventures de son colérique neveu. Il devient récurrent dès 1950 et obtient sa première couverture étrangère dès l’année suivante, en Italie. Et en 1952 sa première couverture francophone… en Belgique d’abord, puis en France.

La formidable aventure de Picsou Magazine

En France, on peut s’arrêter un moment sur la formidable aventure de Picsou Magazine… Au tout début des années 70, dans une période de crise des journaux de bande dessinée, Pif Gadget fait une entrée fracassante sur le marché grâce à son fameux Gadget dont certains mythiques atteignent les un à deux millions d’exemplaires. Face à cette déferlante, Le journal de Mickey prépare la riposte : Picsou Magazine, un mensuel dont le premier numéro apparaît en kiosques le 21 février 1972 (notre illustration).

Le succès du canard milliardaire ne se démentira jamais dans l’hexagone. Tandis que son magazine garde bon pied bon oeil, Picsou a également (enfin !) droit à sa collection de prestige avec l’intégrale de La grande épopée de Picsou par Don Rosa aux éditions Glénat (faisant suite à la parution de La dynastie Donald Duck, intégrale des BD de Carl Barks, débutée en 2010 et désormais achevée). Chez Glénat, on rend désormais hommage à un autre grand dessinateur de canards, l’italien Romano Scarpa, premier auteur transalpin à avoir été édité aux USA, et aujourd’hui l’un des plus célèbres dessinateurs de la Walt Disney Company.

En conclusion de l’album Or, on peut lire une citation de Georges Lucas qui raconte : « Certains des tout premiers comics que j’ai pu me procurer étaient écrits par Carl Barks (…) j’ai tellement aimé le personnage d’Oncle Picsou que je suis immédiatement sorti pour acheter tous les comics de Picsou que j’ai pu trouver en kiosque… »

70 ans de »bonne fortune » !

Sans oublier la nouveauté de décembre 2017 (toujours chez Glénat, sous une couverture signée Loisel, ci-contre), L’Encyclopédie Balthazar Picsou qui dresse de A à Z un panorama du personnage, autour de ses histoires et de ses auteurs marquants comme Carl Barks et Don Rosa. Décidément, le vieux milliardaire grincheux reste une formidable machine à cash !! Quoi de plus normal pour un  personnage qui incarne la toute puissance de l’Amérique de l’après-guerre !?

Mais pour les moins fortunés, Disney Hachette a également fait paraître en kiosques la très complète et peu onéreuse collection Les trésors de Picsou, puis La jeunesse de Picsou en quatre volumes. Et chez le même éditeur, on trouve encore le numéro hors-série de Mickey-Parade : Les plus beaux Noël de Donaldville (5,95 euros) où le septuagénaire canard mlliardaire est naturellement bien présent… Picsou est encore bien loin de tourner la page du succès, mais les lecteurs peuvent, eux, tourner avec bonheur les pages de ces soixante-dix années de bonne fortune !

Philippe MOURET

Pour les amateurs de numismatique, la Monnaie de Paris propose également de très belles séries de pièces frappées des différents personnages des canards Disney, y compris le fameux « sou fétiche » de Picsou ! En lire plus, ICI.