Dans le Lot : (re)découvrez le Gouffre de Padirac

Depuis 120 ans, le Gouffre de Padirac a séduit 24 millions de visiteurs. Il est à nouveau ouvert au public... Photo D.-R.

Situé au coeur de la vallée de la Dordogne, dans le département du Lot, à deux pas de Rocamadour, le Gouffre de Padirac est le premier site du patrimoine naturel souterrain en France. Depuis son ouverture au public en 1898 (120 ans cette année) il a accueilli 24 millions de visiteurs !

Ce site touristique incontournable de la région Occitanie a réalisé en 2017 son record de fréquentation avec 480 000 visiteurs ! Après quatre mois de fermeture hivernale, il reçoit à nouveau les amoureux de la nature depuis le samedi 24 mars et jusqu’au dimanche 4 novembre. En dix ans, le site a enregistré une progression de 45 % du nombre de visiteurs et le chiffre d’affaire a été multiplié par 2,5 (capitaux 100% privés)…

Une « curiosité géologique majeure »

Une descente fascinante dans le « Trou du Diable »… Photo D.-R.

En 2019, le Gouffre fêtera les 130 ans de son exploration par Edouard-Alfred Martel (qui est notamment à l’origine de la création des Parcs nationaux), souvent considéré comme le « père fondateur de la spéléologie ». On appelait alors le site le « Trou du diable » (*), une cavité naturelle d’un diamètre de 33 m et d’une profondeur de 75 m. Une « curiosité géologique majeure »

Mais en attendant le grand rendez-vous de 2019, la société d’exploitation du Gouffre a mis à profit la trêve hivernale pour préparer des nouveautés destinées à rendre encore plus attractives les visites estivales selon la volonté de Laetitia de Ménibus-Gravier, arrière petite-fille du premier soutien financier de Padirac et cinquième génération à la tête de la société d’exploitation du Gouffre (présidente de l’association Touristic Vallée(s) Lot et Dordogne). Un vaste projet qui passera également par une refonte architecturale et paysagère des infrastructures d’accueil.

Un guide multimédia, avec un enrichissement de l’information sur les origines du Gouffre, son histoire, son exploration… Ainsi qu’un nouveau site internet (y accéder en cliquant ICI) avec la volonté de faciliter « l’accès à l’information et à la réservation de chaque internaute désireux de plonger au coeur du site virtuel pour mieux appréhender sa visite réelle. » Par ailleurs, restant attaché à la valeur scientifique du site et à l’aspect vulagrisateur et éducatif, un événement est prévu, d’ici à l’été, en collaboration avec L’Esprit Sorcier, fondé par Frédéric Courant, le Fred de « Fred et Jany » pour C’est pas sorcier

Une visite de 2,2 km en 1h30

Des sécrétions fabuleuses à découvrir au fil d’une longue balade sous terre… photo D.-R.

« La réalité a dépassé ce dont mon imagination avait rêvé… La nature n’a édifié nulle part ailleurs de plus extraordinaires monuments » disait Edouard-Alfred Martel à propos de Padirac. C’est en effet un patrimoine naturel d’exception qui s’offre aux visiteurs et débute par la descente d’un escalier (d’inspiration Eiffel) de 207 marches (sur un total de 543). Trois ascenseurs sont également à disposition. Puis vient la découverte de galeries uniquement accessibles à pieds, riches en roches sculptées et polies par l’érosion, jusqu’à l’embarcadère où attend une barque menée par un guide-batelier…

C’est à nouveau à pieds que le visiteur s’avance entre les sécrétions calcaires pour admirer la salle du Grand Dôme (94 m de haut) puis la Grande Colonne, spectaculaire stalactite de 75 m de longueur… La durée de la visite est d’environ 1h30, pour 2,2 km, par une température constante de 13°. Garant d’une biodiversité exceptionnelle, le Gouffre abrite huit espèces de chauve-souris (dont 3 menacées). Et dans la rivière vit une riche faune aquatique, telles que le niphargus (petite crevette cavernicole) et la bythinelle de Padirac, petit escargot de 3 mm qui ne vit qu’ici.

1er avril : « Chasse à l’oeuf au centre de la terre »

Dernière information, le dimanche 1er avril sera organisée une « chasse à l’oeuf au centre de la terre »Pour les explorateurs gourmands de 4 à 12 ans, avec plusieurs centaines d’oeufs à découvrir par 103 m sous le sol ! Une opération organisée en collaboration avec le chocolatier Bovetti, installé à Terrasson-Lavilledieu, dans le département voisin de la Dordogne. Et le 28 avril sera la date d’une première « visite explorateurs » éclairée à la lanterne… La parole à Edouard-Alfred Martel pour conclure : « Il faut y entrer sans crainte, qui sait quelle surprise vous y attend ! »

Philippe MOURET

(*) La légende rapporte que Saint-Martin, en promenade sur le Causse à la recherche d’âmes damnées à sauver, a rencontré Satan qui lui aurait lancé un défi : surmonter l’obstacle qu’il lui désignerait, contre son sac rempli d’âmes. Le Malin aurait alors frappé le sol si fort de son pied fourchu qu’une brèche impressionnante s’y serait ouverte. La monture de Saint-Martin aurait relevé le défi sans difficulté, avec une telle fougue que l’empreinte de son sabot serait encore gravée au sol. Furieux, Satan aurait alors disparu au fond du gouffre de Padirac !