Festival des Lanternes : Gaillac éblouissante Ville-Lumière

Fééries de Chine, entrez dans un autre monde à Gaillac (Tarn). Photo Jean-Louis CODINA

Jusqu’au 6 février, il est encore temps de découvrir la seconde édition du Festival de lanternes de Gaillac (Tarn) : « Fééries de Chine ». Après le succès de la première édition, qui avait attiré plus de 250 000 visiteurs, ce nouveau rendez-vous, installé sur un espace de 4 hectares, invite les visiteurs dans un décor digne d’une Cité impériale sur la route de la soie…

La Montagne aux Pandas, l’une des scénographies exceptionnalles du Festival des Lanternes… Photo J.-L. CODINA

Mais pourquoi un tel engouement, ? Illustré notamment par une pièce centrale, créée spécialement pour Gaillac, qui est la plus grande lanterne lumineuse jamais construite hors de Chine : un palais de 75 mètres de long, 20 mètres de profondeur et près de 20 mètres de haut ! Car rien ne semblait prédestiner la troisième ville du Tarn, à mi-chemin entre Toulouse et la cité épiscopale d’Albi, cité millénaire au cœur de vignobles mondialement célèbres, à devenir un petit coin de Chine…

Sport, gastronomie et puis… Les lanternes !

Et c’est justement par le biais d’une coopération culturelle entre le musées de beaux-arts de Gaillac et le musée d’Art de Pékin que l’histoire entre Gaillac et la Chine a commencé à s’écrire…

Clin d’oeil au terroir tarnais, le rugby vu par les lanternes chinoises… Photo J.-L. CODINA

Commencé ? Ou plutôt a repris, puisqu’au XIXe siècle, déjà, Antoine Gaubil, astronome et historien né à Gaillac, mort à Pékin établissait les liens entre les deux pays.

C’est dans le cadre de son jumelage avec la ville de Zigong dans la province du Sichuan que Gaillac a engagé de nouvelles relations : en passant d’un tournoi de football « junior » à Meishan, au pavillon français du salon agro-alimentaire Anufood. tenu par la communauté d’agglomération. Et c’est ainsi, tout naturellement, que le Festival des lanternes, né à Zigong, a fait sa première représentation en Europe à Gaillac, sa ville jumelle.

Labellisé par le ministère chinois de la Culture

Photo J.-L. CODINA

Après le succès assez phénoménal de la première édition, le nouveau rendez-vous propose un émerveillement encore plus lumineux. Fééries de Chine vient d’ailleurs de recevoir le label Happy Chinese New Year délivré par le Ministère de la Culture chinois. En dehors des festivités organisées par l’Ambassade de Chine à Paris, Gaillac est le seul événement chinois en France à bénéficier de cette labellisation internationale et à figurer dans le programme officiel des Fêtes du printemps (commémoration du Nouvel an chinois, l’année du Cochon de Terre, qui débutera le 5 février prochain).

Rues traditionnelles de la dynastie Tang (de l’an 618 à l’an 907 de notre calendrier), dragons légendaires, paysages de la route de la soie : les tableaux de lanternes monumentales sont composés de près de 1000 lanternes recouvertes de soie offrant un spectacle exceptionnel. Un trio d’éléphants de 12 mètres de haut entièrement conçus en porcelaine chinoise complète le fabuleux spectacle, sans oublier la montagne aux pandas, un couple de dragons de 100 m ou les masques du Sichuan.

Le parc est animé par des rencontres insolites avec les artistes de rue de la troupe du Sichuan et un nouveau spectacle de fontaines musicales et lumineuses. Le village du Sichuan présente par ailleurs des animations et démonstrations d’artisanat traditionnel (tous les soirs, de 18h à 23h) : 80 artisans métalliers, peintres, couturiers spécialisés venus tout droit du Sichuan.

Philippe MOURET

Attention ! Pas de billetterie à l’entrée du festival, il faut réserver en ligne. Tarif adultes : 16 €. (billet daté) / Gratuit -11ans… 13 € : Résidents Gaillac-Graulhet Agglomération.

Photo J.-L. CODINA