Défi occitan : Un mois sans supermarché, le pari qui vient de Suisse

En février, pensant un mois on oublie les allées des grandes surfaces !? Photo D.-R.

Un mois pour apprendre à changer ses habitudes de consommation, c’est le défi lancé par Léa Candaux Estevez, l’année dernière en Suisse. Née à Neuchâtel, l’idée a séduit l’association En vert et Contre tout qui a rejoint le défi, l’étendant à toute la Suisse Romande. Cette année, la France s’y met aussi. Un groupe s’est constitué en Occitanie.

Durant tout le mois de février, fuir les grandes enseignes pour privilégier les petits commerçants, les maraîchers, les épiceries de village, les producteurs locaux, les magasins vrac, etc… Un mois pour tester d’autres habitudes de consommation et pour voir celles que nous pouvons adopter dans notre vie quotidienne ou pas… Au moment où certaines enseignes de la grande distribution provoquent des émeutes en cassant les prix sur de la pâte à tartiner et des couches pour bébé, voilà une réponse plutôt sympathique !

Sans que cela soit toutefois une attaque en règle contre les grandes surfaces. Pour Léa Candaux Estevez, dans les colonnes d’Arcinfo.ch, « le but n’est pas vraiment de contrer les supermarchés, mais de donner un coup de pouce aux petits magasins. Nous nous sommes aperçus que février est un des mois les plus compliqués pour les petits commerçants. C’est une manière de les appuyer, de permettre aussi aux gens de se questionner sur leur comportement, de voir si tel produit je peux l’acheter ailleurs, comment nous pouvons faire autrement. » Et redécouvrir le plaisir du dialogue avec les commerçants, aussi…

Un groupe sur Facebook pour partager les bons plans

Le défi a déjà été relevé plusieurs fois de manière individuelle, notamment par la journaliste Mathilde Golla du Figaro qui, en 2016 a sollicité les réseaux internet pour connaitre les meilleurs trucs et astuces, afin de se passer des grandes surfaces pendant 30 jours. Des familles, souvent adeptes du Zéro déchet, ont également relevé le défi de leur côté, mais aucune action collective n’avait été mise sur pieds.

Jusqu’en 2017 lorsque Lea Candaux Estevez, une habitante de Neuchâtel en Suisse, a décidé de proposer le défi dans sa ville, rapidement rejointe par Leïla Rölli et son site écologique En Vert Et Contre Tout qui décide d’étendre l’action à toute la Suisse romande. L’opération est un succès et nombreux sont les participants qui décident de garder certaines nouvelles habitudes durablement.

En 2018, le défi prend encore de l’ampleur. Léa et Leïla sont rejointes par Morli de la plateforme éthique, les participants sont encore plus nombreux à se manifester et pour la première fois, l’action globale dépasse les frontières helvétiques avec la création des défis dijonnais, savoyard, berrichon, haut-savoyard, breton, du Rhône et en Occitanie ! L’action bénéficie de pages Facebook dédiées à chaque région. Il suffit de cliquer sur ce lien (ICI) pour rejoindre le groupe et obtenir de nombreuses infos et dialoguer avec les participants…

Biocoop, épiceries vrac, paniers bio, etc

Ainsi Hélène, une Toulousaine, explique que pour trouver du lait« Après de longues et infructueuses recherches, j’achète le lait à Biocoop, qui vient de pas très loin, et qui respecte une charte respectueuse des producteurs… Bref, si vous trouvez une autre piste, ça m’intéresse. J’avais même lancé un appel à « milkman », je suis sûre que ce métier oublié pourrait revenir ! » Alors que Quentin conseille aux toulousains d’aller faire un tour à l’épicerie vrac Ceci & Cela

Redécouvrir le plaisir de trouver les bonnes adresses… Photo D.-R.

Comme le soulignent les organisateurs, si vous avez peur de ne pas y arriver, peu importe… Lancez vous un défi personnel… L’important est de saisir l’occasion de se questionner sur nos principes et nos réflexes de consommation. Peu importe si vous savez d’avance que vous aurez besoin d’aller une, deux ou même trois fois dans une grande surface car il n’y a pas d’alternative pour l’un ou l’autre des produits que vous consommez. N’hésitez pas à adapter le défi à votre famille et votre rythme de vie en choisissant une catégorie de produits que vous n’achèterez que chez des petits commerçants, la viande par exemple ou les fruits et légumes… Peu importe le point de départ et peu importe l’objectif, l’important c’est le bout de chemin parcouru, chacun a sa manière…

La ruche qui dit oui de Carcassonne est partie prenante dans le lancement de ce Février sans supermarché en Occitanie… Et pour ceux qui sont déjà accros à la livraison à domicile, il existe de nombreuses solutions, comme celle du site Bio de Cocagne dans le bassin de Thau (Hérault), qui assure la livraison de paniers bio à domicile ou sur votre lieu de travail… Allez, courage ! Un petit mois pour voir le monde différemment et peut-être changer vos habitudes. Et racontez nous, aussi, comment ça s’est passé, on le dira sur Dis-Leur !

Philippe MOURET