Chronique occitane : L’égalité passe par la légalité

Manifestation "Anem, òc", à Carcassonne, avec les drapeaux des langues de France... Photo M.-J. V.

Ah, ce grand débat, vite fermé par le gouvernement, sur la question de la co-officialité du français et du corse en Corse ! Offusqués par cette prétention d’une langue « locale » à se voir reconnue officiellement par la République, certains voyaient déjà l’unité française exploser façon puzzle.

Une concession qui ne coûte rien à l’Etat

D’autres, moins paranoïaques, objectaient aux Corses que, somme toute, personne ne leur interdisait de parler corse, et que, citoyens français libres et égaux à tous les autres ils étaient « libres » de faire tout ce qu’ils voulaient pour leur langue. Mais bien sûr en dehors de tout cadre officiel, dans le domaine privé, donc. Cet argument, servi aussi à ceux qui militent pour l’occitan, est un sophisme : l’État étant de toute façon incapable de m’empêcher de parler occitan chez moi ou avec des amis, sauf à me coller un CRS aux basques jour et nuit, cette liberté qu’il me concède ne lui coûte donc pas grand chose. Et pour lui, elle a le mérite d’enfermer l’occitan dans un ghetto confidentiel, prometteur d’une mort en douceur.

Car il n’y a pas de liberté possible quand il n’y a pas d’égalité entre une langue qui bénéficie du soutien de toutes les institutions publiques et privées partout en France, et une autre langue qui ne peut compter que sur l’abnégation de ceux qui la défendent, sans moyens et sans reconnaissance officielle.

Etre présentes dans l’espace public

Les langues de France ont donc besoin d’être présentes dans l’espace public, et pas seulement dans le cadre privé, ou, dans le meilleur des cas, dans le huis clos des salles de classes où la langue est acceptée. De ce point de vue, la demande de coofficialité entre corse en français n’est pas une ruse pour obtenir que sur place tous les fonctionnaires ne s’expriment qu’en corse, et que du même coup le français disparaisse.

Il s’agit simplement de donner à la langue une visibilité officielle qui change radicalement son image pour les citoyens de l’île : cessant d’être ignorée par la loi, et donc réduite au seul usage privé de ceux qui la maîtrisent encore, elle peut devenir un des vecteurs publiquement reconnus de la parole de l’autorité.

Que dans la pratique, on puisse parfaitement admettre que seuls les fonctionnaires qui le pourront et le souhaiteront répondront effectivement en corse aux administrés, et vice versa, ne change rien à l’impact symbolique d’une mesure qui donnerait à la langue un statut d’égalité dans la sphère publique avec le français jusqu’ici seul accepté. À ce moment-là seulement, la liberté de parler corse, enfin valorisée, cesserait d’être vide de sens.

Renoncer à l’ordonnance de Villers-Cotterêts

C’est ce que nous expliquait lumineusement dans une conférence récente un Corse, Romain Colonna. Sans bombe ni cagoule il se bornait, sur la base de son expérience de sociolinguiste travaillant sur la Corse à l’université de Corte, et par ailleurs récemment élu à la collectivité territoriale de Corse, à formuler un certain nombre d’évidences simples, qui valent aussi pour les autres langues de France.

Quand renoncera-t-on enfin en France à la célébration fétichiste de l’ordonnance de Villers- Cotterêts de 1539, signée par le très moyennement républicain François Ier, roi Très Chrétien ?

Philippe Martel, historien, professeur émérite à l’Université Paul-Valéry, ancien président de la FELCO

L’egalitat passa per la legalitat

Manifestation « Anem, òc », àCarcassonne : les drapeaux des langues de France… Photo M.-J. V.

A ! aquel grand debat, lèu barrat pel govèrn, sus la question de la coofficialitat del francés e del còrse en Corsega ! Ofuscats per aquela pretencion d’una lenga « locala » a se veire reconeguda oficialement per la Republica, d’unes vesián ja l’unitat francesa espetar dins lo biais d’un puzzle.

D’autres, mens paranoïacs, objectavan als Còrses que degun los empachava pas de parlar còrse, e que, ciutadans franceses liures e egals a totes los autres, èran « liures » de faire tot çò que volián per lor lenga. Mas de segur en defòra de tot encastre oficial, e donc dins lo domèni privat. Aquel argument, servit tanben a aqueles que militan per l’occitan, es un sofisme : l’Estat es de tot biais incapable de m’empachar de parlar occitan a l’ostal o en cò d’amics, a despart de me faire seguir jorn e nuèch per un CRS ; aquela libertat que me concedís li còsta donc pas grand-causa. E per el, a lo meriti d’embarrar l’occitan dins un ghetto confidencial, prometeire d’une mòrt lenta… e doça.

Car i a pas de libertat possibla quand i a pas d’egalitat entre una lenga que beneficia del sosten de totas las institucions publicas et privadas pertot en França, e una autra lenga que pòt comptar pas que sus l’abnegacion de los que la defendon, sens mejans e sens reconeissença oficiala. Las lengas de França an donc besonh d’èsser presentas dins l’espaci public, e pas solament dins l’encastre privat, o, dins lo melhor dels cases, dins l’espaci claus de las salas de classas que la lenga i es acceptada.

D’aquel punt de vista, la demanda de coofficialitat entre còrse en francés es pas una rusa per obténer que sus plaça totes los foncionaris s’expriguèsson pas qu’en còrse, e que del còp, lo francés dispareguèsse.

S’agís simplament de donar a la lenga còrsa una visibilitat oficiala que càmbie radicalament son imatge per los ciutadans de l’iscla : se la lei quita de l’ignorar e de la redusir al sol espaci privat d’aqueles que la mestrejan encara, pòt venir, lo còrse, un dels vectors publicament reconeguts de la paraula de l’autoritat.

Que dins la practica, òm pòsca perfièchament admetre que sols los foncionaris que lo poiràn e lo sovetaràn respondràn efèctivament en còrse als administrats, e vice versa, càmbia pas res a l’impact simbolic d’una mesura que donariá a la lenga un estatut d’egalitat, dins l’esfèra publica, amb lo francés fins aquí sol acceptat. A aquel moment solament, la libertat de parlar còrse, enfin valorizada, quitariá d’èsser vueja de sens.

Es çò que nos expliquèt luminosament dins una conferéncia recenta un Còrse, Romain Colonna. Sens bomba ni cagola, se contentèt, sus la basa de son experiéncia de sociolinguista de l’Universitat de Corte, recentament elegit a la collectivitat territoriala de Corsega, a formular un cèrt nombre d’evidéncias simplas, que valon tanben per las autras lengas de França.

Es qu’un jorn, en França, s’interromprà la celebracion fetichista de l’ordonança de Villers- Cotterêts de 1539, signada per François Ier, rei « Très Chrétien »… e mejanament republican ?

Felip Martel, istorian, professor emerit à l’Universitat Paul-Valéry, ancian president de la FELCO