Lingerie : la créatrice Claire Fafet dévoile les dessous d’une réussite

Le bustier Camille, en dentelle rachel ... Photo D. R.

Pop’Line Lingerie & Homewear est une marque née en 2011. Et sa fondatrice, Claire Fafet, est en passe de réaliser un rêve en ouvrant son premier lieu, à Montpellier (8, rue de l’école de Pharmacie), associée à une autre marque régionale : Manoir Coloré.

Claire Fafet , photo D. R.

« C’est à la fois un showroom, une boutique et un atelier », souligne la créatrice qui, à peine sortie de sa collection Capsule pour la Saint-Valentin, est désormais lancée dans les réalisations printemps-été. Objectif immédiat, le salon Ob’Art du 31 mars au 2 avril, au Corum de Montpellier.

Associant subtilement glamour et confort, esprit rétro et créativité, Claire Fafet reste fidèle à sa philosophie et à ses valeurs : « Tous mes modèles sont des pièces uniques, ou réalisées en très petites séries. C’est moi qui les réalise », souligne la jeune femme originaire d’Amiens, qui a fait ses études de design de mode à Nîmes et Montpellier.

Une méthode de travail qui favorise la qualité et la personnalisation de chaque pièce, mais limite ses capacités de production : « Je fais presque tout moi-même. Parfois, je sous-traite un peu à une couturière. J’envisage de me développer, de trouver des égéries et des collaboratrices, mais pour le moment cela reste un projet ». Claire Fafet mise sur la qualité, mais aussi sur l’éthique de sa démarche qui favorise les matières naturelles, respectueuses de l’environnement.

« Les tissus, sélectionnés pour leur qualité, sont pour la plupart de provenance française et de pays limitrophes tels que la Belgique et l’Allemagne. Ces matières (voile de soie, mousseline, dentelle, etc) sont soumis à des tests de confectionnabilité et de résistance mais doivent cependant être lavés à la main ou à froid afin de garder leur propriété », précise la charte des valeurs de l’entreprise. Une exigence qui séduit une clientèle de plus en plus large.

« J’aime que ce soit sexy, mais de façon subtile, sans vulgarité »

Photo D. R.

« Mon coeur de cible se situe entre 20 et 35 ans, précise Claire Fafet, mais les plus jeunes filles sont attirées par les ensembles en dentelle et les culottes frou-frous, tandis que des femmes plus mûres vont aller vers les kimonos, les nuisettes, mais aussi la dentelle »… La dentelle, devenue un véritable basique de la lingerie s’harmonise à merveille avec l’esprit de la créatrice.

« J’aime que ce soit sexy, mais de façon subtile, sans vulgarité », insiste Claire. Glamour, un peu vintage, Pop’Line a de quoi séduire et les femmes ne s’y trompent pas. Seulement accessible en boutique à Montpellier, la marque cartonne par ailleurs sur internet et les commandes viennent de toute la France, Paris, Bordeaux…

Sans se dévoiler totalement, Claire Fafet révèle cependant quelques dessous de sa prochaine collection en cours de confection. « Une dentelle de Calais aux teintes plus printanières, jaune pâle, bleu ciel, corail… » rejoignant ainsi les grandes tendances actuelles. Elle annonce également des « nuisettes en version dessus-dessous, des caracos Liberty et broderies anglaises… ». Pour une gamme de prix assez large, allant selon les pièces de 35 à 180 euros…

Philippe MOURET