BD : Gaston Lagaffe, les 60 ans de carrière d’un héros sans emploi

Le 28 février 1957, Gaston Lagaffe fait son entrée dans les pages du Journal de Spirou.

D’abord conçu comme un simple figurant, destiné à semer un peu la pagaille dans les pages de ce magazine fort sage, il va vite quitter les marges pour devenir une star de la BD. Franquin s’en expliquait dans les pages du Fanzine suisse Copyright, en 1973 : « Je suis allé voir le rédacteur en chef de l’époque Yvan Delporte et je lui ai dit : on pourrait faire dans Spirou un personnage, un héros sans emploi, c’est-à-dire un héros de bande dessinée qui ne serait pas dans une bande dessinée. Et alors, comme il n’aurait rien à faire, il ferait des gaffes et saboterait le journal par ses maladresses »…

On sait désormais ce qu’il advint. Son originalité n’a d’égale que sa longévité, puisqu’il fête ce mois-ci ses 60 ans de carrière au fil de presque mille planches publiées. Pas mal pour la carrière d’un héros sans emploi, mais dont le succès n’a pourtant rien de fictif !

Une révolution douce à lui tout seul

Lagaffe est un gaffeur qui porte bien son nom. Mais pas seulement. Malgré lui, tout au moins au début, Gaston s’avère subversif, militant, beatnik et même écolo. À travers lui, ce sont les évolutions de la société de l’époque qui sont abordées.

Dès ses premiers pas, il devient sans vraiment s’en apercevoir, l’un des signes annonciateurs des bouleversements de la société qui viendront avec Mai 68… Poète, rêveur, mais aussi bricoleur, inventeur loufoque, ami des animaux, Gaston c’est une révolution douce à lui tout seul.

C’est d’ailleurs en 1968 que, victime d’une dépression due à une trop grande charge de travail, Franquin prit la décision de cesser de dessiner les aventures de Spirou, pour se recentrer sur « son » Gaston, qu’il définissait alors comme « une cure, un véritable remède »
Ainsi, l’artiste et sa créature peu à peu ne font plus qu’un.

Au fil des planches, sans jamais perdre son merveilleux humour, Franquin exprime à travers Gaston son horreur d’un monde toujours plus sombre. Illustrant toujours son besoin de paix et de rêve, le dessinateur fait alors sortir son héros sans emploi, mais pas sans idées, du cercle restreint de la Rédaction pour lui faire affronter ce monde cruel, mettant son crayon au service de grandes causes : Greenpeace, Unicef, Amnesty international… Autant d’engagements qui trouveront leur expression extrême dans ces Idées noires, face sombre de l’humour de Franquin. C’est tout cela que l’on peut découvrir jusqu’au 10 avril à la BPI du Centre Pompidou, à travers l’exposition Gaston, au-delà de Lagaffe.

Toute une vie en 19 albums

M’enfin ! Ne boudons pas, non plus, le simple plaisir de la lecture et de l’humour. Pour l’occasion exceptionnelle de ce soixantième anniversaire, les éditions Dupuis sortent cette semaine en librairie l’album Gaston: L’anniv’ de Lagaffe . Un compil des meilleurs gags du plus célèbre des anti-héros. Une cascade d’inventions toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, d’explosions et de dégâts des eaux, de rires et de contrats détruits… Avec une mouette, un chat, des souris, des instruments de musique et des responsables qui claquent les portes avant de tomber dans les escaliers…

Une nouvelle pierre à l’édifice que constituent actuellement les 19 albums de la série, en attendant la sortie – le 7 avril prochain – d’un coffret en tirage limité (5000 exemplaires) réunissant 22 albums dans l’ordre chronologique avec une nouvelle maquette et quelques inédits surprenants. Et ce n’est pas tout puisque… Gaston n’a pas fini de traîner ses espadrilles un peu partout et même sur grand écran. Ce sera pour avril 2018 ! Au casting : Pierre-François Martin-Laval, Théo Fernandez, Arnaud Ducret, Jérôme Commandeur et Alison Wheeler…. Le tournage débute en mars prochain. Encore de belles gaffes en perspective…

Philippe MOURET

Gaston-lanniv-de-lagaff