Toulouse : Campus & Toits, première coopérative de logements étudiants

Campus & Toits était à semaine de l'étudiant 2018 à Toulouse, avec sa caravane-atelier pour réaliser un atelier sur le logement idéal des étudiants, recueillir leurs avis et communiquer sur Campus & Toits. Photo : DR.

C’est un projet original qui cumule les distinctions et les prix (Solidarité et transition, prix Actifs Radio, Forum régional pour l’économie sociale et solidaire, Mouvement pour l’économie solidaire…) Pour un objectif qui n’a pas de prix : se loger. Tout simplement. Ce qui est une gageure pour les étudiants. Eh bien, Campus & Toits, développe une idée unique en France fait par et pour les étudiants, à même de casser les codes pour éviter de casser leur maigre tire-lire.

Loyers bas, gouvernance et locaux partagés… Ce projet s’appelle joliment Campus & Toits. Architecte de formation, et titulaire d’un master en économie sociale et solidaire (ESS), la Toulousaine Mélodie Daly a voulu apporter sa pierre à l’absence de solutions, à part le privé, pour se loger quand on est étudiant et, le plus souvent, fauché.

« Nous avons l’ambition de créer une coopérative indépendante pour permettre aux étudiants d’en acquérir des parts » afin obtenir un logement qui ne soit pas hors de leur bourse. La jeune femme ajoute : « Sur une étude que nous avons mené auprès de 140 étudiant. En 2018, 74 % trouvent qu’il est difficile de trouver un logement convenable et presque la moitié, 46 %, ne sont pas satisfaits de leur logement actuel. »

Les tout premiers logements seront d’abord issus de la mise à disposition de locaux vacants 

par des propriétaires publics ou privés, 

puis de constructions neuves portées 

par la coopérative ainsi constituée. »

Mélodie Daly, de l’association le Bruit de la Conversation.

Le constat, tout le monde le fait : « Le Crous, le Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires, possède à peine 18 000 logements à Toulouse pour 100 000 étudiants à loger », développe Mélodie Daly. Le logement, c’est le nerf de la guerre pour réussir ses études. Première étape, trouver des locaux vacants. Face à la problématique du mal-logement des étudiants, et à la volonté d’améliorer leurs conditions de vie au quotidien, « nous voulons créer une coopérative de logements. Ce seront des habitats éco-responsables et autogérés sous forme de colocation », précise Mélodie Daly, ajoutant : « Les tout premiers logements seront d’abord issus de de la mise à disposition de locaux vacants par des propriétaires publics ou privés, puis de constructions neuves portées par la coopérative ainsi constituée. »

Comment trouver ces logements vacants ? « Nous rencontrons des collectivités, notamment, qui peuvent nous mettre sur la piste de locaux nécessitant des travaux, qui sont voués à être démolis, inoccupés. » Ces locaux seront ensuite transformés en logements et loués à des étudiants. C’est à partir de cette première opération que Campus & Toits se lancera alors dans l’achat/construction d’appartements sous forme coopérative dont les étudiants, devenus sociétaires, pourront donc profiter.

 Nous nous sommes inspirés de se qui se fait au Canada ou aux USA et particulièrement de l’association la Ciguë à Genève (Suisse) qui gère de cette façon une résidence universitaire sous forme coopérative. »

« Nous sommes en train de rencontrer des collectivités notamment dans l’ex-Midi-Pyrénées, comme la mairie de Toulouse ou la Métropole, mais aussi des villes moyennes comme Cahors, Foix ou Albi. C’est la première fois en France qu’une idée aussi innovante, avec autant d’autonomie, est mise en route.  Nous nous sommes inspirés de se qui se fait au Canada ou aux USA et particulièrement de l’association la Ciguë à Genève (Suisse) qui gère de cette façon une résidence universitaire sous forme coopérative. »

Alternatiba 2017 à Toulouse (à la prairie des Filtres), un atelier participatif permettant aux participants d’imaginer la ville de leurs rêves (en noir, Maria Bouayad du Bruit de la Conversation et Campus & Toits). Photo : DR.

Et de préciser : « La Ciguë propose environ 550 chambres dans des colocations destinés aux étudiants. Les logements peuvent à la fois être dans des bâtiments neufs construits par la coopérative ou des logements mis à disposition par les collectivités. Les étudiants locataires prennent une part sociale dans la coopérative et peuvent ainsi s’investir à différents niveaux : dans l’organisation de leur colocation, dans la gestion de leur immeuble ou bâtiment, dans les décisions de la coopérative. C’est ce modèle que nous voulons proposer et adapter en France. » Car, le projet veut essaimer dans un premier temps « dans les limites de l’ex-Midi-Pyrénées ».

Favoriser le lien social et l’organisation collective

Lien social et organisation collective « seront également au centre du projet, pour favoriser les rencontres et lutter contre l’isolement. Par la mutualisation d’espaces au sein du lieu de vie, ce projet vise à la fois à réaliser des économies de moyens et d’espaces, mais également à valoriser une vie collective dynamique afin de créer du lien social, en s’inscrivant dans une logique d’entraide, d’échanges et de solidarité. Les étudiants pourront également bénéficier d’espaces supplémentaires qu’ils n’auraient pas en studio classique (salle de travail, salle commune, potagers, petit jardin ou terrasses collectives, etc.) »

Projet très soutenu, notamment par  les universités de Toulouse et la Région Occitanie

Atelier – Semaine de l’étudiant 2017 : atelier à l’université Toulouse Jean Jaures pour créer une carte collaborative de Toulouse avec les étudiants toulousains. Photo : DR.

Campus et toits est l’émanation d’une association née en 2016, à Toulouse, le Bruit de la Conversation, par la volonté de cinq étudiants, devenus architectes. « Nous voulions amener dans l’élaboration de projets urbains de la concertation et un modèle basé sur la participation citoyenne. Nous proposons des ateliers, par exemple, pour impliquer les habitants aux projets immobiliers de leur quartier. Du coup, ils s’intéressent à leur espace public et s’investissent dans les projets pour lesquels ils sont sollicités. Nous avons ainsi mené ce genre de concertation à Balma pour un projet de 300 logements et une place de quartier à Bagatelle à Toulouse. » Des interventions appointées qui alimentent le budget de l’association.

C’est un projet très intéressant et très rafraichissant auquel nous croyons. En premier lieu parce qu’il est imaginé par ou pour les étudiants. Et qu’il leur permet de se loger à des prix accessibles. »

Sarah Poix, chargée du logement à l’Université fédérale de Toulouse.

Campus & toits est très soutenu. Notamment par l’Université fédérale de Toulouse qui regroupe les universités de la ville Rose. Chargée de la question du logement à ce regroupement de facs, Sarah Poix dit : « C’est un projet très intéressant et très rafraichissant auquel nous croyons. En premier lieu parce qu’il est imaginé par ou pour les étudiants. Et qu’il leur permet de se loger à des prix accessibles. Notre Université fédérale suit et accompagne Campus & Toits en allant porter avec eux ce concept auprès de villes universitaires de l’ex-Midi-Pyrénées. Le modèle économique dépend cependant des étudiants eux-mêmes qui s’en saisiront. »

La Région Occitanie, soutient également ce projet. Vice-présidente chargée de l’ESS, Marie-Meunier Polge juge que Campus & toits « correspond tout à fait au logement adapté aux étudiants et conforme à la philosophie de l’ESS et du partage qui doivent être au coeur des territoires. »

Olivier SCHLAMA

  • Écolo et économe. À travers Campus & Toits nous voulons mener une démarche éco-responsable et économe en énergie. Lors de la conception une attention particulière sera portée sur la qualité de vie dans les logements : bonne isolation thermique, prise en compte de l’orientation, confort acoustique et lumineux, etc. Lors de la construction, nous favoriserons les matériaux sains, locaux, et issus du réemploi afin que les bâtiments respectent au mieux la santé des étudiants et l’environnement. Enfin, une fois les étudiants installés dans leurs nouveaux logements, le but sera de les accompagner pour adopter des éco-gestes : tri des déchets, économies d’énergie, mobilité douce, récupération de l’eau de pluie, toilettes sèches, etc.

  • « Nous pouvons accueillir toute personne qui a envie de s’impliquer dans ce nouveau projet, indique Mélodie Daly. Nous favorisons diverses formes d’engagement : stages, volontariats en service civique, bénévolats, etc. Nous cherchons un ou une stagiaire pour une durée de 2 à 6 mois pour participer au montage du projet Campus & Toits. »