Plan nature en Occitanie : Vous pouvez voter pour vos priorités

Le Pic du Midi, dans les Hautes-Pyrénées. "Nous allons proposer, dit la vice-présidente de la Région Occitanie, Agnès Langevine, des observations de ciel étoilé. Que ce soit au Pic du Midi, le parc des Cévennes et les autres parcs, que ce soit la grosse association d'astronomie du Gers... L'idée, c'est vraiment faire de notre région une destination touristique sur ce thème. Un tourisme d'expérience. Un tourisme scientifique, aussi". Photo : Olivier SCHLAMA

Il vous reste quatre jours pour “contribuez au Plan nature de la Région Occitanie. et voter pour vos priorités”. C’est le leitmotiv d’une proposition de la collectivité ICI. De la classe hors les murs aux maisons de la nature. Comment protéger facilement la nature ? Comment mieux la connaître ? Comment bénéficier de ses bienfaits ? Des propositions d’action ont été élaborées lors d’un séminaire de travail de deux jours fin mars 2022, par un large panel d’experts, d’associations et de citoyens.

Ni législatives, ni présidentielle. Mais un vote pour votre terroir. La Région Occitanie s’était engagée – par la voix de sa présidente Carole Delga lors de la COP 26 à Glasgow en novembre 2021 – à élaborer un Plan Nature en concertation avec les habitants d’Occitanie. L’objectif de ce Plan Nature, baptisé Noé : renforcer notre lien à la nature, à tous les âges, dans toutes nos activités, dans tous les milieux sociaux, et favoriser notre implication dans sa protection. Autrement dit, faire de la nature l’affaire de tous.

Encore quatre jours pour voter

Le lac de Loudenvieille, en Hautes-Pyrénées. Photo : Olivier SCHLAMA

À ce jour, depuis le 25 mai dernier, cela a été l’affaire de 3 485 participants et à 3 735 contributions. Il reste donc quatre jours pour voter ICI pour vos priorités Enrichir les activités de plein air par la découverte et la protection de la nature ; réintroduire la nature dans l’espace public par des projets participatifs ; renforcer l’expérience de nature de tous les enfants durant leur scolarité ; faciliter l’accès à la nature pour les familles et les jeunes par des offres adaptées et le 5e : agir ensemble pour la nature près de chez soi grâce à des lieux de médiation.

À l’inverse d’un budget participatif, où les citoyens peuvent proposer un projet que la collectivité financera, la Région Occitanie demande aux citoyens “ce qu’ils veulent faire ensemble avec nous”. Vous pouvez dire pour chacun des cinq thèmes proposés s’il est ou non “non prioritaire” ; “peu prioritaire” ; “assez prioritaire” ; “prioritaire” ou enfin “très prioritaire”.  

“Ce plan est une “brique” qui interroge notre rapport à la nature”

“Nous délibèrerons en novembre pour ce Plan nature, explique Agnès Langevine,  vice-présidente de la Région Occitanie. L’idée, c’est, après les confinements, ce nouveau rapport à la nature qui s’était exprimé, y compris de la part des gestionnaires d’espaces naturels, c’est une opportunité. En se plaçant à côté de la stratégie régionale sur le biodiversité, document de référence de la collectivité. Ce plan est une “brique” qui interroge notre rapport à la nature.”

De la classe hors les murs aux maisons de la nature

Réserve du Montious dans les Hautes-Pyrénées. Photo : Olivier SCHLAMA

Pour décliner ce que la Région mettra dans ce plan nature, aux confins des traditionnels budgets participatifs, l’heure est à la “coproduction”“Nous avons commencé par faire un premier questionnaire où nous avons interrogé des habitants d’Occitanie sur ce thème : “C’est quoi la nature pour vous ?” ; ensuite, on a organisé une réunion avec un panel de 50 citoyens et associatifs durant deux jours pour proposer des solutions très concrètes : cela peut aller de la classe hors les murs – on a beaucoup de demandes pour un enseignement à l’extérieur – ; du transport gratuit pour les lycéens quand ils se rendent dans la nature ; visiter des maisons de la nature, etc. Ces propositions travaillées sont donc soumises au vote. Et, bien sûr, nous mettrons en place des dispositifs pour financer projets pédagogiques et associations. Cela pourra aussi, éventuellement, être pris en charge financièrement dans le cadre des budgets participatifs.”

“L’Occitanie, une destination ciel étoilé”

Ciel étoilé. Illustration. DR

On retrouvera aussi dans les propositions, une Occitanie, “destination ciel étoilé. Dans cet objectif, nos allons croiser en même temps la question de la biodiversité nocturne puisque nous sommes la première région à avoir cartographié les trames noires de l’Occitanie ; nous allons accompagner les collectivités dans l’extinction de l’éclairage public et, 3e pilier, puisque la nature, c’est aussi le rapport au beau, à l’émotion voire au sacré pour certains, nous allons proposer des observations de ciel étoilé. Que ce soit au Pic du Midi, le parc des Cévennes et les autres parcs, que ce soit la grosse association d’astronomie du Gers… L’idée, c’est vraiment faire de notre région une destination touristique sur ce thème. Un tourisme d’expérience. Un tourisme scientifique, aussi”.

La vice-présidente de la Région Occitanie va plus loin. “On peut imaginer une chambre d’hôtes d’où l’on peut observer le ciel étoilé, les accompagner pour que les propriétaires s’équipent de télescopes… En plus ce nouveau tourisme sera intéressant l’été quand il y a des fortes chaleurs ou des épisodes de canicule. Dans le Sud de l’Espagne ou en Grèce, certains travaillent déjà sur des “produits” touristiques “à la fraîche”, de forêts, d’espèces nocturnes, etc. Chez nous, ce serait donc d’abord le ciel étoilé.”

Olivier SCHLAMA