Musique(s) : Pas de saison blanche pour Les Muses en dialogue

Ophélie Gaillard clôturera le 19 septembre le Festival de Maguelone avec les Suites de Bach. Photo Tous droits Réservés

Face aux atermoiements de l’État, les organisateurs de festivals ont dû prendre de lourdes décisions. L’annulation pure et simple pour certains, l’espoir d’une reprise pour d’autres. « C’est la mort dans l’âme que nous avions dû, début avril, décider d’annuler notre rendez-vous de juin. Pour autant, nous n’avons jamais perdu l’espoir, en fonction de l’évolution de la pandémie, de le reporter à la fin de l’été », souligne ainsi l’équipe des Muses en Dialogue…

Espoir récompensé, puisque le festival de Musique ancienne à Maguelone (Hérault) aura finalement bien lieu, les 17, 18 et 19 septembre« Après bien des atermoiements et la succession d’espoirs et de déconvenues qui caractérise les situations de crise, l’horizon s’est éclairci (…) La reprise, encadrée et progressive, a pu enfin être envisagée, et nous avons mis tous les atouts de notre côté, en respectant bien évidemment le protocole sanitaire qui nous permettra de vous protéger sans exposer nos musiciens, nos techniciens et nos bénévoles » expique l’équipe d’organisation.

La billetterie est ouverte : http://www.musiqueancienneamaguelone.com/billetterie/

Trois concerts de premier plan au programme

Le 17 septembre, place aux jeunes talents ! Photo tous droits Réservés

Une édition certes « allégée et concentrée », mais qui propose tout de même trois concerts de premier plan : le 17 septembre, place aux jeunes talents ! La chanteuse Juliette de Banes Gardonne, le luthiste Franco Pavan, le violoncelliste Marc Alomar et la claveciniste Camille Delaforge nous proposent un embarquement pour Venise aux accents de Pignatelli et Vivaldi.

Le 18 septembre, c’est l’ensemble Clématis qui nous invite à une joute violonistique haute en couleur, autour du magnifique répertoire instrumental du XVIIe siècle : Gabrieli, Marini, Cavalli, sous la direction inspirée de Stéphanie de Failly et de Brice Sailly. Enfin, le 19 septembre, place à l’épure, avec la violoncelliste Ophélie Gaillard et les incontournables et sublimes Suites de Bach

Un appel aux dons

Pour entendre encore des virtuoses tels que L’ensemble Clématis, il faut soutenir le festival… Photo Tous Droits Réservés

L’équipe des Muses en Dialogue précisent : « Cette proposition alternative qui nous permet de ne pas vivre de saison blanche ne pourrait voir le jour sans l’accompagnement bienveillant de l’État, des collectivités locales et de nos partenaires privés. Néanmoins, les conditions imposées par les circonstances ne nous permettront pas l’équilibre financier, et nous contraignent à faire appel à votre soutien, aussi symbolique et minime soit-il. Rappelons que vous bénéficierez à cette occasion du rescrit fiscal ouvrant droit à réduction de votre impôt : un petit geste pour un grand effet… »

Faire un don : https://www.helloasso.com/associations/les-muses-en-dialogue/formulaires/1/widget

Au mois d’octobre, rendez-vous en Pic-Saint-Loup

Pour assurer au mieux les protocoles et les distances de sécurité, les concerts se tiendront dans la grande nef, dont la jauge sera réduite de moitié, afin de protéger au mieux le public, les musiciens, les techniciens et bénévoles.

Et l’association ne se limite pas à ce rendez-vous. En effet, au mois d’octobre (du 16 au 18) sont prévues les Rencontres avec les Musiques anciennes en Pic Saint-Loup, septièmes du nom. Un événement qui « invite à la découverte architecturale et à l’émotion sonore dans des sites répondant aux besoins acoustiques propres à chaque univers musical » se réjouit Alain Barbe, président de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup.

Les Muses en Dialogue rendant ainsi plus que jamais vivante leur vocation à nourrir et transmettre une vocation : « Occitanie & Catalogne, terre d’élection des musiques anciennes. »

Philippe MOURET

Le Festival rend hommage : « Cette 37e édition est dédiée à Monique Bernat qui nous a quittés le 21 avril dernier. Pionnière de la musique ancienne dans notre région, elle avait fondé au début des années 1970 la Saison musicale de Saint-Guilhem-le-Désert qu’elle dirigea jusqu’en 2001. Elle fut une partenaire toujours enthousiaste pour s’associer à nos projets et une amie bienveillante. Nos pensées vont aussi vers Willy Dimeglio décédé le 27 mars. Ancien député et conseiller général de l’Hérault, il fut toujours attentif à la vie du festival, n’hésitant pas à nous apporter son appui auprès du ministère de la Culture et des Collectivités locales quand cela était nécessaire. »

En avant la musique !

  • Un festival d’annulations pour les rendez-vous de l’été. Lire la suite…
  • Exilés sur le net, éparpillés, allégés… Les stratégies de survie des festivals. Lire la suite…
  • Statues, une playlist en bronze de Toulouse à Montpellier. Lire la suite…