Municipales : Femmes maires en Occitanie, vers la parité mais « à pas comptés »

Si "girl powe" il y a, c'est à tout petits pas qu'il arrive... Photo D.-R.

L’Occitanie compte 18,6% de femmes maires. Ce chiffre provient des données que le ministère de l’intérieur est en mesure de fournir à ce jour. Il porte sur 90 % (4 028) des 4 488 communes de la région…

« Ce résultat des élections municipales n’est pas complet, mais il donne une tendance tout-à-fait parlante », commente Geneviève Tapié, présidente de l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie. « Après les municipales de 2014, il y avait 15,5 % de femmes maires dans notre région, soit 3,1 % de moins qu’aujourd’hui. La situation s’est donc améliorée. Mais je regrette de constater que l’avancée vers la parité se fait à tout petits pas… » souligne-t-elle.

C’est le Lot qui réalise le meilleur score de parité

La place des femmes à la tête des communes répertoriées varie, de manière significative, de 12,1 % dans les Pyrénées-Orientales à 22,3 % dans le Lot. Au plan national, le nombre de femmes maires est estimé à 20 %. Il était jusqu’alors de 16 %. L’Observatoire régional de la parité d’Occitanie va poursuivre son travail de recherche et d’analyse des données et publier à l’automne un rapport complet sur les effets des élections municipales de 2020.

Nouveau test : les sénatoriales de septembre

Un autre enjeu pour une égale place des femmes et des hommes dans les institutions de la République est en vue, avec les élections sénatoriales du 27 septembre prochain (172 nouveaux sénateurs sur 348). En effet, dans ce scrutin, la loi du 2 août 2013 impose la parité à deux niveaux :

  • Dans la composition du corps électoral : la liste des délégués des conseils municipaux dans les communes de 1 000 habitants et plus, qui ont été élus le 10 juillet, devait être paritaire.
  • Dans la liste des candidats pour les départements qui élisent au moins trois sénateurs : l’alternance femme-homme ou homme-femme doit être respectée. Il sera donc intéressant de mesurer les conséquences effectives de la Loi et des comportements des décideurs et décideuses politiques sur la féminisation du Sénat.

En conclusion, si une apparence de parité a pu jouer en trompe-l’oeil par le fait que 5 des dix plus grandes villes de France (Paris, Nantes, Strasbourg, Marseille et Lille) ont une femme pour maire, on est encore loin d’une égalité. Ainsi dans les plus grandes villes d’Occitanie, seules deux femmes occupent le fauteuil de maire, Brigitte Barèges (LR) à Montauban (Tarn-et-Garonne) et la candidate de gauche Emmanuelle Gazel à Millau (Aveyron). Peut mieux faire !

Philippe MOURET

Lire, sur le même thème :

  • Analyse : En Occitanie, la vague verte s’est brisée sur de solides bastions. Lire la suite…
  • Avant : Moins de deux femmes sur dix sont des femmes. Lire la suite…
  • La parité à la traîne dans les conseils municipaux d’Occitanie. Lire la suite…
  • Le « pouvoir » économique reste difficilement accessible. Lire la suite…