Initiatives : Quand on aime la vie, on aime son bistrot

La café du matin... On peut le pré-commander ! Photo D.-R.

Début avril, treize entreprises et associations expertes de la consommation hors-domicile se sont regroupées pour venir en aide aux cafés, hôtels, restaurants, donnant naissance à un projet de solidarité : une plateforme digitale unique, jaimemonbistrot.fr.

Depuis ce jour, le collectif ne cesse de s’agrandir et les consommateurs, sensibles à la cause, répondent à l’appel des patrons d’établissements, de plus en plus nombreux à s’inscrire sur la plateforme, en précommandant des consommations. Explication :

En attendant de pouvoir (enfin !) trinquer en terrasse ! Photo D.-R.

« Concrètement, la plateforme met à disposition des cafés, hôtels et restaurants, des contenus pratiques rédigés par des experts pour les épauler dans leurs démarches. Elle les aide surtout à conforter leur trésorerie : chaque établissement inscrit propose en effet aux particuliers, de pré-commander leurs consommations – café, verre, repas – , en achetant des bons allant de 1,50 à 50 € qu’ils pourront utiliser une fois le confinement levé », explique le collectif.

Une source essentielle d’emplois en Occitanie

Comptant parmi les régions (hors Ile-de-France) où le secteur compte le plus d’établissements (19 643, en 2015 selon l’Insee, 3e après Auvergne-Rhône-Alpes et PACA) et génére le plus d’emplois salariés (50 218 en 2015, source Insee), l’Occitanie est forcémnt directement concernée par le sujet !

 « Le secteur de l’hôtellerie-restauration est un des moteurs de l’économie française, un partenaire majeur de la filière viticole mais aussi un formidable vecteur de convivialité et de lien social notamment en milieu rural. Pleinement solidaires des restaurateurs, cafés, bars à vins, etc…, les vignerons de Pays d’Oc sont heureux d’être partie prenante de cette initiative qui va apporter une bouffée d’oxygène financière à ces entreprises souvent de petite taille, et les aider à se projeter dans l’avenir », souligne Jacques Gravegeal, président du syndicat de l’IGP Pays d’Oc.

Un abondement de 50 %

Le signe que tous attendent. Photo D.-R.

Ce sont aujourd’hui 60 entreprises qui composent le collectif  qui mobilise ainsi expertises, moyens humains et financiers, au bénéfice de la filière. Ainsi, l’IGP Pays d’Oc et les autres partenaires abonderont de 50 % les 20 000 premières commandes (contre 10 000 initialement prévues) : par exemple, pour 10 euros réglés par le consommateur, le patron en recevra 15.

Pour bénéficier de ce dispositif ainsi que de l’accompagnement mis à disposition sur la plateforme, plus de 6 000 établissements se sont déjà enregistrés sur la
plateforme et plus de 18 000 consommateurs ont déjà passé commande sur le site, avec en moyenne une contribution de 45€ …

« J’ai ouvert mon restaurant en décembre dernier, et j’emploie six personnes. Vivre une fermeture aussi longue lorsque l’on démarre est évidemment très dangereux pour la pérennité de son affaire. J’ai entendu parler de J’aime mon bistrot dès son lancement et j’ai tout de suite inscrit mon restaurant. En moins de 72h, j’avais déjà 4 000€ de pré-commandes. Une vraie bouffée d’air au niveau de ma trésorerie pour couvrir des charges et préparer la reprise », témoigne Sarah Zins, restauratrice au Blue Flamingo.

Philippe MOURET

Toute entreprise souhaitant rejoindre le collectif de partenaires peut écrire à l’adresse suivante : partenariat@jaimemonbistrot.fr
Se connecter sur la plateforme : jaimemonbistrot.fr

Des initiatives solidaires :

  • Au-delà de l’urgence, vers une « dynamique de relocalisation ». Lire la suite…
  • Patrimoine : « Les métiers d’excellence, l’âme de notre France en danger ! » Lire la suite…
  • Fonds de solidarité : le Tarn-et-Garonne premier de cordée. Lire la suite…