Inédit : L’Occitanie, 1re région à lancer une convention citoyenne pour son avenir

Davantage de circuits courts, limiter l’extension des villes, augmenter le bio… Tirés au sort, une centaine d’habitants de la Région ont livré les conclusions de leurs travaux, début octobre, à Carcassonne, sous la forme de 52 propositions prioritaires à mettre en route pour améliorer l’avenir de l’Occitanie.

Prendre son avenir en main avec le concours des populations locales : c’est le sens et le pari de cette première convention citoyenne imaginée par la région Occitanie, sur le modèle de la Convention citoyenne pour le climat mise en route par Macron. C’est une première au niveau régional. Pour cela, on a tiré au sort une centaine (103 exactement) d’habitants de la région qui ont phosphoré et ont livré leurs conclusions. Au final, ces représentants des six millions d’habitants d’Occitanie ont fait 52 propositions pour un avenir meilleur à Carole Delga, présidente PS de la région. La majorité de ces idées devraient être intégrées au fameux plan de développement vert de la région, baptisé Green New Deal qui sera mis au vote, dans un mois, à la mi-novembre.

« Cette convention est unique, aucune autre région ne l’a imaginée… »

« Cette Convention est unique, réagit Carole Delga. Aucune autre Région en France ne l’a imaginée. Elle découle d’une volonté forte, concrétisée depuis quatre ans par la multiplication des concertations et budgets participatifs : celle de la confiance accordée à l’intelligence collective dans la construction de nos politiques régionales. » En écho, une participante dit : « Les échanges sont riches ; nous travaillons sur des propositions pour vivre mieux et de façon plus durable. » Invité d’honneur, Egdar Morin positive : « Cette démarche est fondée sur un principe simple : faire en sorte que l’impulsion parte des citoyens pour monter vers le haut, et qu’un dialogue s’établisse. »

Stopper l’extension des villes

Parmi leurs propositions prioritaires, les citoyens proposent d’aider les agriculteurs à commercialiser leurs produits en circuits courts « afin de favoriser l’accès aux produits sains et locaux » ; de réduire les traitements chimiques jusqu’à leur interdiction et même de stopper l’extension des villes qui grignotent forêts et terres agricoles en revitalisant les centres-bourgs ! Rééquilibrer géographiquement le développement économique.

Mais aussi : réanimer les structures culturelles dans le milieu rural et/ou développer des villages artistiques (villages favorisant les expressions et activités artistiques, avec des espaces dédiés aux artistes) ; relocaliser (faire revenir sur le territoire) la production de produits aujourd’hui importés (notamment avec des activités d’économie sociale et solidaire). Mieux subventionner l’isolation des logements à base de matériaux non polluants ; conditionner le renforcement des aides à l’isolation et à la rénovation thermique à des contrôles plus importants… Ou d’autres propositions plus cinglantes comme revoir les critères d’attribution des logements sociaux… Ou plus classiques mais qui font partie d’un vieux combat de la majorité régionale, comme développer le frêt et les petites lignes SNCF. Etc.

Certaines mesures bientôt applicables

Certaines de ces propositions sont déjà prises en compte par la politique régionale. D’autres le seront peut-être. Carole Delga s’est engagée à ce que cette convention citoyenne ne soit pas un gadget. Les élus les examineront pour justement enrichir le Green New Deal. Certaines donc seront facilement applicables dès le budget 2021, voté en décembre 2020. D’autres devront attendre le verdict des élections régionales de mars 2021.

Les 103 membres de la convention citoyenne parrainée par le néo-Montpelliérain Edgar Morin, sociologue de renom, ont défini trois thèmes : améliorer le bien-être de tous, renforcer les solidarités territoriales et développer de nouvelles pratiques de la citoyenneté. Tous trois feront l’objet d’une votation citoyenne du 16 octobre au 6 novembre prochains. Celle-ci sera ouverte aux presque 4,5 millions d’habitants de la région âgés de plus de 15 ans (sur 6 millions), processus déjà utilisé pour trouver le nom de la région en 2016.

Parlement du futur à Marseille

Ce genre de processus participatif avec tirage au sort, se développe dans les collectivités. La ville de Nantes a annoncé, elle aussi, le lancement d’une convention citoyenne entre novembre et février 2021 sur le diagnostic de la crise sanitaire et esquisser des pistes d’intervention. Nancy et Poitiers souhaitent également lancer une assemblée citoyenne respectivement en janvier et septembre 2021, tandis que Marseille envisage la création d’un Parlement du futur rassemblant habitants, élus politiques et experts. Parmi les thèmes retenus figure toujours l’écologie.

Les défenseurs de ce genre de convention pensent que c’est un réel progrès pour la démocratie. Que l’opposition entre démocratie représentative (avec les élus) et participative (les citoyens) est obsolète. Dans la mesure où c’est une vraie co-construction, dès la conception d’un projet, c’est un instrument extrêmement puissant. C’est le faire ensemble de demain.

Olivier SCHLAMA